L’adoption de la crypto au Nigéria s’accroit malgré la désapprobation des autorités

Partager l’article
EN BREF
  • Malgré la désapprobation officielle des autorités financières, les Nigérians se tournent de plus en plus vers l'utilisation de la cryptomonnaie.

  • Bien que beaucoup aient été séduits par la bulle spéculative des cryptomonnaies, les Nigérians ont pour leur part trouvé une fonction plus pratique à la crypto.

  • Toutefois, en février, la Banque centrale du Nigeria a interdit aux banques locales de travailler avec des cryptomonnaies.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Malgré la désapprobation officielle des autorités financières, les Nigérians se tournent de plus en plus vers l’utilisation de la cryptomonnaie.

Sponsorisé Sponsorisé

Bien que nombreux sont ceux à s’être mis à la crypto après le battage publicitaire spéculatif les entourant, les Nigérians ont trouvés chez les cryptomonnaies une fonction plus pratique. Par exemple, les Nigérians utilisent des cryptomonnaies pour les transactions commerciales et pour protéger leurs épargnes, car leur devise locale perd de la valeur. Parce qu’il est souvent difficile d’obtenir des dollars américains, les cryptomonnaies se sont également avérées être un moyen pratique, pour les Nigérians, d’envoyer des paiements à l’étranger.

“Le Naira baisse constamment et nous essayons de conserver la valeur de l’art”, a déclaré Sly Megida, un artiste qui utilise la crypto pour vendre ses œuvres. Sly Megida a ajouté qu’il a des acheteurs dans le monde entier qui acceptent facilement les devises numériques, ce qui a également protégé ses finances.

L’interdiction de la banque centrale

Cependant, en février, la Banque centrale du Nigeria a interdit aux banques locales de travailler avec les cryptomonnaies. L’autorité monétaire a menacé de « sévères sanctions réglementaires » et de gel des comptes des entreprises qu’elle pourrait accuser d’utiliser des monnaies numériques. En août, la Banque centrale a gelé les comptes d’utilisateurs de crypto pour avoir prétendument fait du trading sur des plateformes illégales.

Sponsorisé Sponsorisé

Soit dit en passant, en mars, le volume en dollars des cryptomonnaies envoyées depuis le Nigéria s’élevait à 132 millions de dollars. Au cours du premier mois suivant l’interdiction de la banque centrale, le chiffre avait augmenté de 17%, selon la société d’études Chainalysis. À partir de là, les transactions ont continué d’augmenter, gagnant 25% sur une année au mois de juin.

Les transactions crypto peer-to-peer

En plus de proscrire aux banques de faire des affaires avec les cryptomonnaies, l’interdiction de la Banque centrale empêche également les Nigérians d’utiliser les plateformes d’échange crypto traditionnelles. Malgré cela, la transition de nombreux utilisateurs vers des systèmes peer-to-peer n’a rien fait pour ralentir la croissance de la crypto.

L’une de ces plateformes, Paxful, a connu une augmentation de 57% du volume des transactions au Nigeria jusqu’en juin, tandis que le nombre d’utilisateurs a augmenté de 83%. Depuis l’adoption du modèle peer-to-peer au Nigeria en février, l’utilisation de Yellowcard “a continué à monter en flèche”, a déclaré la plateforme.

D’autres internautes sont encore plus ingénieux, échangeant des cryptos contre des naira nigérians ou d’autres devises avec des personnes trouvées via WhatsApp ou Telegram. En raison des transactions non enregistrées, Chainalysis pense que l’utilisation de la crypto au Nigeria pourrait probablement être encore plus importante que suggérée.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.

Sponsorisé
Share Article

Nick is an Oral Communication Skills Professor and Data Science Specialist in Budapest, Hungary with an MSc in Business Analytics. He is a relative latecomer to the field of cryptocurrency and blockchain technology, but is intrigued by its potential economic and political usage. He can best be described as an optimistic center-left skeptic.<a href="mailto:[email protected]">Email him!</a>

SUIVRE CET AUTEUR

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous