Le groupe de travail Fintech d’Afrique du Sud appelle à une réglementation des exchanges de cryptomonnaies

Partager l’article
EN BREF
  • Le groupe de travail intergouvernemental sur les technologies financières d'Afrique du Sud a publié un nouveau document de position sur les crypto-actifs.

  • Il indique qu'il est nécessaire d'initier "une approche par étapes pour faire entrer les crypto-actifs dans le champ de la réglementation."

  • Il avertit également les consommateurs que ce document ne constitue pas une approbation des cryptomonnaies.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Le groupe de travail intergouvernemental sur les technologies financières d’Afrique du Sud a publié un nouveau document de synthèse sur les cryptoactifs. Il y appelle à la réglementation du système actuel de cryptomonnaie du pays.

Sponsorisé



Sponsorisé

Le groupe est composé de membres de divers acteurs clés du gouvernement d’Afrique du Sud. Il s’agit notamment du service des recettes, de la banque de réserve et de la commission de la concurrence.

Le document confirme la position du groupe. Il indique qu’il est nécessaire d’initier “une approche par étapes pour faire entrer les crypto-actifs dans le champ de la réglementation par le biais de la réglementation des fournisseurs de services d’actifs crypto.”

Sponsorisé



Sponsorisé

Évaluation du paysage crypto actuel

L’Afrique du Sud est l’un des plus grands marchés de cryptomonnaies d’Afrique. Le plus grand exchange du pays, Luno, a connu une croissance régulière de ses clients. En 2020, il a atteint près d’un million de nouveaux clients.

Cependant, la réglementation sur les cryptomonnaies dans le pays a été incertaine. Par conséquent, c’est aux exchanges de s’assurer qu’ils travaillent en toute légalité.

Par conséquent, les efforts du groupe de travail intergouvernemental dans ce domaine sont importants pour ceux qui négocient et travaillent dans les cryptomonnaies dans le pays.

En analysant le marché actuel, le groupe a expliqué qu’il avait évalué “la fonction économique sous-jacente des crypto-actifs plutôt que la technologie spécifique appliquée ou l’entité impliquée.”

Le document récemment publié présente “25 recommandations pour une position politique, juridique et réglementaire sud-africaine révisée sur les cryptoactifs et les activités connexes.” 

Trois domaines clés de la réglementation des crypto-actifs

Les trois domaines sur lesquels portent ces recommandations sont le cadre de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, les flux financiers transfrontaliers et l’application des lois du secteur financier.

Lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme

Le premier domaine auquel s’intéresse le groupe est la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (LBC/FT).

Les exchanges et autres fournisseurs de crypto-actifs sont censés se conformer à ces exigences législatives, notamment en s’enregistrant auprès du Centre de renseignement financier (CRF), en procédant à l’identification et à la vérification des clients, en exerçant une diligence raisonnable à leur égard et en conservant des dossiers sur les clients et les transactions.

En outre, le document attend des fournisseurs qu’ils déclarent les transactions en espèces de 1 818$ (25 000 R) et plus.

Flux financiers transfrontaliers

Le deuxième domaine concerne la surveillance des flux financiers transfrontaliers de cryptomonnaies.

Le groupe recommande que le département de surveillance financière de la banque de réserve assume “la responsabilité de la surveillance et de la réglementation des flux financiers transfrontaliers en ce qui concerne les cryptoactifs et les CASP.”

Cela nécessiterait quelques modifications de la réglementation sur le contrôle des exchanges.

Lois relatives au secteur financier

Enfin, le groupe recommande une mesure provisoire consistant à déclarer ces actifs comme des produits financiers.

Cette recommandation vise à garantir que les fournisseurs de crypto-actifs soient soumis à une surveillance réglementaire. En outre, elle vise à garantir qu’ils “contribueront à lutter contre l’exploitation immédiate des consommateurs par des entités sans scrupules.”

Un avertissement aux consommateurs quant aux cryptomonnaies

Le groupe a toutefois précisé que son document ne constituait pas une approbation des crypto-actifs.

De plus, il a mis en garde les consommateurs contre le fait que “l’écosystème des crypto-actifs évolue à un rythme assez rapide et que les développements continuent de remettre en question l’applicabilité des règles de la concurrence et les développements continuent de remettre en question l’applicabilité de la législation et des réglementations existantes aux activités émergentes.”

“Les consommateurs sont donc vivement invités à s’assurer qu’ils comprennent parfaitement les produits et services auxquels ils s’exposent, ainsi que les risques associés.”

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Nachdem sie im Nachrichten- und Lifestyle-Journalismus gearbeitet hatte, beschloss Leila, ihr Interesse an Kryptowährungen und Blockchain in ihren Job zu bringen. Sie leitet jetzt den Feature and Opinions Desk bei BeinCrypto, der perfekt zu ihrer Begeisterung für die sozialen und politischen Auswirkungen von Crypto passt.

SUIVRE CET AUTEUR

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous

Gagnez jusqu’à 10 000 USD chaque semaine avec l’AMM + Arena de CoinFLEX !

Gagnez dès maintenant