Les investisseurs institutionnels ne s’intéressent pas aux altcoins ; pourquoi ?

Partager l’article
EN BREF
  • L'année 2020 a été la porte d'entrée des institutions sur le marché des cryptomonnaies, principalement grâce à Bitcoin.

  • Dans cet article, nous nous penchons sur les raisons pour lesquelles les institutions et les dirigeants de Wall Street choisiraient Bitcoin plutôt que d'autres options.

  • Cependant, un nouveau point de convergence naissant laisse présager une poussée institutionnelle vers les altcoins.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Le rêve de l’explosion spéculative de 2017 est devenu réalité 3 ans plus tard : les investisseurs intentionnels, principalement par le biais de fonds de capitaux en provenance de Wall Street, incluent maintenant Bitcoin à leur portfolio. Il ne s’agit cependant pas que d’investisseurs ; les macro-entreprises se joignent également à la fête, ajoutant des BTC à leur trésorerie. Qu’en est-il alors des altcoins au sein de cette tendance qui semble donner la seule préférence à Bitcoin ?



Lors du rassemblement annuel de Berkshire Hathaway de 2018, son directeur Warren Buffett a qualifié Bitcoin de « mort aux rats ». Il a de même assuré que les cryptomonnaies (parmi lesquelles il incluait clairement les altcoins) « termineraient mal ».

Les paroles de M. Buffet, considéré par beaucoup comme le meilleur investisseur de tous les temps, sont restées implantées comme l’avis général des institutions face à la « bulle » du marché crypto de fin 2017/début 2018.



L’ensemble du marché crypto a traversé des moments difficiles. L’année 2018, durant laquelle la majorité des actifs numériques sont descendus à leur prix minimum en date, ou plancher, a été surnommée par beaucoup comme « l’hiver crypto ».

À l’époque, l’une des rares lueurs en provenance des instituions venait de Thomas Lee, le manager de Fundstrat, une entreprise de conseils en inverstissement aux institutions prestigieuses.

Cela dit, les déclarations optimistes de M. Lee se centraient principalement sur Bitcoin, et quelquefois sur Ethereum. Les autres cryptomonnaies, mentionnées comme « altcoins », furent globalement laissées de côté.

Changement de paradigme

Le parcours de Bitcoin a évolué de manière positive. Ces opinions « d’experts en investissements » de Wall Street ont radicalement changé ces derniers temps, lorsque la fameuse « bulle » s’est convertie en une meilleure réserve de valeur que l’or.

À titre d’exemple, le directeur de la banque JPMorgan, Jamie Dimon, a qualifié Bitcoin « d’arnaque » en 2017. Pour illustrer son avis, il a déclaré qu’il licencierait tout employé « stupide » qui se lancerait dans le trading de Bitcoin.  

Il a fallu trois ans aux analystes de JPMorgan pour faire l’éloge des performances de Bitcoin plutôt que des actifs traditionnels. Les analystes du fonds d’investissement ont également asssuré que le BTC pourrait détrôner l’or, et que son cours pourrait atteindre les 146 000 dollars sur le long terme. À vrai dire, la banque de Wall Street est maintenant sur le point de lancer sa propre cryptomonnaie, le JPM Coin.

Pourquoi Bitcoin et aucune autre cryptomonnaie ?

Pour trouver la raison de choisir Bitcoin plutôt que n’importe quelle autre cryptomonnaie afin de mener à bien ses projets d’investissement, il serait prudent d’isoler les arguments fournis par les investisseurs, ainsi que les différences fondamentales du BTC avec les cryptomonnaies alternatives.

Du côté des sociétés  

Si on se penche sur le fait que Bitcoin n’est plus seulement prisé par les investisseurs prestigieux mais fait également partie de la trésorerie d’entreprises de taille, on retrouve les cas de Microstrategy et d’autres sociétés sous-jacentes influencé par la décision de celle-ci.

Parmi les entreprises ayant des positions en BTC, et dont la principale activité n’est pas l’investissement, on retrouve :

  • MicroStrategy a acheté pour 1,125 milliard de dollars de Bitcoin. Sa principale raison, exprimée dans une déclaration officielle, était de “préserver la valeur” de son capital sur de longues périodes car le BTC est “une réserve de valeur fiable”.
  • Square a acheté pour 50 millions de dollars de bitcoins. Dans son communiqué, la société a déclaré que “les cryptomonnaies sont un outil d’autonomisation économique” et “fournissent un moyen pour le monde de participer à un système monétaire mondial”. Sachant que ces objectifs “s’alignent” sur ceux de l’entreprise, son investissement est ainsi justifié.
  • L’entreprise canadienne NexTechAR achètera 2 millions de dollars de BTC. Dans leur communiqué, ils ont assuré que “Bitcoin est une réserve de valeur à long terme et un actif d’investissement attrayant avec plus de potentiel d’appréciation à long terme que la détention de liquidités”.

Du côté des institutions financières

Samson Mow, directeur de la sécurité de Blockstream, l’une des sociétés ayant la plus longue expérience dans l’industrie des bitcoins, a présenté dans une publication sur son compte Twitter officiel la liste de tous les cas importants d’achat de bitcoins par des institutions dont l’activité principale est l’investissement :

  • One River, un fonds d’investissement de 1,6 milliard de dollars, a acheté 600 millions de dollars et achètera 400 millions de dollars de plus en Bitcoin. Eric Peters, PDG et DSI de One River, a déclaré que Bitcoin et Ethereum (tous deux inclus dans son plan d’investissement) ont plus de “convexité” que l’or.
  • Guggenheim, un fonds d’investissement de 5,3 milliards de dollars, achètera 530 millions de dollars de Bitcoin. Représentant du fonds, Scott Minerd a déclaré qu’en raison de l’impression délirante d’argent par la Réserve fédérale américaine, et puisque Bitcoin “est basé sur la rareté et l’évaluation relative”, son prix pourrait atteindre 400 000 dollars par BTC. De plus, il a comparé Bitcoin à l’or, en précisant que la cryptomonnaie a “une valeur inhabituelle en termes de transactions”.
  • Sky Bridge, un fonds de 9,2 milliards de dollars, a acheté 182 millions de dollars de Bitcoin. Son fondateur, Anthony Scaramucci, a suivi une position similaire à celle de ses collègues en affirmant que Bitcoin est une “réserve de valeur”.
  • Ruffer, un fonds de 620 millions de dollars, a acheté 15 millions de dollars de Bitcoin. Ils ont décrit Bitcoin comme une “petite mais puissante police d’assurance”, et ont déclaré que le BTC “agit comme une couverture pour certains des risques de change et des risques de marché”.
  • MassMutual, un fonds de 675 milliards de dollars, a acheté pour 100 millions de dollars de Bitcoin. L’achat a été effectué par le New York Digital Investment Group. Son fondateur, Ross Stevens, a cité la dépréciation du dollar et les taux d’intérêt proches de zéro comme raisons poussant les entreprises à acheter des bitcoins.

Similarités et différences

“Bitcoin est une réserve de valeur” est le récit le plus courant parmi les organisations mentionnées ci-dessus. Cette situation est principalement due à l’incertitude économique qui entoure la norme du dollar avec ses émissions massives, ses relances économiques et le contexte économique des projections mondiales.

À vrai dire, l’inquiétude est telle que Bitcoin en est venu à être comparé à l’or. Le métal précieux “tangible” est la réserve de valeur préférée de l’humanité depuis des milliers d’années.
Des investisseurs renommés de Wall Street tels que Stanley Druckenmiller et Paul Tudor Jones sont également à mentionner ici. Tous deux soulignent que Bitcoin sera plus performant que l’or.

Pour Dan Truque, responsable du développement commercial pour les actifs alternatifs chez Symbiont, qui travaille depuis longtemps avec des institutions, la raison pour laquelle il a choisi Bitcoin plutôt que d’autres alternatives réside principalement dans le fait que le BTC est la cryptomonnaie qui possède la plus grande liquidité et la plus grande part de marché. Ce facteur est considéré comme très important lorsqu’on considère un investissement.

De même, M. Truque a expliqué :

“Les grandes institutions ne peuvent pas investir dans d’autres devises car, avec des montants relativement faibles, elles feraient varier le prix du marché en achetant. En général, de plus, les cryptomonnaies sont corrélées avec Bitcoin, de sorte qu’un investissement dans Bitcoin a une exposition bêta au marché général des devises crypto. Cette corrélation est parfois perdue, mais du point de vue d’un investisseur ayant un portefeuille diversifié avec plusieurs classes d’actifs, le bénéfice de la diversification est suffisant rien qu’en y ajoutant Bitcoin”.

Bitcoin, unique et impossible à remplacer par des altcoins

La réalité est que les caractéristiques propres à Bitcoin en tant que monnaie le rapprochant de l’or sont uniques. Il est impossible de retrouver ces caractéristiques dans une autre monnaie cryptographique.

Étant donné sa rareté prédéterminée pour cette catégorie d’investisseurs, Bitcoin est donc un actif refuge. Il s’agit du seul actif au monde dont la rareté est limitée et prévisible. De plus, et en comparaison avec d’autres cryptomonnaies, Bitcoin est le plus grand moyen de transfert de valeurs cryptographiques au sein du réseau monétaire décentralisé le plus sécurisé au monde. Ce sont autant de raisons cohérentes de considérer le BTC comme un “refuge de valeur sûr et de qualité”.

Les investisseurs institutionnels exigent un refuge de valeur, étant donné les circonstances imprévisibles qui laissent présager de mauvaises périodes pour le dollar. Bitcoin est alors leur meilleure et unique option.

Les autres options de la liste, où on pourrait retrouver l’éther et le XRP comme deuxième meilleure capitalisation boursière selon CoinMarketCap, présentent des distinctions par rapport au BTC. Pour commencer, aucun des deux n’est un actif strictement rare comme Bitcoin. D’autres éléments, tels que la décentralisation, la sécurité et les antécédents, pourraient également être des raisons de les faire passer au second plan.

Ethereum reçoit de plus en plus d’attention

Toutefois, l’incursion institutionnelle sur le marché des bitcoins présente des indications d’un intérêt mineur, mais intéressant, pour Ethereum et son jeton ETH.

Au sujet des premières mentions des cryptomonnaies à Wall Street, Thomas Lee a averti en 2018 via Bloomberg qu’Ethereum était prêt pour un grand rallye.

D’autre part, il est important de rappeler que le PDG de One River, l’un des fonds d’investissement mentionné dans ce texte comme référence pour les achats institutionnels, a également inclus l’éther dans son portefeuille de crypto-actifs.

Pour clore l’idée de participation, Grayscale, l’une des plus grandes représentations du capital d’investissement sur le marché des cryptomonnaies, a déclaré que de plus en plus d’investisseurs institutionnels s’intéressaient à Ethereum. Ils ont d’ailleurs répété qu’il s’agissait seulement d’Ethereum et aucune autre crypto, en mettant Bitcoin de côté.

Ethereum (ETH) est un actif dont la visée est très différente de celle de Bitcoin. Ses caractéristiques répondent à des fonctions plus enracinées dans l’utilité, et non dans la réserve de valeur. Cela dit, il ne faut pas oublier que son réseau est un foyer de croissance important pour une industrie d’une valeur de plusieurs milliards de dollars qui continue à se développer sans précédent. Pour une telle révolution, il s’agirait d’un support d’investissement intéressant pour les plus avancés dans le domaine des cryptomonnaies.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

The opinion of BeInCrypto staff in a single voice.

SUIVRE CET AUTEUR