La DeFi (finance décentralisée) et les ICO : est-ce la même chose ?

Partager l’article
EN BREF
  • La DeFi a peu de choses en commun avec le boom des ICO.

  • Mike Curtis décompose la DeFi pour comprendre la différence entre les deux termes.

  • De nombreux projets ICO ont été construits sur Ethereum, ce qui en fait une plateforme pratique d'utilisation.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Pour la plupart des personnes, 2017 donne l’impression d’avoir eu lieu il y a dix ans, mais beaucoup d’entre nous en ont encore des souvenirs vivants, en particulier ceux qui ont investi activement dans le dernier bull-run en date.

Le bull-run de 2017/18 était finalement très différent d’aujourd’hui. L’une des choses les plus mémorables à ce sujet était le soi-disant engouement pour l’offre initiale de tokens (ICO), où de nouveaux projets de cryptomonnaies promettaient d’énormes gains en un laps de temps modeste.

On aurait eu du mal à voir les mots «ICO» et «engouement» utilisés séparément. Ces deux mots sont presque devenus synonymes, et à juste titre.

Passons mainteant à 2020/21. Nous sommes face à un nouveau bull-run et un nouveau “sujet” dans lequel les personnes veulent s’impliquer : la DeFi, ou l’espace financier décentralisé, fait suite à un interêt croissant pour les cryptomonnaies, équivalent à l’actif BTC.

Le public a fait des comparaisons entre deux choses entièrement différentes en raison de leurs montées fulgurantes. Pour cette raison, je vais brièvement passer en revue la difference entre les ICO et la DeFi et pourquoi vous ne devriez pas les placer dans le même sac.

Du bon et du mauvais

L’engouement pour les ICO a une connotation négative parmi les investisseurs, principalement parce qu’elles n’ont pas tenu leurs promesses et ont laissé de nombreux utilisateurs précoces dans le mal, avec un arrière-goût amer dans la bouche.

Mais ce n’était finalement pas une mauvaise chose.

De nombreux projets ICO ont été construits sur Ethereum (ETH), ce qui en fait une plateforme facile d’utilisation. La phase des ICO a été une période de transition dans la croissance de l’ether, et on pourrait dire qu’il s’agissait d’une expérience nécessaire pour passer à autre chose.

Actuellement, le rallye d’Ethereum joue un rôle important dans la montée en puissance de la DeFi. On pourrait même dire que sans l’engouement pour les ICO, il n’y aurait pas eu de DeFi. Ce n’est cependant pas les mêmes termes. Alors, quelle sont leurs différences ?

La première différence frappante entre la DeFi et les ICO concerne la facilité d’entrée. En 2017, il était difficile de participer à la plupart des ICO, alors qu’aujourd’hui, nous avons un cadre complètement différent avec des exchanges décentralisés. Le problème de l’entrée est en grande partie résolu, et c’est pourquoi la DeFi a été créé: ouvrir la voie à une nouvelle façon de services financiers.

La DeFi dispose d’une extraction de liquidité, d’une agriculture de rendement et de pools de liquidités remplaçant la manière traditionnelle de gagner des intérêts. Certains projets établissent des normes irréalistes et projettent des rendements en flèche qui semblent trop beaux pour être vrais, donnant une mauvaise image du marché dans son ensemble. Ce n’est pas non plus idéal, mais cela a aidé à attirer les investisseurs.

La croissance massive de la plateforme DeFi dans son ensemble est étrangement similaire à une voiture accélérant bien au-delà de ses capacités, mais même dans ce cas, elle est bien différente des ICO et de leur substance semblable à une «bulle».

Le co-fondateur de Gemini, a déclaré :

«La DeFi n’est pas la même chose que l’engouement pour les ICO de 2017. À l’époque, l’argent était collecté sur des livres blancs “sh*tcoin” écrits dans des cafés. La DeFi vit et travaille déjà. Des milliards de dollars sont investis et rapportent un rendement positif. Ce n’est pas une bulle hypothétique, c’est réel. »

La déclaration est assez affirmée, mais l’école de pensée la plus populaire affirme que la DeFi est destinée à une correction violente, similaire à celle de l’ETH en 2017.

Comment la DeFi peut-elle contester ces affirmations ?

Il serait logique de décomposer davantage la finance décentralisée pour comprendre pourquoi ce n’est pas une bulle, contrairement aux ICO.

Jetons un coup d’œil aux «blue chips» de la DeFi, qui se sont imposées au cours de l’année dernière: Compound, Aave, Yearn.Finance, Uniswap, Bancor, Balancer et Curve. Beaucoup de ces projets peuvent déjà être qualifiés de réussis, et ils n’ont pas encore atteint leur potentiel.

La DeFi a créé de nouvelles formes de teneurs de marché automatisée (AMM) qui aident à lever des fonds pour de nouveaux projets, et qui n’ont plus besoin de subir le processus initial des ICO. Aujourd’hui, les fonds peuvent être levés directement en vendant des pièces dans une offre de liquidité initiale, où les projets utilisent leurs tokens et l’ETH pour créer un pool de liquidités. Les protocoles AMM créent un marché pour de nouvelles cryptomonnaies, et n’importe qui peut obtenir le token sans être un investisseur.

Contrairement aux ICO, les investisseurs de la finance décentralisée peuvent profiter de bénéfices grâce à l’appréciation des actifs, et à l’utilisation de l’agriculture de rendement.

Les participants peuvent constamment déplacer leurs actifs entre différents pools pour obtenir un intérêt plus élevé. Cela alimente le marché de la DeFi, mais conditionne aussi, certes, l’espace pour des systèmes sauvages de manipulation des marchés, comme on le voit avec différents tokens telles que Hotdog, Kimchi ou Sushi, entre autres.

Les adoptants DeFi ont également des préoccupations légitimes concernant le statut du secteur en termes d’application de la réglementation, car comme nous le savons, ils ont mis fin à la mania des ICO. Il a fallu suffisamment de temps à la Securities and Exchange Commission des États-Unis pour appliquer des mesures contre les ICO, même si elle a attiré beaucoup plus d’attention du public, à en juger par Google Trends. 

Par rapport à la phase des ICO, la DeFi est toujours une niche de l’espace des cryptomonnaies, et les personnes de la finance traditionnelle en ont une compréhension très vague.

Malgré cela, le capital total bloqué dans diverses plateformes DeFi est monté à 34,86 milliards de dollars au moment de la rédaction de cet article.

L’espace crypto et la DeFi évoluent

La métrique Google Trends peut également suggérer que la DeFi en est encore à ses balbutiements, du moins en termes de popularité. Elle bénéficie d’une marge de croissance, même si elle a largement dépassé les 5,4 milliards de dollars levés par les ICO au premier trimestre de 2018.

Aujourd’hui, les exchanges décentralisés (DEX) défient les exchanges centralisés au niveau du volume quotidien. Ceux qui négocient sur les deux types d’exchanges peuvent voir plus clairement le potentiel à long terme de la DeFi et noter que ce n’est qu’un début.

La majorité des experts impliqués dans l’espace approuvent les cas d’utilisation émergents et les innovations rapides possibles grâce à la DeFi. Ceux qui observent la situation de l’extérieur ont une vision plus sceptique de son apparence «pétillante». La plupart des problèmes de la DeFi ont été associés à des campagnes de marketing scandaleuses et à des développeurs malhonnêtes, et non à ses services dans leur ensemble.

Bien sûr, un manque de surveillance ouvre la porte à différentes escroqueries, conduisant des investisseurs inexpérimentés à investir des fonds dans des projets qui ne sont pas fondamentalement durables, mais ce n’est pas nouveau. Il s’agit là de l’une des choses que la technologie ne serait pas en mesure de résoudre entièrement.

Les différences entre les deux phénomènes

Si on regarde un peu plus en profondeur, on pourra voir les différences entre les deux phénomènes :

  1. Bien que les prix varient considérablement, une grande partie de la volatilité de la DeFi peut être attribuée à un manque de liquidité basé sur une offre limitée plutôt que sur la spéculation ou sur une manipulation du marché.
  2. La DeFi et ses fonctionnalités peuvent être examinées et critiquées, ce qui n’était pas le cas avec certaines ICO qui ressemblaient plus à un libre-service qu’à un marché et, dans certains cas, n’avaient même pas de produit.
  3. La DeFi donne aux prêteurs et aux emprunteurs un contrôle total sur la fixation de leurs taux et de leurs exigences.
  4. Les valeurs des actifs DeFi ne sont pas corrélées au cours du BTC (BTC), ce qui implique que les actifs tirent leur valeur de la fonctionnalité de la technologie DeFi, et non de la spéculation. La majorité des services DeFi sont conçus pour plaire aux utilisateurs non techniques et faits pour parvenir à une adoption massive.

Enfin, comme la DeFi est particulièrement décentralisée, la durabilité de ce boom est en partie entre les mains d’une communauté. Si nous considérons la structure du réseau, instaurons une confiance systémique et recherchons une valeur à long terme, la fonctionnalité et l’innovation de la DeFi pourraient créer beaucoup plus de valeur pour toutes les personnes impliquées.

Nous pouvons affirmer une chose avec la plus grande confiance : l’écosystème de la DeFi nécessite autant d’investisseurs particuliers que d’experts, car elle a une valeur claire et elle présente peu de choses en commun avec le boom des ICO, mis à part sa croissance rapide.

Comme Mark Cuban l’a souligné de manière touchante, la DeFi est plus comparable aux débuts d’Internet, avec de nouvelles dApps apparaissant chaque jour, alors qu’Internet existe depuis dix ans.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Mike is CTO and co-founder of AdAstra.Finance. He leads software development and customer adoption strategy at AdAstra. Mike is decentralized finance enthusiast and long-time crypto investor. He holds a bachelor degree in Engineering from the Leeds Beckett University and an MBA degree from the University of Gibraltar.

SUIVRE CET AUTEUR

Faites du trading avec les meilleurs signaux crypto - des profits garantis avec plus de 70% d’exactitude

Adhérez

Want to learn how to trade? Get a beginners guide from BeInCrypto Academy!

Learn now