Ces derniers temps, la plupart des nouvelles en provenance de l’espace crypto semblent être bonnes. De nouveaux investisseurs se joignent au secteur et les marchés ont vu les fondamentaux et techniques se renforcer. Quelque chose se trame pourtant en Inde qui menace de faire reculer le marché, suivant apparemment les traces de la Chine, qui a adopté une politique de pour/contre.

Bloomberg a signalé que l’Inde est sur le point d’interdire le trading de cryptomonnaies dans le pays. Un projet de loi serait en cours d’élaboration et serait en passe d’être présenté au Parlement. Tout comme la Chine, l’Inde ne ferme pas la porte à l’innovation blockchain et va adopter cette technologie, mais le commerce des devises numériques pourrait être sur le point d’être supprimé.

Des montagnes russes en Inde

Ce n’est pas la première fois que l’Inde, la troisième économie d’Asie, fait tourner en bourrique l’industrie locale de la cryptomonnaie. En 2018, la Réserve fédérale indienne a été jusqu’à interdire les transactions en cryptomonnaies, ce qui n’aurait pas pu arriver à un pire moment.

Cette mesure a fait suite à la décision du Premier ministre Narendra Modi de bannir certains des billets de banque les plus populaires du pays sans avertissement, laissant les gens désemparés.

Il y a deux ans, les exchanges et les organismes industriels crypto se sont regroupés pour déposer une plainte contre la décision de la banque centrale contre les cryptomonnaies, et cela a porté ses fruits. En mars 2020, une décision de la Cour suprême a fait son chemin, renversant les obstacles posés par la banque centrale et remettant le vent dans les voiles de la communauté crypto.

Les crypto on gagné en Inde.

Nous avons gagné !

Maintenant qu’ils semblent être à nouveau confrontés à une lutte similaire, il reste à voir comment les exchanges vont réagir. BeInCrypto a contacté l’exchange crypto WazirX basé en Inde et mettra à jour cet article si nous recevons une réponse. En attendant, les mauvaises nouvelles se sont rapidement répandues.

Source: Twitter


Déçu de voir que l’Inde va et vient au sujet des cryptomonnaies, piétinant une industrie naissante qui pourrait aider l’une des plus importantes populations de citoyens ne disposant pas de services bancaires.

Source: Twitter

  • J’ai entendu dire que l’Inde interdira à nouveau les cryptomonnaies, et qu’une loi à ce sujet… serait en cours ??
  • Des nouvelles sur la régulation récemment présentée. Nischal Shetty, Changpeng Zhao de Binance, vous ne voudriez pas d’une nouvelle interdiction, hein.
  • Il y a des nouvelles au sujet d’une interdiction totale des cryptomonnaies. Il y a du neuf là-dessus ?

Selon les propos de l’auteur de “Mastering Bitcoin”, Andreas M. Antonopoulos, lors d’un événement à Coinscrum, plus de la moitié de la population indienne n’a pas de compte bancaire, tandis qu’environ 25% d’entre eux n’ont pas de pièce d’identité pour en ouvrir un.

A l’époque, il a qualifié la situation financière en Inde de “catastrophe naturelle”, qui n’était pas du tout naturelle mais plutôt provoquée par l’homme. Selon lui, il s’agissait d’une catastrophe qui allait se prolonger sur le long terme.

Un pas en avant, deux pas en arrière

Aux États-Unis, l’industrie de la cryptomonnaie est enfin poussée par un certain vent de régulation. La Conférence des superviseurs des banques d’État (CSBS) a annoncé le 15 septembre que les sociétés de paiement, y compris les sociétés de cryptomonnaies, peuvent opérer dans le cadre d’un système de licence simplifié qui leur permettra de se développer plus facilement dans tout le pays.

Selon l’annonce, le nouveau système baptisé MSB Networked Supervision comprend “un seul examen complet pour satisfaire à toutes les exigences réglementaires de l’État”.

Il remplace les examens individuels des États, nécessaires aux sociétés de paiement pour obtenir une licence. Près de 80 sociétés sont éligibles au nouveau programme, qui, en plus des sociétés crypo, comprend d’autres fournisseurs de paiements. Ensemble, ceux-ci sont responsables de la circulation de plus de 1 000 milliards de dollars par an.