Bitcoin : l’adoption institutionnelle détruit-elle la vision de Nakamoto ?

Partager l’article
EN BREF
  • Bitcoin a été créé pour combattre le système financier traditionnel, mais ce dernier semble tirer profit de ses principes.

  • Sans le secteur bancaire et les entreprises qui parient sur le BTC, celui-ci ne serait peut-être pas devenu le phénomène de société qu'il est aujourd'hui.

  • L'État exige des déclarations fiscales et des taxes sur les cryptomonnaies, tandis que Wall Street pousse à la création d'ETF Bitcoin.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Bitcoin a été lancé en 2009 avec l’idée de créer un nouveau système de paiement, transparent, traçable et non manipulable, qui viendrait à bout des systèmes financiers obsolètes ayant mis à mal l’économie de nombreux pays et de leurs habitants.

Toutefois, le chemin pour y parvenir a été loin d’être facile, notamment en raison de la guerre de communication entre le secteur financier et les partisans de la décentralisation.

Cette confrontation s’est révélée particulièrement pertinente en 2018, lorsque les “grands investisseurs” se sont vantés de l’éclatement de la bulle financière après une chute de près de 70% du prix du BTC.

Pourtant, cette bulle n’en est pas une, et Bitcoin est plus vivant que jamais.

Aujourd’hui, on constate qu’une grande partie des entrepreneurs, des gouvernements et même certaines banques se sont rétractés de l’opinion défavorable qu’ils projetaient sur Bitcoin, adoptant désormais non seulement sa technologie (la blockchain) mais aussi certaines cryptomonnaies créées sur cette même base.

Actuellement, certaines banques sont favorables à l’adoption de Bitcoin au sein de leurs systèmes, et s’ouvrent même à l’idée qu’à l’avenir, tous leurs utilisateurs pourront utiliser des portefeuilles Bitcoin comme ils le font normalement avec des devises.

Ainsi, peut-être qu’au lieu de détruire les idéaux de Satoshi Nakamoto, ils finiront par les renforcer.

L’adoption de Bitcoin par le secteur de la finance traditionnelle lui est-elle bénéfique ?

Les cryptomonnaies sont venues révolutionner le système financier et l’ont ébranlé de telle manière que le secteur n’a eu d’autre choix que de les accepter et de s’adapter. Il existe plus de 3,8 milliards de personnes bancarisées dans le monde ; une inclusion de Bitcoin dans le système bancaire traditionnel serait donc très bénéfique pour l’ensemble de l’écosystème.

Bien que certains maximalistes de Bitcoin affirment que l’inclusion des banques va à l’encontre du rêve de Satoshi, c’est en partie grâce à ces institutions que le bitcoin a réussi à surmonter les stigmates dont il souffrait il y a quelques années. Auparavant, le BTC était considéré dans le monde entier comme une bulle technologique ou simplement comme un outil de blanchiment d’argent.

L’adoption des services bancaires et l’ampleur des nouveaux services financiers sont un signe de la maturité de Bitcoin en tant que phénomène socio-économique.

Les entreprises de services financiers entrent en scène

La capitalisation boursière de Bitcoin a reçu une impulsion exponentielle grâce à l’intérêt et aux investissements qu’il a suscités sur le marché des cryptomonnaies de la part des sociétés de services financiers.

En 2019, Bitcoin avait une capitalisation boursière de 60 milliards de dollars. Depuis, ce chiffre a augmenté de manière telle qu’il a conduit le BTC à dépasser de grandes marques qui, pendant des années, ont dominé les marchés traditionnels.

Bitcoin affiche actuellement une capitalisation boursière de plus de 1 000 milliards de dollars grâce à l’entrée de sociétés financières telles que Grayscale, Microstrategy, Square, MassMutual et Tesla, entre autres.

En août 2020, après que Microstrategy ait annoncé son premier achat de BTC, le cours de l’actif a commencé son rallye haussier attirant l’intérêt de nombreux investisseurs de Wall Street.

Counterpoint Global, une unité de Morgan Stanley, a déclaré qu’elle examinait s’il était ou non dans son intérêt d’investir dans le marché des cryptomonnaies. Si tel est le cas, le marché pourrait bénéficier d’un nouvel investissement très important, pouvant atteindre 150 milliards de dollars.

Daniel Pinto, coprésident et directeur de l’exploitation de JPMorgan, a récemment déclaré lors d’une interview à CNBC que la banque pourrait entrer dans le monde des cryptomonnaies si elle recevait davantage de demandes. Cependant, il pense que le bitcoin n’en est pas encore là.

“Si, au fil du temps, une classe d’actifs se développe et est utilisée par différents gestionnaires et investisseurs, nous devrons y répondre […] la demande n’en est pas encore là, mais je suis sûr que cela viendra à un moment donné.”

Cette affirmation peut être réfutée si on examine le graphique actuel de la capitalisation de Bitcoin : en moins de trois mois, le BTC a réussi à augmenter sa capitalisation de plus de 100%. Une réussite qui s’explique en grande partie par la demande accrue des grands investisseurs et des entreprises prospères comme Tesla.

Source: TradingView

Afin de ne pas rester à l’écart du phénomène de société qu’est devenu Bitcoin, des entreprises financières telles que Paypal et Visa travaillent depuis des mois à la réalisation d’un projet visant à ajouter les cryptomonnaies à leurs réseaux de paiement grâce à l’utilisation des technologies blockchain.

Le 29 mars dernier, ce qui semblait être un rêve pour certains détenteurs de cryptomonnaies est devenu une réalité. La multinationale de services financiers Visa Inc. a ainsi annoncé l’inclusion du stablecoin USD Coin (USDC) dans ses systèmes de paiement par le biais du réseau Ethereum et de la plateforme d’échange de cryptomonnaies Crypto.com.

Cette nouvelle marque une étape importante pour le secteur financier et les cryptomonnaies, démontrant que les deux marchés peuvent coexister sans avoir besoin de s’attaquer l’un à l’autre. Bien que pour l’instant Visa n’ait inclus qu’un stablecoin, il est possible que la société ajoute Bitcoin à sa plateforme à l’avenir.

Paypal, l’une des plus grandes sociétés de paiement en ligne au monde, a également annoncé le 30 mars qu’elle allait permettre à ses utilisateurs d’échanger des cryptomonnaies telles que Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH), Bitcoin Cash (BCH) et Litecoin (LTC) à partir de leurs portefeuilles contre des fiats. Cela permettra d’effectuer des achats comme s’il s’agissait d’une carte de crédit ou de débit.

Grâce à cette inclusion, plus de 29 millions d’établissements dans le monde devraient pouvoir proposer à leurs clients, dans les mois à venir, une nouvelle option de paiement par cryptomonnaies, de manière légale, rapide et sécurisée.

Le secteur bancaire contribue à l’expansion de l’écosystème des cryptomonnaies

Grâce à l’élan des banques, le bitcoin est en train de devenir une monnaie mondiale qui intéresse tout le monde, réalisant en quelque sorte une partie du rêve qui a inspiré Satoshi Nakamoto.

Pour ne pas devenir obsolète, le secteur financier a dû évoluer vers les nouvelles technologies, créant ainsi de meilleurs outils qui ont été bénéfiques aux deux marchés. Cette évolution forcée a permis de booster la capitalisation du marché des cryptomonnaies en y injectant davantage de flux d’argent.

Fonds négocié en bourse de Bitcoin : la solution à l’entrée en bourse du BTC

Un autre signe de la percée de Bitcoin dans le monde de la finance traditionnelle (ou de la percée du monde de la finance traditionnelle dans l’esprit anti-institutionnel des enthousiastes de Bitcoin) est la demande croissante de fonds négociés en bourse (ETF) de cryptomonnaies.

Le principal avantage qu’un ETF Bitcoin pourrait apporter au marché des cryptomonnaies est l’injection d’un flux de liquidités. Si le cadre réglementaire adéquat est en place, bon nombre des grands fonds d’investissement intéressés par le bitcoin pourraient injecter entre 400 et 600 millions de dollars au minimum dans la semaine suivant l’approbation d’un ETF en crypto.

Des montants de cette nature ont notamment été investis à partir de certains fonds d’investissement agréés dans l’ETH du Canada depuis mars dernier. Actuellement, l’un d’entre eux gère déjà des investissements de plus d’un milliard de dollars en ETF Bitcoin, un chiffre qu’il a atteint en moins d’un mois.

Source: Glassnode

Un ETF Bitcoin est un outil créé pour investir directement dans la cotation du BTC sans avoir besoin de l’acheter directement et de le stocker, ce qui pour certaines personnes peut devenir très compliqué.

Cet outil a été approuvé dans plusieurs pays tels que le Canada, le Brésil et le Chili. Les États-Unis y résistent encore, bien que des demandes aient été déposées par de multiples sociétés de services financiers telles que : Fidelity, Goldman Sachs, VanEck Associates Corp, WisdomTree Investments, First Advisors/SkyBridge, NYDIG Asset Management, et Valkyrie Digital Assets. Pourtant, la SEC ne l’approuve toujours pas.

Hester Peirce, commissaire de la SEC américaine, a cependant déclaré le 30 mars que le retardement des ETF Bitcoin pourrait avoir des conséquences négatives, car certains investisseurs chercheraient alors des voies plus risquées pour investir dans les cryptomonnaies, faute de pouvoir le faire par des voies légales.

La mort du BTC de Satoshi

Toutefois, comme le dit le dicton, “tout ce qui brille n’est pas d’or”, c’est bien le cas lorsqu’il s’agit de la réglementation du BTC. Si ces mesures sont nécessaires du point de vue de la protection des investisseurs, il est indéniable qu’un contrôle imposé par la force va à l’encontre de l’idéal même de la création de Bitcoin.

Comme nous l’avons mentionné plus haut, de nombreuses institutions n’investissent toujours pas dans le bitcoin en raison de son absence de réglementation et des éventuels problèmes juridiques qu’elles rencontreraient face à des régulateurs. En effet, la SEC américaine ou encore la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV) en Espagne poursuivent leur chasse aux sorcières contre toute entreprise ayant des actifs en cryptomonnaies non déclarés, comme celle menée par le service des impôts aux États-Unis.

Les réglementations qui ont animé le secteur financier n’ont pas seulement profité aux grandes sociétés d’investissement ou aux grands entrepreneurs : l’État en a également profité pour exiger le paiement de taxes à toute personne qui vend des cryptomonnaies, quel que soit le montant.

Cela représente un abus de pouvoir à l’égard de l’idée de liberté financière dans laquelle Bitcoin a été créé et qui a tant enthousiasmé ses utilisateurs dès le début.

Cependant, avec toutes les sociétés d’investissement qui ont les yeux rivés sur le BTC, l’année 2021 pourrait bien être la meilleure année de la cryptomonnaie malgré les réglementations. En effet, à en juger par sa capitalisation, Bitcoin semble briller de mille feux.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Diplômée en droit et grande passionnée de géopolitique et de la Colombie, où j'habite. Depuis ma rencontre avec le bitcoin et l'écosystème des cryptomonnaies fin 2017, je n'ai cessé d'absorber les informations du secteur. Le monde des FinTech et de la blockchain me passionne le plus. Pendant mon temps libre, j'aime me promener sur la plage et faire de l'équitation.

SUIVRE CET AUTEUR

Faites du trading avec les meilleurs signaux crypto - des profits garantis avec plus de 70% d’exactitude

Adhérez

Want to learn how to trade? Get a beginners guide from BeInCrypto Academy!

Learn now