Régulations crypto : après la soumission des acteurs, la rébellion des utilisateurs ?

20 août 2022, 10:36 CEST
Mis à jour par Célia Simon
20 août 2022, 10:36 CEST
EN BREF
  • Alors que les plateformes commencent à questionner les transactions, achats et ventes crypto de leurs clients, ces derniers n'hésitent pas à contourner les régulations.
  • La surveillance pousse la crypto sphère à s'interroger : le chemin pris par l'industrie est-il vraiment le bon ?
  • promo

Les régulations crypto ont généré beaucoup d’actions de la part des grandes entreprises de l’industrie. Toutefois, malgré leur soumission, les utilisateurs semblent ne pas l’entendre de cette oreille.

Une surveillance très controversée

Les régulations crypto sont une source d’angoisses pour le secteur crypto et ce, depuis l’annonce de leur mise en place. Toutefois, l’écriture de la loi MiCa retarde l’encadrement de l’industrie tandis que les autres pays, à l’instar des Etats-Unis, restent hésitants quant à la marche à suivre. De nombreux grands bonnets de la crypto, tels que Binance, ont préféré courber l’échine et se soumettre aux exigences des régulateurs en obtenant de précieuses licences dans différents pays. Quant à la surveillance des transactions, elle est d’ores et déjà une réalité pour certaines entreprises.

Si bon nombre d’entre elles se plient désormais aux régulations, la cause est encore loin d’être acquise pour les utilisateurs. Le passionné de crypto Joe Hall en est le témoin parfait. Utilisateur de la plateforme d’échange Gemini, Hall a publié la capture d’écran d’un message en provenance directe de cette dernière.

En effet, suite aux nouvelles régulations qui somment les entreprises de connaître leurs clients, Gemini est autorisée à demander la justification de certaines transactions, achat ou vente de cryptomonnaie. Un fait qui est loin de plaire au principal intéressé, qui annonce qu’il préfère aller voir ailleurs.

Source : compte Twitter de Joe Hall

Il n’a pas fallu longtemps pour que la publication suscite le débat. Si certains internautes assurent qu’il vaudrait mieux se faire à ce processus, ils n’en critiquent pas moins la brutalité. Recevoir un email suite à une suspicion de blanchiment d’argent n’est agréable pour personne.

Pour d’autres, le verdict est sans appel : ils se rabattront désormais sur des plateformes non régulées. Une décision qui risquerait de mettre des bâtons dans les roues des régulateurs. Pire encore : celle-ci pourrait provoquer la fermeture des plateformes non licenciées, afin d’obliger les utilisateurs à réintégrer un terrain supervisé.

La crypto bientôt pire que la banque ?

Si le fait d’être remis en question par la plateforme donne envie aux utilisateurs de transférer leur argent ailleurs, c’est surtout la manière dont la surveillance est exercée qui semble poser problème. En effet, dans certains cas, le portefeuille crypto de la personne questionnée est gelé en attente d’une réponse satisfaisante.

Source : compte Twitter de Joe Hall

Pire encore, pour certains internautes, les régulations crypto sont la preuve de la mauvaise direction prise pour la crypto. Alors que l’industrie voulait, à l’origine, créer une alternative à la surveillance du système bancaire, il se pourrait que la sienne soit encore pire.

La méfiance des régulateurs étant au plus haut, les questionnements de ce genre risquent de se multiplier à l’avenir. Il se pourrait toutefois que le phénomène s’amenuise petit à petit après la mise en place de la régulation, une fois que celle-ci sera bien installée. Il faudra cependant attendre quelques mois avant que cela se produise. En effet, les autorités font en ce moment la chasse au blanchiment d’argent. La liberté des utilisateurs ne pourrait donc être retrouvée qu’une fois la crypto sphère épurée.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.