“J’ai tout perdu” : Do Kwon à propos de l’effondrement de Terra Luna

28 juin 2022, 20:52 CEST
Mis à jour par Célia Simon
28 juin 2022, 20:52 CEST
EN BREF
  • Do Kwon affirme avoir tout perdu, mais qu'il a gardé confiance dans le développement de Terra 2.0.
  • promo

La plus grande crise que le marché crypto ait connue dans son histoire récente reste à l’ordre du jour.

Le créateur de Terra, Do Kwon, a fait de nouvelles déclarations concernant l’effondrement puis le relancement de LUNA et UST sur le réseau.

Dans une interview accordée au Wall Street Journal, Do Kwon a déclaré avoir tout perdu dans le processus, mais n’a pas cessé d’avoir confiance dans le développement de Terra 2.0.

Do Kwon est devenu l’une des figures les plus reconnaissables du marché crypto, et fait actuellement l’objet d’enquêtes dans de nombreux pays. Il s’est jusqu’à présent fait discret, ne publiant que de courts messages sur son compte personnel de réseaux sociaux. Après tous ces événements, cela dit, M. Kwon a donné sa première interview approfondie au Wall Street Journal.

“Je ne suis pas un escroc, j’ai juste échoué”

Le créateur de l’écosystème Terra y a contesté les allégations de fraude à son encontre et a déclaré qu’il avait simplement subi un échec. Kwon a également déclaré que, bien qu’il ait tout perdu pendant l’effondrement de son projet, cela ne l’a pas beaucoup affecté car il menait une vie simple.

“J’ai perdu tous les paris que j’ai placés sur ce réseau, mais mes actions correspondent à mes paroles à 100 %. Il y a une différence entre échouer et tricher. J’ai tout perdu dans le processus.”

Après l’effondrement de l’écosystème Terra, Do Kwon a en effet été accusé d’avoir extrait de grandes quantités d’argent du système. FatMan fait partie des membres de la communauté Terra à avoir divulgué des informations sur la communauté pendant ce crash, ayant notamment affirmé que Do Kwon avait retiré 2,7 milliards de dollars du système.

De son côté, Kwon a déclaré sur son compte de réseaux sociaux que son seul revenu au cours des deux dernières années provenait du salaire qu’il recevait de Terraform Labs.

Terra se relèvera

Dans cette interview accordée au Wall Street Journal, Do Kwon a également déclaré qu’il croit que l’entreprise peut se relever avec Luna 2.0. Le PDG de Terraform Labs aurait ainsi pleinement confiance dans la capacité de l’entreprise à se reconstruire plus forte qu’avant.

“Après ce qui est arrivé à Terra, j’étais dévasté. J’espère que toutes les familles touchées prennent bien soin d’elles-mêmes et de leurs proches. J’ai pleinement confiance dans la reconstruction de l’écosystème. De nombreux développeurs sont en train de redémarrer leurs applications sur la nouvelle chaîne.”

Après l’effondrement des prix de LUNA et le stablecoin UST, les développeurs de Terra ont commencé à travailler sur une nouvelle solution. Luna 2.0 a alors été offert à la communauté, et une nouvelle mise à jour a eu lieu sur le réseau. Cependant, l’intérêt des investisseurs et des développeurs à cet égard est resté faible.

Terra, LUNA, Do Kwon, Ber

Les développeurs de Terra sont sous investigation

Après les événements de l’écosystème Terra, on a également appris que certains développeurs, ainsi que Do Kwon lui-même, étaient dans la ligne de mire d’institutions de régulation telles que la Financial and Securities Crimes Joint Investigation Team de Corée du Sud.

Dans les informations partagées par des sources locales dans la région, il a été déclaré que les anciens comme les nouveaux développeurs Terra sont soumis à une interdiction de quitter le pays. Il a également été indiqué que cette décision pourrait constituer une préparation à la convocation d’autres personnes concernées, ainsi qu’à des actions supplémentaires telles que des perquisitions et des saisies.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.