Christine Lagarde tacle le Bitcoin (BTC) sur BFM TV

Partager l’article
EN BREF
  • Christine Lagarde a taclé le Bitcoin à la télévision française dans l’émission BMFTVSD.

  • Selon la présidente de la BCE, le Bitcoin est hautement spéculatif et sert dans les échanges sur le dark web.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Christine Lagarde a déclaré à la télévision que le Bitcoin (BTC) n’était pas une monnaie et appel à une réglementation avec l’ensemble des gouverneurs de banques centrales dans le monde.



Christine Lagarde tacle le BTC

Christine Lagarde, Présidente de la Banque centrale européenne (BCE), s’est exprimé au sujet du Bitcoin (BTC) et des cryptomonnaies sur BFM TV ce dimanche 7 février.

Ce n’est pas une monnaie. C’est un actif hautement spéculatif. Pour moi, ce n’est pas une monnaie .



En janvier, Christine Lagarde s’était déjà exprimée ce le sujet et avait déclaré que le Bitcoin était un actif spéculatif qui a besoin d’une réglementation mondiale.

La présidente de la BCE avait surenchéri en déclarant :

Bitcoin a mené à des affaires loufoques et des activités de blanchiment d’argent totalement répréhensible.

Réalité des chiffres

Selon une récente étude de Chainalysis, l’activité criminelle liée aux cryptomonnaies a chuté à 0,34 %, du volume de transactions soit environ 10 milliards de dollars.

L’étude tord le cou aux préjugés et aux propos de Christine Lagarde. En effet, les transactions en Bitcoin et cryptomonnaies représentent une partie infime du volume de transactions.

Des déclarations qui démontrent une certaine méconnaissance du sujet et des chiffres. En effet, la part des transactions en euro ou dollars liés à des activités criminelles serait 3 à 5 fois supérieures que les transactions en Bitcoin.

Des chiffres qui doivent également être mis en perspective avec le récent scandale « FinCEN » de blanchiment d’argent toléré par plusieurs établissements bancaires. Ainsi, 5 grandes banques (JP Morgan, Deutsche Bank, Standard Chartered, Bank of New York et HSBC) auraient validé plus de 2 000 milliards de dollars de transactions suspectes entre 1999 et 2017.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Rédacteur freelance basé à Paris et Zagreb. Je suis engagé dans l’écosystème blockchain depuis 2017. Je m'intéresse particulièrement au Bitcoin et à la finance décentralisée.

SUIVRE CET AUTEUR