Portefeuilles numériques : un outil pour protéger votre confidentialité ?

Partager l’article
EN BREF
  • Le COVID-19 a changé notre façon de vivre.

  • Les cas d'utilisation des informations numériques contrôlées par l'utilisateur sont presque illimités.

  • Nous devons continuer à soutenir des réglementations telles que la RGPD dans l'UE, la CCPA en Californie, la PEPIDA au Canada et d'autres.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Ce n’est un secret pour personne, la pandémie du COVID-19 a changé la façon dont nous vivons quotidiennement.

Par exemple, les dépenses en ligne / via wallet des consommateurs auprès des détaillants américains ont augmenté de 44% en 2020, par rapport à 2019, selon la dernière analyse de Digital Commerce 360.

Les arrivées de touristes ont diminué de 74% (environ un milliard de voyages en moins) en 2020 par rapport à l’année précédente, ce qui en fait «la pire année de l’histoire du tourisme». De plus, 29% des professionnels interrogés ont déclaré qu’ils quitteraient leur emploi s’ils ne pouvaient pas continuer à travailler à distance, alors que le monde commence peu à peu à se rouvrir sur l’extérieur.

Tous ces changements auront un impact sur la façon dont les relations clients se déroulent à l’avenir. Ils inciteront les organisations à examiner de près les vulnérabilités de leurs politiques et procédures de confidentialité et de gestion des données en ligne.

Internet a toujours été sujet à des activités frauduleuses. Pensez un instant au dessin animé emblématique du New Yorker, qui est apparu pour la première fois en juillet 1993, alors qu’Internet en était à ses débuts.

L’image «On the Internet, nobody knows you’re a dog» démontre que depuis sa création, une portée d’opportunistes ont exploité Internet à des fins illégales.

Alors que la pandémie a en grande partie limité les interactions sociales depuis près d’un an maintenant, nous avons vu les achats en ligne et les transactions bancaires virtuelles monter en flèche, ce qui apporte une vulnérabilité inhérente du consommateur numérique beaucoup plus évidente.

Le concept du «triangle de confiance»

Bien qu’Internet ne fournisse pas sa propre couche sécurisée, il existe encore des solutions disponibles pour protéger de manière proactive son identité numérique.

L’idée d ‘«identité» est basée sur le concept d’une relation de confiance mutuelle entre les parties par laquelle chaque personne a une compréhension et a connaissance du destinataire. L’une de ces solutions consiste à utiliser un processus de «triangle de confiance», similaire à la conduite d’une transaction de commerce électronique.

Lorsque des transactions électroniques sont effectuées en ligne (que ce soit à des fins de vente, de soins de santé, de voyage, d’éducation ou de divertissement), un triangle de confiance est formé, avec l’émetteur, le titulaire et le vérificateur.

Toutes les parties concernées veulent être certaines que les individus de l’écosystème sont passés par un processus de vérification. Dans les transactions typiques, le vérificateur doit confirmer le titulaire de la carte, la validité de la carte utilisée et la légitimité de l’organisation émettrice avant que le détaillant n’accepte le paiement.

Cependant, dans ces types de transactions, le vérificateur ou l’émetteur sait-il vraiment que le titulaire de la carte est celui qu’il prétend être ? Ou s’agit-il simplement d’une personne disposant des bonnes informations au moment de la transaction?

Un nouveau système

À l’aide d’informations d’identification vérifiables, d’individus ou de titulaires, il est possible d’utilise un wallet numérique qui peut transporter plusieurs types d’informations d’identification vérifiables dans un appareil géré et contrôlé par l’utilisateur ou une plateforme cloud.

Les individus sont alors en mesure de stocker, contrôler et partager en toute sécurité leurs informations les plus précieuses via ce wallet auto-souverain. Cela comprend les informations d’accès telles que les mots de passe, les diplômes, l’obtention du certificat, les cartes de membre, les informations d’identification gouvernementales et les informations d’identification de santé.

Au sein de cet écosystème numérique, les vérificateurs – employeurs, écoles, compagnies aériennes et autres – pourront demander une présentation vérifiable et fiable des informations d’identification pour déterminer ces informations. Ainsi, ils veilleront à ce que les personnes soient bien authentiques et possèdent les informations d’identification nécessaires.

Je pense que la propriété, la gestion et le contrôle de l’identité personnelle en ligne est un droit humain fondamental. Tout comme une personne a le droit de contrôler l’utilisation de son nom et qui a accès aux informations médicales, les individus devraient avoir le droit de posséder et d’être le seul bénéficiaire de leurs précieuses données numériques.

Si un wallet numérique est contrôlé par le fournisseur de services qui a émis le wallet, alors l’utilisateur n’est ni souverain ni complètement privé lors des transactions.

Soutenir les réglementations axées sur la confidentialité par les biais des portefeuilles numériques

Nous devons continuer à soutenir des réglementations telles que le RGPD dans l’UE, le CCPA en Californie, le PEPIDA au Canada, le Consumer Data Right (CDR) en Australie et dans d’autres pays.

Ces lois sur la confidentialité et la sécurité modifient la norme d’accès aux informations personnelles d’une personne, du droit à la demande. Ils permettent également aux individus de contrôler quelles informations ils souhaitent échanger et exposer lorsqu’ils les partagent, comment ils veulent les partager et avec qui, similaire a la blockchain ou comme le BTC.

Il existe de nombreux domaines dans lesquels les individus auraient grandement intérêt à exercer un contrôle plus serré sur leur identité numérique. Voici trois exemples couvrant des scénarios de voyage et de la vie quotidienne.

  • Premièrement, – que ce soit en ligne ou en personne – le vendeur suppose généralement que la personne qui détient la carte de débit ou de crédit, qui signe le relevé de transaction et / ou qui saisit un code PIN est le titulaire du compte.

Par mesure de précaution, l’émetteur de la carte validera alors que le titulaire est dans sa limite de dépenses avant que la transaction ne soit effectuée. Pourtant, il existe de nombreux cas dans lesquels les détaillants autorisent à tort l’utilisation d’une carte par quelqu’un d’autre que le propriétaire légitime du compte.

Ces types d’erreurs contribuent aux 30 milliards de dollars de transactions d’identité frauduleuses par an dans le monde, dont plus de 9 milliards de dollars se produisent chaque année en Amérique du Nord.

En règle générale, la part des pertes subies par cette activité criminelle est absorbée par le commerçant, l’émetteur et les processeurs de paiement, qui répercutent ensuite passivement les coûts sur les consommateurs sous la forme de frais, de taux d’intérêt plus élevés et de frais annuels.

Si les consommateurs reprennent le contrôle de leur identité numérique et que les sociétés de cartes soutiennent plus efficacement ce processus, le secteur sera probablement plus efficace. En outre, les consommateurs peuvent tirer des économies de ces frais et une meilleure protection contre cette fraude.

En stockant ses enregistrements dans un portefeuille numérique qu’il possède et gère, l’individu aura plus de contrôle sur qui a accès à ses informations, ainsi que sur le niveau d’informations à afficher.

Bien qu’une personne puisse être disposée à partager son statut vaccinal pour embarquer sur un vol, elle peut ne pas vouloir partager d’autres informations médicales privées.

Avec un wallet numérique auto-souverain, le vérificateur doit demander l’accès à certaines informations, et le titulaire contrôle quels attributs ou informations d’identification sont partagés.

Les compagnies aériennes, les aéroports, les industries hôtelières, les douaniers internationaux et autres personnels seront également mieux assurés que les informations d’identité partagées avec eux par les individus sont vérifiées, valides et véridiques.

  • Troisièmement, les cas d’utilisation des informations d’identification numériques contrôlées par l’utilisateur sont presque illimités. Ils peuvent également être utilisés pour accéder à des sites en ligne, des véhicules, des propriétés, partager une preuve de diplôme d’une université ou d’un groupe, des informations d’inscription des électeurs, des cartes d’assurance, des dossiers médicaux électroniques, etc.

Un système d’information universel

Cela peut permettre aux détenteurs d’informations d’identification d’accéder à des événements privés ou à des zones d’accès sécurisé dans les hôpitaux, les lieux de travail ou les installations gouvernementales.

En Ontario, la province canadienne dans laquelle je vis, nous utilisons une carte d’assurance-maladie émise par le gouvernement qui donne à nos fournisseurs de soins de santé un accès grâce à une carte d’identité détenue par le consommateur.

Ce système crée un système d’information universel et centralisé, éliminant ainsi le besoin de partager ses informations à plusieurs reprises entre différents fournisseurs et créant raisonnablement une assurance vérifiable basée sur des méthodologies traditionnelles.

Cependant, il convient de noter que le gouvernement de l’Ontario s’oriente vers des informations d’identification numériques et prévoit de commencer à les déployer d’ici la fin de 2021.

Alors que de plus en plus de personnes se connectent en ligne, la fraude d’identité / financière continue d’augmenter. Lorsque vous associez cela aux huit milliards de personnes qui ont besoin d’un vaccin COVID-19 afin de reprendre une vie normale, il devient clair que le moment est venu de remettre le contrôle de l’identité numérique et des données en ligne là où il doit être : dans les mains des consommateurs.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

David is the CEO, President & Chair of the Corporation at Liquid Avatar Technologies. He has spent over 35 years as a serial entrepreneur in the international marketing arena and over 25 years of that developing technologies and taking them to market. David has held senior management posts and directorships at both private and public technology and media firms. David is an active supporter of numerous non-profit organizations and has been recognized and awarded internationally for his service and community support activities. Today, David’s focus is set squarely on Liquid Avatar Technologies (formerly KABN North America), as its Chair, and its mission to empower individuals, through Self Sovereign Identity, to manage, control and profit from the use of their identity and related personal data.

SUIVRE CET AUTEUR

Faites du trading avec les meilleurs signaux crypto - des profits garantis avec plus de 70% d’exactitude

Adhérez

Want to learn how to trade? Get a beginners guide from BeInCrypto Academy!

Learn now