Malte : ses pivots essentiels pour devenir un paradis Fintech

Partager l’article
EN BREF
  • Les passionnés de crypto et les observateurs de l'industrie se demandent ce qui est arrivé à Malte en tant que «Blockchain Island».

  • BeInCrypto a demandé à Steve Tendon, qui a inventé l'expression «Blockchain Island» en 2017, ce qu'il en est de son avis quant à cette question.

  • Des fissures ont commencé à apparaître lorsque la mise en œuvre s'est heurtée aux réalités bureaucratiques et commerciales.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

L’histoire de Malte «Blockchain Island» qui a capturé les cœurs amoureux de la crypto en 2018 a pris fin soudainement au début de 2020. L’annonce par le gouvernement maltais qui montre que Malte est entrain de devenir un centre fintech n’est que le message le plus direct cette année de l’échec du gouvernement à cadrer le secteur des cryptomonnaies et du système ancien. D’autres signes, pour la plupart confinés au secteur bancaire, confirment le changement.

Les passionnés de crypto et les observateurs de l’industrie se demandent ce qui s’est passé après les joyeuses annonces et les fêtes. Une meilleure question serait de demander ce qui s’est passé avant tout cela. En bref, il y a un décalage essentiel entre la vision originale en 2017 et les actions initiales prises en 2018. Pour voir le décalage, posez-vous cette question: «Pourquoi devrais-je nommer un paradis de cryptomonnaie “Blockchain Island” ?

Un point pivot sur une liste de six

BeInCrypto a interrogé Steve Tendon, qui a inventé l’expression «Blockchain Island» en 2017, à propos de l’inadéquation. Il a répondu que la cryptomonnaie n’était que l’un des six principaux points sous-jacents au concept de blockchain. Ces points étaient les suivants :

  • Registres / services publics sur la blockchain;
  • R&D, éducation et innovation avec et sur la blockchain;
  • Recruter un régulateur blockchain et créer une infrastructure réglementaire;
  • Réglementer les cryptomonnaies / token, y compris les exchanges et les offres initiales de tokens (ICO);
  • E-résidence et identité numérique (des personnes physiques et morales) sur la blockchain;
  • Gouvernance intelligente.

Cependant, l’attention s’est rapidement portée sur la cryptomonnaie. Le 23 février 2017, lors de la conférence CEPS Ideas Lab, le Premier ministre maltais de l’époque, Joseph Muscat, a déclaré que «l’Europe devrait devenir le continent bitcoin». Tendon note dans son article de blog Chain Strategies sur le cours de Malte que:

Il a fallu beaucoup de travail pour recentrer le projet sur l’idée que les technologies blockchain, et non les cryptomonnaies, devaient occuper une place centrale.

Les mouvements pour réaliser les aspects non cryptos de la vision ont commencé. Le ministère de l’Éducation et de l’Emploi a annoncé en 2017 qu’il mettrait les dossiers académiques sur la blockchain. La fanfare était minime.

Pivot I

Malgré la tentative de s’en tenir au script original, l’attrait de la crypto s’est avéré écrasant.

L’idée était simple, si vous en croyiez Muscat. En 2018, Malte adopterait trois lois destinées à faire du pays une «île Blockchain». Face à une réglementation toujours plus stricte aux États-Unis et en particulier en Asie, la vision d’un paradis crypto attirerait l’attention de nombreuses entreprises du secteur. À court terme, cela a fonctionné.

Les trois lois, adoptées le 4 juillet 2018, ont été accueillies avec beaucoup de succès dans l’industrie. Ces lois étaient:

  • Loi sur les actifs financiers virtuels (loi VFA);
  • Loi sur les arrangements et les services en matière de technologies innovantes (loi ITAS);
  • Loi sur l’Autorité maltaise de l’innovation numérique (loi MDIA).

La confirmation commerciale de la vision de Muscat est également venue. Binance, la plus grande plateforme de trading au monde, à l’époque, a atterri à Malte précisément en raison des craintes de problèmes réglementaires à Hong Kong, après avoir été interdite au Japon début 2018. Peu de temps après, le principal concurrent de Binance sur les marchés des exchanges, OKEx, emboîté le pas.

Cependant, des fissures ont commencé à apparaître, une fois que la mise en œuvre a rencontré les réalités bureaucratiques et commerciales. Les entreprises entrantes étaient aux prises avec des problèmes bureaucratiques. Mais au cœur du problème se trouvait la banque. Il est devenu très difficile pour les startups de crypto d’être bancarisés à Malte.

Les refus des banques

Les efforts de Malte se sont heurtés à un hic commercial: les banques n’étaient pas pressées de desservir les entreprises axées sur la blockchain et la crypto s’installant sur l’île. L’ironie du refus des banques d’ouvrir des comptes aux entreprises qui créent une alternative aux banques semble avoir été perdue, mais le problème est bien réel.

Les plus grandes banques de Malte, HSBC et Bank of Valetta, sont directement contrôlées par la Banque centrale européenne (BCE) en raison de leur part de marché. Cependant, les petites banques qui tentaient de combler le vide sur le marché local ont vite appris à craindre d’être prises dans des stratagèmes de blanchiment d’argent et de devenir le prochain exemple de ce qui se passe lorsque les banques tournent mal.

L’Autorité maltaise des services financiers (MFSA) a lancé des enquêtes – et a recommandé à la BCE de révoquer les licences de – quelques banques qui fournissaient des services de gaming à des services financiers, mais qui se livraient également à des transactions suspectes. Ces démarches de la MFSA ont eu lieu alors que Malte faisait face à l’attention du Comité d’experts du Conseil de l’Europe sur l’évaluation des mesures de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (MONEYVAL).

La commission de MONEYVAL s’est rendue à Malte en novembre 2018 dans le cadre de son examen de la situation du pays dans la mise en œuvre des mesures de lutte contre le blanchiment d’argent (LBC) et le financement du terrorisme (CFT).

MONEYVAL a estimé que la mise en œuvre de la LBC / FT à Malte était inégale, en particulier en termes d’enquêtes et d’application. Après une visite de suivi peu impressionnante en 2019, MONEYVAL a donné au pays un an pour nettoyer sa maison ou être placé sous des mesures de surveillance encore plus importantes.

Les enquêtes de Malte sur Pilatus Bank et Satabank étaient des tentatives pour signaler à tous que le gouvernement pouvait faire preuve de souplesse. Obtenir des comptes bancaires ainsi que des licences serait une bataille difficile. Tendon a déclaré à BeInCrypto que le risque de réputation aurait bien pu faire des ravages dans cette affaire.

Pivot II

Les événements physiques survenus à Malte ont également eu une incidence sur le déroulement du future paradis crypto. Le Premier ministre Muscat a été étroitement lié aux fuites du désormais célèbre “Panama Papers” par la journaliste assassinée Daphne Anne Vella. Muscat, qui avait remporté un second mandat lors des élections générales de juillet 2017, a été contraint de quitter ses fonctions en raison du scandale qui a suivi. Il a démissionné à compter du 13 janvier 2020.

Le nouveau gouvernement du Premier ministre Robert Abela éloigne progressivement la position de Malte de l’accent mis précédemment sur les entreprises crypto-centrées et la rapproche d’un retour plus nuancé à l’idée originale de Tendon. Le gouvernement a introduit un sandbox réglementaire pour les entreprises de fintech en juillet 2020.

70 % des entreprises, qui ont afflué à Malte au début de la phase de crypto-hébergement, n’ont pas réussi à obtenir une licence complète. Malte ne les supplie pas de revenir, et le nouveau gouvernement a attiré l’attention des médias sur le fait que le présentateur Binance n’avait pas de licence maltaise en termes de services financiers.

En route vers 2021

Les régulateurs maltais ont été très occupés pendant l’automne 2020. Fin octobre, VAIOT, un développeur de services numériques alimentés par l’AI, a enregistré avec succès son livre blanc auprès de la MFSA et est ainsi devenu le premier projet réglementé par la VFAA.

Le 24 novembre, Crypto.com a obtenu une licence d’institution financière et une licence d’actifs financiers virtuels de classe 3. 

Malgré les péripéties du voyage à Malte, le gouvernement doit encore s’appuyer sur la structure réglementaire essentielle de la blockchain. Comme l’a dit Tendon à BeInCrypto : “La loi MDIA et la loi ITAS sont toujours deux lois révolutionnaires qui pourraient servir de base à un programme axé sur la “blockchain”.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

The opinion of BeInCrypto staff in a single voice.

SUIVRE CET AUTEUR

Faites du trading avec les meilleurs signaux crypto - des profits garantis avec plus de 70% d’exactitude

Adhérez

Want to learn how to trade? Get a beginners guide from BeInCrypto Academy!

Learn now