Une université publique française se met à la blockchain

Partager l’article
EN BREF
  • L'université de Lille sera la première faculté publique française à adopter la blockchain pour vérifier ses diplômes.

  • Un besoin de transparence est de plus en plus demandé par les employeurs.

  • Les institutions publiques sont désormais prêtes à adopter la technologie.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Une université publique française utilisera la blockchain pour faciliter la délivrance de ses diplômes.

Sponsorisé

Sponsorisé

Une première pour une université publique

L’adoption massive de la blockchain poursuit son cours et se dirige maintenant vers le secteur public. Récemment, certaines universités privées françaises ont songé à adopter la technologie blockchain pour valider la délivrance de leurs diplômes aux étudiants. Grâce à une adoption massive, il est désormais au tour des institutions publiques d’aller de l’avant et d’accepter officiellement la technologie blockchain comme moyen de vérification des diplômes.

L’Université de Lille délivrera à partir de juillet environ 20 000 à 25 000 diplômes par an pour par le biais de la blockchain. Il est souvent difficile pour les employeurs de s’assurer que les diplômes fournis par les employés potentiels sont valides, car ils peuvent être facilement falsifiés, sans chemin clair pour vérifier le diplôme.

Sponsorisé

Sponsorisé

Un besoin de transparence

La transparence est une caractéristique clé de la blockchain et aidera les universités françaises à s’assurer qu’elles peuvent être protégées contre toute fraude. L’EM Lyon, une université privée, a par exemple déjà adopté la blockchain dans le cadre de la délivrance de ses diplômes.

Vérifier un diplôme demande beaucoup d’efforts de la part d’une entité, et les employeurs potentiels sont donc soulagés de pouvoir vérifier un diplôme instantanément. Dans la plupart des cas, les employeurs doivent pouvoir appeler directement une université pour vérifier tous les détails du demandeur, ce qui peut être long et assez coûteux à faire. De plus, le secteur public doit également aussi passer par ces mêmes vérifications, ce qui pèse inévitablement sur les services publics, car le processus est beaucoup plus lent.

La blockchain : une technologie utile

À l’avenir, la blockchain pourra résoudre beaucoup de problèmes pour le secteur public. Le transfert d’informations est actuellement un soucis pour la plupart des gouvernements, et chaque service apprécierait un moyen de pouvoir partager ses informations à un rythme beaucoup plus rapide, de lutter contre la fraude et de s’assurer que le secteur public réduise ses dépenses au fil du temps .

La technologie fournira un système décentralisé où les informations n’ont pas besoin d’être conservées sur un format papier, ce qui pourrait aider grandement les gouvernements à mieux stocker les informations collectés.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Fabien est passionné par le monde de la finance. Il écrit et traduit régulièrement des articles en lien avec les cryptomonnaies, la blockchain, et l'opinion politique sur ces sujets. Titulaire d'une thèse aux États-Unis, il se concentre principalement sur les actualités crypto et blockchain susceptibles d'intéresser les lecteurs Français.

SUIVRE CET AUTEUR

Des prévisions crypto sur le meilleur canal Telegram de signaux, avec une précision de 70% !

Rejoignez-nous

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous