Cours du bitcoin : combien de BTC restent en circulation?

Partager l’article
EN BREF
  • Bitcoin a été conçu mathématiquement de manière décentralisée pour se protéger contre un système bancaire défectueux.

  • Avec près de 90% de l'ensemble de l'offre de bitcoins déjà produits, en circulation ou perdus à jamais, il n'en reste que très peu en circulation.

  • L'année 2140 est la date cible de l'épuisement de la production de bitcoins.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

L’un des principaux avantages du bitcoin est qu’il n’est pas susceptible à l’inflation. Cela le rend lucratif pour les imprimeurs de monnaie de la banque centrale, respectif au cours du bitcoin.



Le bitcoin a été conçu mathématiquement de cette façon, comme une couverture décentralisée contre un système bancaire défectueux qui était en grande partie responsable de la dernière crise économique majeure, en 2008. Plus d’une décennie plus tard, l’économie mondiale est à nouveau en ébullition et les banques impriment de l’argent sans se soucier du lendemain pour tenter d’empêcher leurs économies respectives de sombrer dans une nouvelle crise financière.

Avec près de 90% de l’ensemble de l’offre de bitcoins déjà produits, en circulation ou perdus à jamais, il n’en reste plus beaucoup aujourd’hui. Ce graphique de base présente de manière simplifiée l’émission et l’offre monétaire prévisibles du Bitcoin.



Source: bitcoinblockhalf.com

Pour comprendre pourquoi le bitcoin a été conçu de cette manière, il faut remonter quelques années en arrière, depuis sa création.

L’histoire de Bitcoin en bref

Après un certain nombre de tentatives de monnaie numérique, la plus réussie étant la monnaie B de l’ingénieur en informatique Wei Dai en 1998, l’énigmatique Satoshi Nakamoto a apparemment commencé à travailler sur son livre blanc en 2008. En octobre de la même année, il a été publié sous l’intitulé «Bitcoin : un système de paiement électronique pair-à-pair»

Le document de neuf pages décrivait la conception et la justification d’une monnaie numérique avec l’intention de faire ce qu’aucune autre tentative ne pouvait faire auparavant: créer une monnaie anonyme, sans besoin de preuve de confiance et décentralisée.

“Ce qu’il faut, c’est un système de paiement électronique basé sur une preuve cryptographique au lieu de la confiance, permettant à deux parties consentantes de traiter directement l’une avec l’autre sans avoir besoin d’un tiers de confiance.”

Satoshi n’était pas fan du système bancaire moderne, en particulier des banques à réserves fractionnaires par lesquelles une banque accepte des dépôts et consent des prêts ou des investissements avec l’argent d’autrui, mais est tenue de ne détenir des réserves qu’une fraction de ces dépôts.

Au début, des bitcoins étaient envoyés vers et depuis les utilisateurs par intérêt et pour tester le logiciel. La première utilisation réelle de BTC pour acheter quelque chose a été faite en 2010 lorsque Laszlo Hanyecz a demandé une pizza sur le forum bitcointalk en échange de 10 000 bitcoins. Il a reçu une commande de 25$ de pizza en échange de ses BTC, marquant la toute première transaction pour un actif corporel, notant le cours du bitcoin.

Au cours de la première année d’existence de Bitcoin, il n’y avait pas de plateformes d’échange pour changer le fiat en Bitcoin et vice versa. Cette exigence essentielle a été satisfaite par Jed McCaleb qui a transformé son nom de domaine mtgox.com en le tout premier exchange de bitcoins, appelé Mt. Gox, et qui était à l’origine connu sous le nom de Magic: The Gathering Online Exchange.

D’ici 2014, le Mt. Gox gérait 70% des transactions bitcoin mondiales et son infrastructure commençait à ressentir la pression. Il avait également été formellement exclu du système bancaire des États-Unis l’année précédente en raison de problèmes de réglementation. L’échange a été fermé en 2014, à la suite de la perte de plus de 744 000 BTC.

Au fur et à mesure que le prix du bitcoin gagnait en popularité, de plus en plus d’exchanges et de plateformes de négociation ont été créés et l’adoption mondiale a augmenté. Le 3 janvier 2019, le bitcoin a eu dix ans et était un trading d’actifs numériques mondialement reconnu à environ 3 870$.

Combien de bitcoins restants?

Au moment de la rédaction de cet article, il y avait 18,6 millions de BTC en circulation, soit 88,57% du maximum prédéterminé de 21 millions. Cela signifie qu’il en reste environ 2,4 millions à miner. En raison du modèle mathématique régissant l’émission de bitcoins, il faudra environ 119 ans pour exploiter les 11,5% restants de l’offre.

L’année 2140 est la date cible pour l’épuisement de la production de bitcoins, selon le tableau d’émission et la blockchain codée en dur. Tous les quatre ans, le nombre de Bitcoins produits par bloc est divisé par deux. Il s’agit de la fameuse réduction de moitié, également connu sous le terme de “halving” de Bitcoin.

Il faut dix minutes pour produire un bloc et la récompense minière actuelle est de 6,250 BTC par bloc. En 2024, cela chutera à 3,125 BTC par bloc, diminuant de moitié, encore et encore, tous les quatre ans jusqu’à épuisement de l’offre. Actuellement, 900 BTC sont minés par jour.

Cette fonction de réduction de moitié donne également lieu à des modèles de tarification tels que les ratios «stock / flux». La monnaie en circulation – le stock, ou l’offre – est divisée par le nombre de nouvelles pièces générées – le flux – ce qui en fait une monnaie «forte», qui a tendance à prendre de la valeur comme c’est le cas depuis sa création.

La rareté stimule également la demande et cela a été clairement démontré par le comportement avare des fonds institutionnels en 2020, qui ont récupéré l’actif à des niveaux sans précédent. En utilisant le bitcoin comme une couverture contre la politique budgétaire approuvée par l’État, c’est-à-dire l’impression monétaire, ces acteurs institutionnels sont peu susceptibles de vendre l’actif s’ils estiment que sa valeur augmentera à long terme. Cela alimente en outre la propriété de rareté de l’actif.

Des bitcoins perdus

En 2018, les experts du secteur ont estimé qu’au moins 4 millions de BTC étaient «perdus», tandis que 2 millions avaient été volés.

Cela laisse une circulation théorique actuelle plus proche de 14,5 millions de pièces utilisables et échangeables. Le Wall Street Journal estime qu’environ 20% de toutes les pièces existantes ont été «égarées» et qu’il est très peu probable qu’elles reviennent en circulation, ayant un effet sur le cours du bitcoin.

Il existe des estimations plus extrêmes des pièces perdues, comme un document de recherche d’avril 2020 du directeur de Cane Island Alternative Advisors, Timothy Peterson, qui a affirmé que 1 500 bitcoins sont perdus chaque jour, ce qui signifie que seulement 14 millions d’entre eux seront jamais en circulation.

L’importance du chiffre 1337

Le chiffre 1337 est largement utilisé en ligne pour représenter le terme «LEET», qui signifie «Élite». Il a souvent été associé au bitcoin avec la prémisse que posséder seulement 0,1337 BTC vous placera parmi l’élite mondiale des investisseurs si l’actif atteignait ces hautes prévisions de prix à sept chiffres au cours de la prochaine décennie.

Aux prix élevés à un cours du bitcoin de près de 42000 USD, ce montant de BTC ne représenterait qu’environ 5 600 USD, mais si l’actif atteint un territoire à sept chiffres au cours de la prochaine décennie, il pourrait valoir beaucoup plus. Pour le moment, posséder un seul bitcoin est au-dessus des moyens de la majorité des personnes “normales” en âge de travailler et qui ne disposent pas de dizaines de milliers de dollars.

Qui sont les poids-lourds du Bitcoin?

La propriété de Bitcoin est très inégale, ce qui signifie que quelques individus possèdent la majorité de l’actif. Cela a été exacerbé récemment avec d’énormes fonds institutionnels tels que Grayscale et MicroStrategy qui en ont récupéré des milliers à la fois. Il a également été largement rapporté que Satoshi a miné environ 1 million de BTC et qu’aucune de ces pièces n’a bougé au cours de la dernière décennie.

Selon la Bitcoin Rich List, seules 101 adresses détiennent environ 14% de l’offre actuelle de bitcoins, ce qui équivaut à environ 90 milliards de dollars, bien que bon nombre des plus grandes appartiennent à des bourses. 30% supplémentaires de tous les bitcoins sont également détenus dans des adresses contenant de 1 000 à 10 000 pièces.

Une autre statistique révélatrice est qu’environ la moitié de toutes les adresses contiennent moins de 0,001 BTC. Donc, essentiellement, plus de 85% de tous les bitcoins actuellement en circulation sont détenus dans des adresses contenant plus de dix pièces.

Si cette tendance se poursuit et que les monopoles n’ont pas l’intention de vendre leurs avoirs, la quantité de bitcoins restant à acheter par les classes populaires sera sévèrement limitée.

L’offre et la demande affectent le cours du bitcoin

En conclusion, il ne reste que 2,4 millions de bitcoins à extraire sur une période de 119 ans. Avec près de 90% de tout les BTC étant déjà en circulation ou perdu à jamais, ces nouveaux seront en effet très dispersés.

Le cycle actuel du marché indique que les institutions ont acheté l’actif à des niveaux sans précédent et cela ne changera probablement pas compte tenu de l’actuelle situation économique désastreuse dans le monde.

Au cours de sa durée de vie de douze ans, le prix de l’actif a constamment atteint de nouveaux sommets et des creux plus élevés pendant les marchés baissiers. Les haussiers et les baissiers (également appelées “taureaux” et “ours”) se sont battus dans quatre cycles de marché distincts, mais la tendance générale est à la hausse.

Mis à part une panne de courant mondiale catastrophique ou la fin d’Internet tel que nous le connaissons, les statistiques nous indiquent que cette tendance va changer à l’avenir.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Martin écrit sur les thèmes de cybersécurité et d'infotechnologie depuis vingt ans. Fort de son expérience en tant que trader, il couvre activement le secteur des blockchains et de la crypto-monnaie depuis 2017.

SUIVRE CET AUTEUR