Résumé des aventures de la finance décentralisée (DeFi) en 2020

Partager l’article
EN BREF
  • 2020 a eu sa part de scandales, de catastrophes et de péripéties DeFi.

  • La finance décentralisée a parcouru un long chemin en peu de temps durant l'année 2020.

  • L'année 2021 sera probablement marquée par l'émergence de protocoles beaucoup plus novateurs et "plus intelligents".

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

En 2020, la finance décentralisée (DeFi) a été le catalyseur de l’élan du marché de la crypto-monnaie, mais tout n’a pas été rose pour cette industrie embryonnaire. Avec d’innombrables lancements de nouveaux produits et tokens, et des contrats et codes intelligents pour la plupart non testés, le moins qu’on puisse dire est que le secteur a connu des hauts et des bas.



Des exploitations de prêts flash aux tristement célèbres “pullrugs”, en passant par les escroqueries, les piratages et le crypto-tribalisme, 2020 a eu sa part de scandales, de péripéties et de feuilletons DeFi. Nous allons récapituler ici les événement les plus importants de l’année et nous pencher sur ce qui pourrait arriver au secteur de la finance décentralisée en 2021.

Les débuts de la DeFi

Début 2020, la valeur totale verrouillée (TVL) de tous les protocoles DeFi n’était que de 680 millions de dollars, selon DeFi Pulse. A la fin de l’année, neuf protocoles individuels détiennent plus que ce montant de garantie bloqué, dont cinq dépassant un milliard de dollars en TVL.



Le montant total des garanties bloquées a atteint 15 milliards de dollars en 2020, soit une hausse monumentale de 2 100% depuis le début du mois de janvier. Les tokens liés à la DeFi ont été les plus performants de cette année, même si beaucoup ont subi une forte correction au cours des deux derniers mois.

Comme pour le boom des altcoins de 2017-2018, certains survivront et continueront de croître, tandis que la majorité s’effondrera et disparaîtra dans l’obscurité. Après tout, seul un nombre limité de pools agricoles à nom alimentaire sont nécessaires.

Le premier accroc de taille pour la DeFi a eu lieu en février, lorsque le protocole de prêt et de trading de marge bZx est devenu la première victime sérieuse de 2020. Il a subi deux exploitations de prêts flash, entraînant la perte de près d’un million de dollars de fonds d’utilisateurs.

Ces exploitations ont généré un crescendo de critiques de la part des détracteurs de la DeFi et des puristes de bitcoin (BTC). Ceux-cis prétendaient alors que tout l’écosystème de finance décentralisée était une escroquerie et s’avérait en fait centralisé.

Le chaos du marché de mars

L’écosystème DeFi a beaucoup souffert en mars, lorsque les marchés financiers mondiaux se sont effondrés à la suite de la pandémie du covid-19. Les crypto-monnaies ont chuté, et les garanties de la DeFi se sont effondrées de 50%, les investisseurs ayant paniqué, liquidé leurs prêts et vendu leurs placements.

Le principal protocole de l’époque, Maker, a beaucoup souffert lors de l’événement surnommé “Black Swan” qui a entraîné la liquidation massive de la grande majorité de ses chambres fortes. Cela a eu pour conséquence de sous-collatéraliser environ 4 millions de dollars en DAI et de faire perdre leurs fonds à de nombreux investisseurs.

Quelques autres piratages ont suivi en avril et mai, lorsque imBTC et dForce ont été attaqués. En juin, Bancor a subi une exploitation de son contrat intelligent.

Le début de la folie des fermes de rendement DeFi à noms d’aliments

L’élan du marché DeFi a été catalysé par Compound Finance, le premier protocole à lancer la frénésie des fermes de liquidités. Cette mania allait dominer les trois prochains mois et entraîner une grand fureur et un certain nombre de nouvelles histoires au sein l’industrie naissante.

Dès le premier jour de trading, le token COMP du protocole est devenu l’actif le plus précieux de la DeFi, ce qui en a fait une “licorne” de la capitalisation boursière, ayant atteint un milliard de dollars. Des accusations de manipulation du marché, impliquant l’une des plus grandes plateformes d’échange centralisées du monde, ont été lancées alors que les exchanges se bousculaient pour inscrire le token le plus populaire de la DeFi. Coinbase, qui a investi dans le Compound Finance en 2018, a alors eu une influence assez importante sur l’orientation des cours.

À la fin de l’année, cependant, le token avait perdu plus de 50% de sa valeur, d’autres produits l’ayant usurpé et le protocole ayant chuté dans la liste de la TVL.

Les guerres de clonage étaient sur le point de commencer, et des codeurs anonymes ont commencé à dupliquer des contrats intelligents à source ouverte pour lancer leurs propres protocoles d’agriculture DeFi, avec un succès mitigé.

Yam Finance a donné le coup d’envoi de la frénésie alimentaire des sosies DeFi, laquelle allait faire passer des milliards de dollars de garanties crypto de protocole en protocole, alors que les investisseurs enflammés (ou les degens, comme on les appelait) traquaient la prochaine chance de gain facile.

L’entière situation s’est quelque peu convertie en un terrain de jeu au cours du troisième trimestre de l’année, alors que les bitcoiners dévoués et les piliers de l’industrie ont pris un peu de recul pour observer ce carnage de crypto.

Quelques jours après que les degens aient empilé des millions de dollars au sein du protocole Yam, un bug de code a été trouvé dans ses contrats intelligents non vérifiés, ce qui a amené l’équipe derrière la plateforme à faire appel aux baleines pour la sauver, promettant des tokens de gouvernance pour voter sur un “redémarrage” du système.

Cela a bien sûr provoqué une nouvelle vague d’angoisse de la part des experts du secteur. Certains, comme le PDG de ShapeShift, Erik Voorhees, ont qualifié Yam d’escroquerie.

$YAM ressemble à une escroquerie… ou, pour être plus charitable, à des absurdités de pump et de dump.

Des projets comme celui-ci ne seront pas bons pour la defi…

Qu’est-ce que je loupe ? Les acheteurs sont-ils des participants volontaires à un jeu idiot, ou des personnes qui prétendent avoir accès à une valeur réelle ?

Le minage vampire et la saga Sushiswap

Yam Finance n’était qu’un début, car le vrai bonheur était encore à venir. Le terme “vampire mining”, ou minage vampire”, a été inventé à la fin du mois d’août lorsqu’un protocole appelé SushiSwap a créé une fork à partir d’Uniswap pour offrir de meilleures récompenses et ses propres tokens SUSHI. Le principal exchange décentralisé, Uniswap, ne disposait pas de son propre token à l’époque et offrait seulement une réduction des frais de transaction aux fournisseurs de liquidités.

Naturellement, en quelques jours, plus d’un milliard de dollars a quitté Uniswap pour arriver sur SushiSwap, et les cours des tokens SUSHI ont explosé. Le chaos a commencé le 6 septembre, lorsque le fondateur anonyme connu seulement sous le nom de Chef Nomi a vendu pour 8 millions de dollars de tokens SUSHI, provoquant l’effondrement de leur cours. La communauté crypto en a été ébranlée, et les finances décentralisées ont été durement critiquées une fois de plus.

Le protocole cloné a finalement été repris par le PDG de l’exchange de produits dérivés FTX, Sam Bankman-Fried (SBF). Ce dernier a pris les rênes avec un consortium de baleines DeFi grâce à un contrat intelligent multi-signatures empêchant une seule personne de tout vendre. Le mal était déjà fait, et les cours du SUSHI ont chuté de 94%, passant de près de 9 dollars à moins de 0,50 dollar au cours des deux mois suivants.

De nombreux clones DeFi ont suivi, dans le but de reproduire le succès de SushiSwap du jour au lendemain. La plupart d’entre eux n’y sont pas parvenus, car les investisseurs ont commencé à prendre conscience de la situation. Il y a toutefois eu des hauts et des bas, les degens s’accumulant dans les différentes offres de départ avant que les rendements ne sautent vers la prochaine, laissant les retardataires sans le sou.

De nouveaux clones de protocoles à nom alimentaire apparaissaient presque quotidiennement, notamment Pizza, Hotdog, Kimchi, Pancake, Bakery, Pickle, Burger, Cream et Harvest. Certains s’avéraient être des systèmes de “pump et dump” flagrants, ou de “pullrug”, comme ils se sont fait connaître dans l’industrie. Certains fonctionnent encore aujourd’hui.

Uniswap a vu qu’il était temps de riposter, et a donc lancé son propre token de gouvernance, l’UNI, qui pouvait être exploité dans quatre pools de liquidité pendant deux mois. Le DEX (exchange décentralisé) en a également envoyé une grande quantité par airdrop aux anciens utilisateurs de la plateforme. Entre septembre et novembre, les garanties d’Uniswap ont atteint plus de 3 milliards de dollars, ce qui en a fait le plus grand protocole DeFi au monde à l’époque.

Le feuilleton du prix du gaz

Comme versant négatif de toutes ces fermes alimentaires DeFi et des rendements des degens passant d’un protocole à un autre, la demande sur le réseau Ethereum (ETH) a augmenté. En conséquent, le prix du gaz a atteint un niveau record. Début septembre, le prix moyen sur Ethereum a atteint un sommet record de plus de 15 dollars par transaction (et beaucoup plus pour ceux qui ne voulaient pas attendre).

Ce malheureux effet secondaire a particulièrement satisfait les purites, qui y ont vu l’occasion de dénigrer Ethereum et vanter les vertus de leur Bitcoin bien-aimé. Le crypto-tribalisme était à nouveau à son comble, alors que les batailles BTC contre ETH faisaient rage sur les médias sociaux et que les mêmes vieux personnages s’acharnaient à répéter les mêmes vieux arguments.

La crise du gaz a également donné naissance à un certain nombre “d’Ethereums killers”, tels que Smart Chain de Binance, Flamingo Finance de NEO, Solana et Polkadot. Cela dit, aucun n’a encore été à la hauteur de la tâche. Les prix des transactions sont revenus à la normale tandis que le lancement de la phase 0 d’ETH 2.0 approchait à grands pas, bien que sa mise à échelle ne soit prévue que dans un an.

Toujours plus d’exploitations de contrats intelligents

Le fondateur de Yearn Finance, André Cronje, a causé un certain remue-ménage lorsqu’il a publié quelques allusions à un projet qu’il développait pour une économie “multiverse” appelée Eminence Finance. Le contrat non audité du REM était en ligne, et se trouvait rempli de la FOMO des degens. Quinze millions de dollars y ont ensuite été dérobés par un hacker.

D’autres piratages de la DeFi et exploitations de contrats intelligents ont eu lieu plus tard dans l’année avec Harvest Finance, Pickle Finance, et un piratage évité de justesse pour SushiSwap.

En septembre, une création de token FEW destinée à être une blague d’un des membres éminents de la communauté DeFi a tourné au vinaigre, attirant beaucoup de réactions sur les réseaux sociaux.

La fin d’une année houleuse pour la DeFi

Sagas et feuilletons dramatiques mis à part, il y aura toujours des misanthropes et des détracteurs des nouvelles technologies et approches. Il y a ceux qui préfèrent se concentrer sur ses faiblesses et ceux qui veulent travailler à rendre la DeFi plus forte et plus résistante à de tels exploitations de ses failles.

La finance décentralisée a fait beaucoup de chemin en peu de temps en 2020, et les choses ne font que commencer pour ce nouveau paysage financier émergent de demain. L’année 2021 verra probablement l’émergence de protocoles beaucoup plus novateurs et “intelligents” alors que les péripéties DeFi de cette année se mueront en souvenirs lointains.

Auteur : Martin Young

NOTE : Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur et ne représentent ou ne reflètent pas nécessairement celles de BeInCrypto.

Share Article

The opinion of BeInCrypto staff in a single voice.

SUIVRE CET AUTEUR