Un Web 3.0 ouvert à tous : les communautés marginalisée peuvent créer leur propre espace dans le métavers

Partager l’article
EN BREF
  • Le système financier traditionnel est basé sur les préjugés et les filtres d'accès.

  • Les communautés exclues à travers le monde entier se tournent vers le Web 3.0 pour surmonter ces obstacles.

  • La DeFi et les NFT ne sont que quelques-uns des moyens que les gens utilisent pour bâtir leur liberté financière.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Les concepts d’indépendance et de liberté financière se trouvent au coeur des cryptomonnaies. L’ensemble de l’espace crypto est devenu le lieu où les communautés marginalisées ont gagné en reconnaissance et indépendance, à la fois socialement et financièrement.

Des recherches réalisées aux États-Unis indiquent que les communautés minoritaires investissent plus dans les cryptomonnaies que le reste de la population. 

Un sondage, publié par USA Today et réalisé en août par Harry Poll a révélé que 23% des noirs américains et 16% des hispano-américains possèdent des cryptomonnaies. En comparaison, seul 11% de la population blanche du pays détient des devises numériques. 

Un point encore plus notable : 25% des américains issus de la communauté LGTBAQ+ détient des cryptos, contre seulement 13% du reste de la population du pays. 

Il ne s’agit là que d’un seul sondage, lequel s’est penché sur environ 4% de la population mondiale. Cela dit, ces résultats s’avèrent parlants quant à la capacité des cryptomonnaies à offrir ce qui manque à la finance traditionnelle : l’inclusion. 

Lorsqu’on se penche sur la situation générale, l’économie globale est extrêmement exclusive. En 2021, environ deux milliards de personnes dans le monde entier n’ont pas accès aux services financiers. 

Cela est principalement dû au fait que les fournisseurs traditionnels de ces services ne stockent pas leurs données financières. En conséquent, leur capacité à être “sains financièrement” devient difficile à “prouver”. 

Un système financier conçus pour et par la majorité 

Cela dit, ce n’est pas un manque d’accès à des ressources approuvées qui pose problème. La finance traditionnelle a derrière elle une longue histoire d’exclusion des minorités, ou du moins d’une tendance à rendre ses services plus difficilement accessibles à ces minorités. 

La plupart des discussions à ce sujet concernent principalement la situation aux États-Unis. Cela dit, le problème est également présent dans d’autres régions du monde. Dans ce cas, ceux considérés comme faisant partie des “minorités” ne sont pas forcément des personnes de couleur. Il peut également s’agir de certains groupes ethniques ou religieux, d’immigrants ou, plus généralement, de ceux qui ne font pas partie du groupe détenant le plus de pouvoir économique.

Au-delà des minorités 

À vrai dire, il se peut qu’il ne s’agisse même pas de minorités. Dans certains cas, la majorité est celle qui fait face à une exclusion, au profit d’une minorité plus riche et plus puissante.

Par exemple, en Afrique du Sud, une étude de 2014 réalisée par The World Bank a révélé que les personnes noires et de couleur (un groupe ethnique spécifique) avaient moins de chances d’avoir accès aux ressources financières réglementées que la minorité blanche. Ce, alors même que la discrimitation légale des races sous la forme de l’apartheid a pris fin il y a maintenant 20 ans. 

L’impact du cadre social sur l’accès aux services financiers 

La capacité à exclure des services financiers jusqu’à une majorité de la population indique à quel point les cadres sociaux autour desquels se sont construits l’économie et les actifs financiers contribuent à l’inégalité des richesses. Ce même s’il existe des cadres légaux visant à assurer l’égalité.

En Inde, par exemple, le système de castes a un impact sur les opportunités économiques. Ceux qui sont issus d’une caste inférieure font souvent face à la discrimation lorsqu’il s’agit de trouver un emploi. Cela engendre un fossé financier, rendant impossible la mobilité et l’égalité sociale.

 En conséquence, les gens se voient forcés à opter pour des emplois à faible revenu. Cela bloque également l’accès à des ressources telles que les cartes de crédit, les prêts et d’autres formes d’assistance. 

Il ne s’agit pas que des plus pauvres

Cela dit, être issu d’un milieu socio-économique “favorisé” ne garantit pas non plus cet accès aux services financiers. En raison de certaines dynamiques sociales, même qui sont nés dans des familles plus aisées peuvent être discriminés du fait d’autres éléments de leur identité.  

La communauté LBGTAQ+ est régulièrement sujette à la discrimination, même pour ses membres bénéficiant de postes généreusement rémunérés.

Un rapport datant de 2014 et réalisé par l’association LGBTQ poverty initiative in the U.S. a souligné comment des actions telles que le refus de présenter un document certifiant d’un genre pour les personnes transgenre peut affecter leur accès aux finances. Par exemple, sans le document requis, il leur serait impossible de pouvoir faire une demande de carte de crédit.

Il ne s’agit là que de quelques exemples sur les barrières et préjugés intégrés au système financier traditionnel.

Le Web 3.0 promet de lever ces barrières

Comme conséquence de ces barrières d’entrée, il n’est pas surprenant que des groupes auxquels on a longtemps refusé d’offrir des services soient plus disposés à s’ouvrir à l’ensemble du monde crypto.

Jori Armbruster, PDG et cofondateur d’EthicHub, a déclaré :

“Les systèmes financiers traditionnels ont exclu près d’un quart de la population mondiale. La crypto a le potentiel de résoudre ce problème”

Par exemple, les pays qui présentent les taux les plus élevés d’adoption de Bitcoin montrent comment, d’un point de vue macro, l’exclusion a suscité un intérêt pour des méthodes alternatives.

Bien que des superpuissances mondiales telles que les États-Unis se trouvent dans la liste des plus importants détenteurs de crypto, ces derniers consistent principalement de pays dits “en développement”.

Selon une enquête de 2021 réalisée par Statista, les habitants du Nigéria sont les plus enclins à détenir ou utiliser des cryptomonnaies. Derrière eux, on retrouve le Vietnam et les Philipines.

De plus, cette usage des cryptomonnaies ne correspond pas seulement à l’achat ou la détention, mais s’étend aux jeux blockchain de type Play to Earn, aux NFT et aux versements en crypto.

“La tendance GameFi est le cheval de Troie de l’adoption de la crypto par les masses. Par exemple, un jeu crypto comme Axie Infinity permet à des milliers de personnes aux Philipines et dans d’autres communautés marginalisées du monde entier d’ouvrir un compte financier afin de recevoir des récompenses au montant supérieur à celui de leurs options professionnelles dans le monde réel”, a déclaré M. Armbruster.

La DeFi permet de créer des outils financiers nécessaires

Comme précédemment expliqué, les fondations de la finance traditionnelle reposent sur les préjugés et l’exclusion. C’est là que la finance décentralisée se démarque.

En l’absence de contrôle, il reste peu de place pour la discrimination. Même si tous les créateurs d’un protocole DeFi présentaient une identité homogène, ils ne seraient pas en mesure d’imposer des restrictions sur certains usagers au travers de la blockchain.

Pratik Gandhi, responsable du département de marketing et croissance de Covalent, a déclaré :

“La DeFi n’a que faire que qui vous êtes, d’où vous venez et ce que vous avez à offrir. Elle est ouverte à tous. Tant que vous êtes connectés à Internet, vous avez accès à tous ses services financiers sans avoir à créer un compte ou vous engager pour un contrat spécifique.”

M. Gandhi a ajouté : “Les institutions financières ont été traditionnellement établies par les personnes fortunées et issues de la haute société. Dans la DeFi, ce sont des gens normaux qui en ont établi les règles”.

Des prêts financiers égalitaires avec la crypto

C’est ce parti pris en faveur de ceux bénéficiant déjà d’une certaine richesse qui permet de maintenir la structure discriminatoire. Joah Santos, responsable en chef du marketing chez Aldrin, a souligné comment ce problème s’auto-alimente :

“Je pense que le problème est plus profond que ce pensent la plupart des gens. Cela va au-delà des non-bancarisés. Un homme fortuné entre dans une banque pour demander un prêt de 10 millions de dollars sur un projet d’appartements. La banque lui prête cette somme comme s’il ne s’agissait que d’une broutille avec quelques simples ajustements sur sa marge. En résumé, ils placent de l’argent qu’ils n’ont pas dans une classe d’actif qui, en retour, augmente la valeur d’autres projets au sein de cette classe d’actif. Moins il y a de terrains disponibles, plus ils deviennent chers. Quelqu’un d’autre demande un humble prêt de 10 000 dollars pour une entreprise dans le quartier modeste où il réside; il aura peu de chance de voir ce prêt accordé. Cela, en retour, aura l’impact négatif de ne pas apporter de nouveaux capitaux dans les zones qui en ont besoin”, a-t-il expliqué, ajoutant :

“La bulle du logement explose alors chaque décennie environ, en raison de l’inflation artificielle de certaines valorisations en raison d’un excès de prêts des banques. Cela entraîne une plus grande inflation, laquelle met à mal la classe ouvrière, tandis que les magnats de l’immobilier voient la valorisation de leur portefeuille s’accroître à nouveau. La DeFi met fin à ce cycle. La DeFi ne peut pas prêter de l’argent qui n’a pas été déposé. Cet élément à lui seul contribue déjà à affaiblir le cercle vicieux.”

Les NFT et leur capacité à ouvrir les portes à tous

L’inclusion financière n’est pas le seul élément à faire de la communauté crypto un espace plus ouvert.

Les tokens non fongibles (NFT) ont bénéficié d’une croissance immense en 2021, pas seulement en termes de profits mais également dans le nombre de gens impliqués dans ce secteur. Des artistes du monde entier, issus d’un large éventails de différentes communautés, ont vendu des NFT. Ils ont ainsi alimenté diverses communautés, se construisant mutuellement de manières rarement observées en dehors de ce royaume digital.

Lauren YS, artiste de NFT et du tremplin DoinGud, a déclaré :

“Je pense que la communauté NFT offre d’intéressantes opportunités pour un espace plus diversifié, simplement en raison du fait que les défis que posent les filtres d’entrée sont moins présents au sein d’un espace numérique. Les artistes sont moins restreints par des éléments tels que le coûts des matériaux d’art, de l’espace pour un studio ainsi que des envois, lesquels contribuent souvent à créer une sorte de cadre élitiste d’accessibilité, excluant les gens dans un environnement classiste.”

“De plus, le travail numérique n’est pas dicté par les structures de l’influence, d’un environnement ou par les éléments sociaux du monde de l’art, ce qui semble pouvoir égaliser le terrain d’action, dans un sens, afin que des créateurs issus de divers milieu puissent s’y intégrer sans que de longs antécédents d’hommes blancs cisgenres aient créé un cadre au sein duquel il faille se contenir, pour ainsi dire. Les artistes se représentent eux-mêmes plutôt que d’avoir à dépendre pour cela de forces issues des conservateurs, et dont beaucoup ne parviennent pas à être inclusifs ou à représenter une communauté diversifiée”, a expliqué l’artiste.

Créer des espaces inclusifs au sein de la crypto

Bien que certains éléments du monde crypto se prêtent par nature à l’inclusion, une participation active est également nécessaire. Les membres de groupes traditionnellement marginalisés s’efforcent de rendre ces espaces inclusifs tout en les bâtissant.

Micaela Ruiz, DoinGud, créatrice, fondatrice de communauté et conservatrice, a expliqué :

“Avec le bon encadrement, les NFT et le métavers offrent des possibilités illimitées de redéfinir les identités du futur pour éradiquer les normes (séparation, hiérarchie, manipulation) qui existent aujourd’hui pour les communautés marginalisées. Que ce soit dans le monde réel ou dans le métavers, les gens se regrouperont toujours autour de communautés ou d’espaces où ils se sentent le plus en sécurité et encouragés”

Le travail de Mme Ruiz avec DoinGud se rapporte spécifiquement à faire de l’inclusion et de l’égalité les bases de la plateforme.

“Je pense que le collectif LGBTQA+ est en train de trouver sa voie, comme il l’a fait tout au long de l’histoire. Je vois que de plus en plus de projets sont construits en tenant compte de ces opportunités et de cette représentation”, a-t-elle déclaré.

“Une partie de mon rôle au sein de DoinGud est de veiller à ce que notre écosystème soit construit avec ces idées comme base, en offrant des chances égales à tous. En commençant par l’accessibilité, la visibilité et jusqu’à l’inspiration et la représentation, nous pouvons nous assurer que les espaces que nous créons restent le reflet de la société dans laquelle nous voulons vivre”, a-t-elle ajouté.

Des progrès sont encore possibles

Bien que l’espace décentralisé repousse clairement les limites fixées par la finance traditionnelle, il est toujours possible de l’améliorer.

les postes de la DeFi comptent déjà des femmes et des personnes issues de la communauté LGBTQA+ ainsi que d’autres groupes, mais plupart des noms les plus connus restent encore des hommes. Ce n’est pas un problème propre à la finance décentralisée, mais plutôt au monde de la crypto en général.

Cependant, ceux qui font déjà partie de cet espace discutent régulièrement de cette question, indiquant un encouragement au changement. À vrai dire, de nombreux membres du secteur recrutent activement de nouvelles personnes et aident les autres à s’intégrer.

Le coût de participation au milieu constitue un autre obstacle. Émettre des NFT ou participer à la DeFi coûte toujours un montant important. Les frais de gaz peuvent fluctuer, mais un capital important est toujours nécessaire pour participer.

Certains projets s’efforcent d’améliorer cette situation, les solutions de couche 2 du réseau offrant une meilleure option pour ceux qui ne peuvent pas dépenser plus de 100 dollars en frais. Toutefois, pour une adoption généralisée et une inclusion encore plus grande, ces solutions devront probablement être simplifiées.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Nachdem sie im Nachrichten- und Lifestyle-Journalismus gearbeitet hatte, beschloss Leila, ihr Interesse an Kryptowährungen und Blockchain in ihren Job zu bringen. Sie leitet jetzt den Feature and Opinions Desk bei BeinCrypto, der perfekt zu ihrer Begeisterung für die sozialen und politischen Auswirkungen von Crypto passt.

SUIVRE CET AUTEUR

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous

Gagnez jusqu’à 10 000 USD chaque semaine avec l’AMM + Arena de CoinFLEX !

Gagnez dès maintenant