Voir plus

La longue route vers l’approbation d’un ETF Ethereum

3 mins
Traduit Célia Simon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

EN BREF

  • Les demandes d'ETF sur Ethereum aux Etats-Unis font aujourd'hui face à des obstacles similaires aux ETF Bitcoin avant elles.
  • Une approbation pourrait stimuler le cours, l'adoption et la légitimité de l'ETH, en attirant de nouveaux investisseurs et institutions.
  • L'approche prudente de la SEC, cela dit, reflète bien les craintes liées à la protection des investisseurs.
  • promo

Le processus d’approbation des fonds négociés en bourse (ETF) basés sur Ethereum (ETH) aux Etats-Unis se heurte à de considérables obstacles, ce malgré ses promesses pour le marché des crypto-monnaies.

La Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis a adopté une approche pour le moins prudente – à l’image de son parcours concernant les ETF Bitcoin – avant de finalement approuver leur lancement au pays de l’Oncle Sam. Lors d’une interview avec BeInCrypto, Bundeep Singh Rangar, fondateur et PDG de Fineqia, a mis en évidence les implications et les défis clés associés aux ETF Ethereum.

Approbation des ETF Ethereum : Quel impact sur le marché ?

L’approbation des ETF Ethereum devrait avoir un impact similaire à celui des ETF Bitcoin, en améliorant l’accessibilité et la légitimité de la crypto.

« Le lancement des ETF Ethereum améliorerait l’accessibilité et la légitimité, en attirant de nouveaux investisseurs cherchant à s’exposer à l’ETH sans en être directement propriétaires », a noté M. Rangar.

Cela pourrait favoriser alors l’appréciation du cours d’Ethereum, ce grâce à une hausse de la demande et de la participation institutionnelle dans l’actif. De plus, les ETF Ethereum pourraient stimuler l’adoption parmi les investisseurs traditionnels et contribuer à intégrer les crypto-monnaies aux portefeuilles courants, ce qui favoriserait une acceptation plus large du marché.

Pour aller plus loin : Un ETF crypto, comment ça fonctionne ? On vous explique

Cela dit, l’approche prudente – selon certains réfractaire – de la SEC reflète bien les défis réglementaires du marché crypto.

En effet, récemment, la SEC a reporté sa réponse à la demande de BlackRock pour un ETF Ethereum, ce afin d’obtenir l’avis du public sur les préoccupations concernant la fraude et la manipulation. L’agence de régulation américaine a également remis en question la classification du statut de l’ETH à la suite de la transition vers un mécanisme de consensus PoS (Proof-of-Stake), qui, selon elle, pourrait répondre aux critères de sécurité du test de Howey.

« Cette approche reflète l’engagement de la SEC en faveur de la protection des investisseurs et de l’intégrité du marché, soulignant le besoin de garanties solides contre les risques inhérents aux marchés crypto », a fait remarquer M. Rangar.

Parmi les facteurs critiques à avoir influencé la décision de la SEC, on peut notamment citer la manipulation du marché, la fraude et les préoccupations liées à la protection des investisseurs. Les délibérations de la SEC sont là le signe d’un environnement réglementaire en pleine maturation pour les crypto-monnaies, cherchant à concilier l’innovation avec une surveillance prudente afin d’atténuer les risques potentiels.

Une approbation peu plausible ?

Le lancement réussi des ETF Bitcoin aux Etats-Unis constitue un précédent positif pour la crypto mais les inquiétudes concernant l’intégrité du marché demeurent un obstacle de taille. Étant donné les caractéristiques distinctes d’Ethereum, notamment son mécanisme de consensus permettant des récompenses par le biais du staking, d’autres questions devront être abordées avant d’obtenir l’approbation de la SEC.

« L’approbation dépend de la capacité à présenter des mesures efficaces pour atténuer ces risques, tout en démontrant la maturité et la transparence du marché », a expliqué M. Rangar.

Pourtant, les acteurs du marché crypto ne s’attendent pas à ce que les ETF Ethereum soient approuvés ce mois de mai. Par exemple, Eric Balchunas, analyste en chef des ETF chez Bloomberg, estime qu’il n’y a que 25 % de chances que la SEC approuve ce nouveau produit financier. Par ailleurs, un pari à ce sujet sur la plateforme de paris décentralisés Polymarket ne représente que 9 % de probabilité.

Probabilités d’approbation d’un ETF ETH. Source: Polymarket

Pour aller plus loin : Doit-on acheter du BTC soi-même ou investir dans un ETF Bitcoin ? Nous pesons le pour et le contre

Ces projections reflètent bien les considérations importantes relatives à la classification potentielle d’Ethereum en tant que valeur mobilière. Elles remettent également en question de nombreux autres actifs numériques utilisant la PoS comme mécanisme de consensus.

Cela dti, il est intéressant de noter qu’un porte-parole de Consensys a déclaré à BeInCrypto que la PoS n’affectait pas les opérations d’Ethereum ni sa classification en tant que valeur non mobilière.

« Si vous examinez le discours de l’ancien directeur M. Hinman en 2018, lorsqu’il a déclaré qu’Ethereum n’était pas un titre, il ne s’est pas basé sur la PoW [proof-of-work] ou la PoS. Le mécanisme de consensus n’est pas pertinent”, a ainsi déclaré le porte-parole de Consensys.

Alors que le mécanisme de consensus de Bitcoin est pratiquement unique, l’approbation des ETF au comptant sur Ethereum pourrait ouvrir la voie à l’utilisation de nombreuses autres crypto-monnaies comme actifs de base dans de nouveaux produits financiers. Cependant, la SEC aura là le dernier mot.

Morale de l’histoire : La SEC et la crypto, comme chiens et chats.

Les meilleures plateformes de cryptos | Mai 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, BeInCrypto s'engage à fournir des informations impartiales et transparentes. Cet article vise à fournir des informations exactes et pertinentes. Toutefois, nous invitons les lecteurs à vérifier les faits de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre une décision sur la base de ce contenu.

BIC_userpic_sb-51.jpg
Célia Simon
Célia a poursuivi des études de langues ainsi que de traduction générale et juridique à l'Université de Bordeaux, l'Université de Tours et la Organización Mexicana de Traductores à Guadalajara au Mexique. Après avoir découvert le potentiel des cryptomonnaies en 2020, elle travaille actuellement en tant que rédactrice en chef pour BeInCrypto France. Membre de la Organización Mexicana de Traductores et traductrice assermentée de l'État de Jalisco.
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé