Minage Bitcoin : pourrait-il vraiment réduire les émissions de méthane d’ici 2030 ?

Partager l’article
EN BREF
  • Selon l’analyste ESG Daniel Batten, le minage Bitcoin pourrait réduire les émissions de méthane jusqu'à 8,5 % d'ici 2030.

  • M. Batten propose de convertir le méthane des champs pétrolifères et des décharges en dioxyde de carbone et de l'utiliser pour alimenter les unités de minage.

  • Selon lui, supprimer une tonne d'émissions de méthane serait plus efficace que d'éviter la même quantité de CO2.

  • promo

    BeInCrypto France – Trading et actualités S’abonner

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Selon l’analyste ESG Daniel Batten, le minage Bitcoin pourrait réduire les émissions de méthane jusqu’à 8,5% d’ici 2030.

En tant que gaz à effet de serre, le méthane a 80 fois plus de potentiel de provoquer un changement climatique que le dioxyde de carbone (CO2) au cours de ses 20 premières années dans l’atmosphère. Selon plusieurs sources, celui-ci représente environ un cinquième de toutes les émissions de gaz à effet de serre.

Convertir le méthane en CO2

Daniel Batten, analyste expert en ESG (Environnement, Social et Gouvernance) et investisseur dans le BTC, explique que le minage Bitcoin pourrait réduire considérablement la concentration de méthane dans l’atmosphère.

Selon M. Batten, supprimer une tonne d’émissions de méthane serait plus efficace que d’éviter la même quantité de dioxyde de carbone. Ainsi, il propose de convertir le méthane en dioxyde de carbone et de l’utiliser pour alimenter l’industrie du minage Bitcoin.

“Pour cela, vous devez détecter les fuites de méthane, puis le brûler correctement afin de générer de l’électricité”, a expliqué M. Batten dans un long fil de discussion posté le 29 avril sur Twitter. “En faisant cela, vous obtenez +80 points pour l’élimination du méthane, mais une pénalité de -1 point pour le dioxyde de carbone résiduel. Cela s’avère donc 79 fois plus efficace que l’élimination du CO2 de notre atmosphère”.

Le méthane est produit principalement dans les décharges et dans l’agriculture, notamment lors du processus de digestion des vaches. Les activités humaines telles que la conduite automobile, les champs de pétrole et de gaz provoquent également des émissions de CH4. Une fois brûlé, cependant, le méthane se décompose pour former des produits gazeux qui ne causent pas de réchauffement climatique.

Les mineurs de Bitcoin ont commencé à expérimenter l’utilisation de ce qu’on appelle le “gaz résiduel” – du gaz naturel provenant des déchets de l’industrie pétrolière – pour alimenter leurs plateformes de minage crypto. En général, ce gaz est soit gaspillé, soit brûlé. M. Batten pense que les mineurs pourraient le combiner à l’énergie produite à partir des décharges.

“Si les mineurs Bitcoin utilisent les champs pétrolifères et les décharges du monde entier, ils pourraient réduire nos émissions mondiales de 8,5% : 1,5 % pour les champs pétrolifères et 7% pour les décharges”, explique M. Batten.

M. Batten précise que la quantité de méthane disponible dans le monde a toujours été sous-estimée. À en croire les données de la NASA citées par l’analyste, les responsables auraient sous-estimé les émissions de méthane du pétrole et du gaz de 40%. Les gaz de décharge ont également été sous-quantifiés de 127%, ajoute-t-il.

La consommation énergétique du minage Bitcoin est inférieure à celle des banques

Depuis plusieurs années, les scientifiques considèrent les émissions de gaz à effet de serre comme l’une des principales causes du changement climatique. Aujourd’hui, le minage Bitcoin est également sur le banc des accusés. En effet, certains universitaires et économistes pensent que le processus d’émission de nouveaux BTC contribue au changement climatique.

Selon eux, le minage Bitcoin “consomme trop d’électricité” produite à partir de combustibles fossiles comme le charbon, qui constitue une source majeure d’émissions de carbone. Par exemple, Fairplanet estime que “chaque transaction Bitcoin utilise environ 2 100 kilowattheures (kWh), soit à peu près l’équivalent de ce qu’un ménage américain moyen consomme en 75 jours”.

Ceci dit, on parle beaucoup moins de l’utilisation de l’électricité par les institutions financières traditionnelles monopolistiques comme les prêteurs commerciaux.

En août 2018, Dr Katrina M. Kelly-Pitou, chercheuse au Département d’ingénierie électrique et informatique de l’Université de Pittsburgh, a publié un article intitulé “Arrêtez de vous soucier de la quantité d’énergie utilisée par Bitcoin”. Dans son article, la chercheuse a expliqué que le minage Bitcoin n’est pas toujours énergivore ou dangereux pour l’environnement.

En ce qui concerne l’estimation selon laquelle “le minage Bitcoin aurait consommé 30 térawattheures en 2017”, soit l’équivalent de la consommation électrique de l’Irlande, Dr Katrina M. Kelly-Pitou a répondu : 

“C’est beaucoup, mais ce n’est pas exorbitant. Le secteur bancaire consomme environ 100 terrawatts d’électricité par an. Si la taille actuelle du marché Bitcoin devait se multiplier par 100, elle ne représenterait que 2% de toute la consommation d’énergie”.

Le méthane n’est pas un “laissez-passer” pour Bitcoin

Cependant, M. Batten souligne que les émissions de méthane ne sont pas une carte de “laissez-passer” pour Bitcoin.

“Nous devons réduire à la fois le méthane et le CO2”, précise-t-il. “Alors que le méthane est plus mortel, le dioxyde de carbone est beaucoup plus répandu. Il est donc extrêmement important de réduire nos émissions de chacun de 50%”.

Willy Woo, un spécialiste en Bitcoin qui s’intéresse à l’impact du minage sur l’environnement, pense qu’il est nécessaire de “revoir les études qui prétendent que le minage crypto est mauvais pour l’environnement”.

“Si vous pensez que Bitcoin nuit à l’environnement, cherchez plus loin. Il s’agit de la meilleure technologie dont nous disposons pour accélérer l’adoption des énergies renouvelables”, a tweeté Willy Woo, citant les arguments de M. Batten.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Jeffrey Gogo is a versatile financial journalist based in Harare, Zimbabwe. He has more than 17 years experience covering local and global financial markets; economic and company news. Gogo first encountered bitcoin in 2014, and began covering cryptocurrency markets in 2017.

SUIVRE CET AUTEUR

La série de NFT populaire lance sa monnaie.

Tradez ApeCoin!

Gagnez jusqu’à 10 000 USD chaque semaine avec l’AMM + Arena de CoinFLEX !

Gagnez dès maintenant