Voir plus

La banque Euro Pacific de Peter Schiff épinglée par les autorités portoricaines

3 mins
Mis à jour par Matias Calderon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

EN BREF

  • Les autorités de Porto Rico ont ordonné la fermeture d’une banque appartenant à l’analyste financier Peter Schiff.
  • La banque est soupçonnée d’évasion fiscale et de blanchiment d'argent.
  • Peter Schiff nie ces accusations, tandis que les partisans de Bitcoin se réjouissent de cette suspension.
  • promo

Les autorités de Porto Rico ont ordonné la fermeture d’une banque appartenant à Peter Schiff, l’un des plus grands détracteurs de Bitcoin. L’établissement fait l’objet d’une enquête internationale pour évasion fiscale et blanchiment d’argent.

La réaction de la communauté crypto ne s’est pas fait attendre, car rappelons-le, Peter Schiff est un vieil ennemi de Bitcoin. Alors que certains se sont réjouis de cette décision, d’autres ont tenu à lui rappeler les limites de la finance traditionnelle.

Le Bureau du commissaire des institutions financières de Porto Rico a ordonné la fermeture de la banque internationale Euro Pacific, basée à San Juan. Ce, en raison d’allégations d’insolvabilité et d’un manque de conformité et de contrôles internes, selon le Washington Post.

En 2020, un groupe d’autorités fiscales appelé “Joints Chief of Global Tax Enforcement”, ou J5, a lancé une enquête sur la banque de M. Schiff. Ce, afin de “mettre un terme aux opérations présumées d’évasion fiscale à l’étranger et au blanchiment d’argent”.

Notons que les gouvernements des États-Unis, de l’Australie, du Royaume-Uni, du Canada et des Pays-Bas ont créé le J5 en 2018 dans le but de lutter contre les crimes financiers internationaux d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent.

“Euro Pacific a une longue histoire de non-conformité”

“Euro Pacific a une longue histoire de non-conformité”, a déclaré la commissaire Natalia Zequeira Díaz, avant d’ajouter que le Bureau “n’autorisera et ne tolérera aucune entité financière disposant d’une licence délivrée par le gouvernement de Porto Rico à agir hors la loi ou à ignorer les mandats clairs des lois et réglementations en vigueur”.

Dans son mandat de suspension, le Bureau a expliqué que Euro Pacific “a subi une perte nette d’environ 751 000 dollars en 2019 et a accumulé près de 4 millions de dollars de pertes totales”. Fin 2020, la banque avait un capital négatif de 1,3 million de dollars :

“Par conséquent, l’entité est considérée comme insolvable”, a noté le Bureau, soulignant que la banque a accusé une perte nette d’environ 550 000 dollars au cours des trois premiers mois de cette année. Actuellement, les clients d’Euro Pacific ne peuvent ni accéder à leurs comptes ni retirer leurs fonds.

Peter Schiff nie les accusations

M. Schiff a fondé Euro Pacific en 2011, avec plusieurs filiales dans les Caraïbes. Deux ans après son démarrage, la banque comptait 15 000 clients. Six ans plus tard, la banque a reçu une licence d’exercice sur le territoire américain de Porto Rico et s’y est installée.

Après la formation du J5, la banque a perdu 150 millions de dollars en raison de la fuite massive de clients. Dans un post Twitter, M. Schiff a démenti les accusations selon lesquelles sa banque serait insolvable. “La banque a suffisamment de liquidités pour rembourser entièrement tous les clients dès demain”, a-t-il rétorqué, avant d’ajouter : 

“La banque elle-même n’a aucune dette. Mais, les régulateurs n’autoriseront personne à retirer des fonds pour le moment. La longue enquête a disculpé la banque”.

Auparavant, M. Schiff a déclaré avoir investi 7 millions de dollars de son propre argent dans Euro Pacific. Les autorités portoricaines estiment cependant que l’argent ne fait pas partie du capital de l’institution.

L’économiste a également révélé avoir négocié un accord visant à vendre la banque à une entité basée à Houston pour 24 millions de dollars – un projet qui a finalement été rejeté par les autorités.

“La seule explication est que l’IRS et le J5 ont bloqué la vente afin de pouvoir utiliser la fermeture de ma banque comme un exemple réussi de leur répression du blanchiment d’argent et de l’évasion fiscale. Ce, même si leur propre enquête a prouvé que la banque n’a rien fait pour permettre aucun crime financier”, a-t-il déploré.

La douce vengeance de la communauté crypto

Au sein de la communauté crypto, Peter Schiff est considéré comme l’un des plus grands ennemis de Bitcoin (BTC). Selon ce fervent défenseur de l’or, “Bitcoin échoue à la fois en tant que moyen de paiement et en tant que réserve de valeur car il manque d’utilité et de valeur intrinsèque”.

Après l’annonce de la fermeture de la banque Euro Pacific, les membres de la communauté crypto n’ont pas hésité à prendre leur revanche en se moquant de Peter Schiff. Certains d’entre eux ont également vanté l’inviolabilité de Bitcoin et l’incapacité des gouvernements à le contrôler.

“Les dieux du karma de Bitcoin ont massacré l’entreprise de Peter Schiff”, a écrit Max Keiser, un célèbre partisan de Bitcoin. “Je lui ai dit d’acheter Bitcoin à 1 $, 10 $, 100 $, 1 000 $ – Il n’a jamais passé 10 minutes à l’étudier. Maintenant, il va en payer le prix”.

“C’est la punition que vous méritez pour toutes vos critiques sur Bitcoin”, a commenté le compte Twitter Darshan Ashok. 

“ Tu aurais dû acheter du Bitcoin papi”, a écrit un autre utilisateur.

Les meilleures plateformes de cryptos | Juin 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, BeInCrypto s'engage à fournir des informations impartiales et transparentes. Cet article vise à fournir des informations exactes et pertinentes. Toutefois, nous invitons les lecteurs à vérifier les faits de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre une décision sur la base de ce contenu.

49074dfeb9c1441e1227bce346c92646.jpg
Jeffrey Gogo
Jeffrey Gogo é um jornalista financeiro versátil baseado em Harare, Zimbábue. Por mais de 17 anos, ele escreveu extensivamente sobre os mercados financeiros locais e globais; notícias econômicas e da empresa. Entusiasta das mudanças climáticas, o trabalho de Gogo apareceu no maior diário do Zimbábue, The Herald, Thomson Reuters Foundation, Bitcoin.com e várias publicações online. A Gogo encontrou o bitcoin pela primeira vez em 2014 e começou a cobrir os mercados de criptomoedas em 2017.
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé