Voir plus

À l’ère numérique, l’identité est aussi fondamentale que complexe. Les services en ligne ont évolué si rapidement qu’ils ont transformé notre façon de vivre, de travailler et d’interagir. Cependant, cette transformation numérique met également l’accent sur les enjeux majeurs liés à la gestion, à la vérification et à la protection des identités et des données. En effet, les systèmes traditionnels d’identité numérique, centralisés et cloisonnés, se font de plus en plus inadaptés, ce qui rend les données personnelles vulnérables aux violations, à l’utilisation abusive et à une détérioration de la protection de la vie privée. Alors que nous produirons plus de données au cours des trois prochaines années qu’au cours des trente dernières, l’urgence d’un modèle de gestion de l’identité numérique sûr, efficace et centré sur l’utilisateur se fait alors primordiale.

C’est là que la technologie blockchain entre en scène, une solution révolutionnaire qui promet de redéfinir les fondements de l’identité numérique par le biais de la décentralisation. En tirant parti des propriétés inhérentes à la blockchain en matière de sécurité, de transparence et d’immutabilité, l’identité autonome (Self-Sovereign Identity – SSI) apparaît ainsi comme un modèle grâce auquel les individus reprennent le contrôle de leurs informations personnelles, ce en décidant comment, quand et avec qui leurs données sont partagées.

Cette évolution vers le système SSI permet non seulement de remédier aux vulnérabilités des systèmes d’identité centralisés, mais aussi de répondre à la demande croissante de protection de la vie privée et des données dans le domaine numérique.

L’environnement réglementaire, notamment avec la mise en place d’eIDAS 2.0, joue un rôle crucial dans la définition de l’avenir de l’identité numérique en Europe. Cette révision du cadre eIDAS déjà existant vise ainsi à instaurer une infrastructure d’identité numérique robuste et interopérable dans l’ensemble des États membres de l’UE, ce en y intégrant la technologie blockchain afin de renforcer la sécurité et la portabilité des identités numériques.

Ce changement de réglementation marque ainsi une évolution vers une identité numérique normalisée à l’échelle de l’union européenne, et qui sert à la fois les citoyens et l’économie numérique, soulignant l’importance de l’innovation et de la protection de la vie privée à l’ère du numérique.

En explorant le rôle de la blockchain dans la gestion des identités décentralisées, nous allons nous pencher sur la complexité des défis liés à l’identité numérique, sur les avantages techniques et sociétaux de la technologie de la blockchain et sur le potentiel de transformation d’eIDAS 2.0. Ce voyage ne met pas seulement en évidence l’importance de l’identité décentralisée dans la sécurisation de notre avenir numérique, mais réfléchit également aux implications plus larges pour la vie privée, la sécurité et l’innovation dans un monde de plus en plus connecté.

Pour aller plus loin : Besoin d’un rappel sur ce qu’est la blockchai ? On vous explique tout

Comprendre le concept d’identité

Au sein de notre monde interconnecté, le concept d’identité va bien au-delà des limites traditionnelles des documents physiques et de la reconnaissance personnelle. Il englobe en effet un large éventail d’attributs et d’enregistrements, lesquels définissent l’existence d’une personne ou d’une entité dans les domaines physique et numérique. Lorsque nous naviguons dans les différentes facettes de la société – qu’il s’agisse d’accéder aux services gouvernementaux, d’effectuer des opérations bancaires en ligne ou simplement de se connecter aux médias sociaux – notre identité sert de clé pour déverrouiller ces portes. Toutefois, la gestion et la vérification des identités à l’ère numérique se font de plus en plus complexes et posent de nombreux problèmes.

Pièce d’identité officielle vs pièce d’identité numérique

À la base, l’identité commence par des documents officiels fournis par des organismes gouvernementaux – passeports, permis de conduire et certificats de naissance – lesquels attestent des détails personnels et de la citoyenneté d’une personne. Cette pièce d’identité officielle, profondément ancrée dans le monde physique, sert de base à l’affirmation des droits, des responsabilités et de l’accès aux services de la société.

L’identité numérique, de son côté, représente la présence et les activités en ligne d’une personne. Il s’agit donc d’une collection d’informations identifiables existant au sein de la sphère numérique, allant des noms d’utilisateur et des mots de passe aux données biométriques et à l’historique des transactions en ligne. Contrairement aux identifiants officiels, qui sont relativement statiques et délivrés par des autorités centrales, les identifiants numériques sont évolutifs, dispersés sur diverses plateformes et restent souvent contrôlés par ces plateformes plutôt que par la personne à laquelle ils se rapportent.

Les problèmes de l’identité numérique

Le passage du physique au numérique ne s’est pas fait sans heurts. En effet, la situation actuelle concernant l’identité numérique présente toujours des problèmes importants qui compromettent la sécurité, la protection de la vie privée et la confiance des utilisateurs, notamment :

● La falsification d’identité : Avec de vastes quantités de données personnelles disponibles en ligne, les acteurs malveillants peuvent facilement usurper l’identité d’une autre personne pour commettre une fraude. Cela va du vol financier aux activités illégales menées au nom de quelqu’un d’autre.

● Deepfakes et désinformation : Les progrès de l’intelligence artificielle ont conduit à la création de deepfakes – des contrefaçons numériques très réalistes et convaincantes de l’image, de la voix ou d’autres éléments d’identité d’une personne. Ceux-ci peuvent alors être utilisés pour induire en erreur, manipuler la perception du public ou porter atteinte à la réputation des individus qu’ils imitent.

● Les fuites de données : Les bases de données centralisées constituent des cibles de choix pour les cyberattaques, ce qui entraîne des fuites de données massives qui exposent alors les informations personnelles des utilisateurs sur le dark web, facilitant encore davantage l’usurpation d’identité et la fraude.

● Les risques en termes de fiabilité : La gestion des identités numériques par les grandes entreprises introduit un important problème de fiabilité, comme l’illustrent les interruptions de service, certaines très notoires, subies par des plateformes comme Facebook, Instagram et WhatsApp. Ces incidents privent ainsi temporairement les utilisateurs de l’accès à leurs identités numériques, les empêchant de se connecter à des services en ligne, de communiquer ou d’effectuer des transactions.

● Risques de centralisation : La centralisation de la gestion des identités numériques par une poignée de grandes plateformes aggrave d’autant plus les problèmes de protection de la vie privée, d’utilisation abusive des données et le risque de modification unilatérale des conditions de service. En effet, cette concentration du contrôle ne pose pas seulement des menaces potentielles pour l’intégrité des identités numériques, mais soulève également des questions sur la viabilité et la sécurité à long terme de ces systèmes d’identité. La dépendance à l’égard des grandes entreprises pour la gestion de l’identité numérique souligne ainsi le besoin urgent d’approches plus décentralisées ou de cadres réglementaires solides pour protéger la présence numérique des individus.

Le système de Selft-Sovereign Identity (SSI) comme solution

Le concept d’identité autonome ( de l’anglais Self-Sovereign Identity, ou SSI) se présente alors comme une approche révolutionnaire pour regagner le contrôle et l’autorité sur l’identité de chacun. Elle représente ainsi un changement de paradigme, passant d’une gestion centralisée de l’identité à un modèle décentralisé, dans lequel les individus sont maîtres de leurs identités numériques, ce sans surveillance intermédiaire. Au cœur de la SSI se trouve la possibilité pour les individus de posséder, de contrôler et de présenter leurs données d’identité comme ils l’entendent, au travers de toutes les plateformes et de tous les services, en toute sécurité et en toute simplicité.

L’identité décentralisée s’appuie souvent sur la technologie blockchain afin d’établir pour créer un cadre sécurisé et interopérable, lequel permet également d’éliminer les points de défaillance uniques, de réduire le risque de fuite de données et de déjouer l’usurpation d’identité. Dans ce système, les identités sont ancrées par des enregistrements immuables sur une blockchain, ce qui permet d’obtenir des informations d’identification vérifiables qui peuvent être partagées entre les parties sans révéler d’informations supplémentaires.

Ce modèle favorise ainsi un environnement sans requis de confiance (ce qu’on appelle “trustless environment”) dans lequel les transactions et les interactions peuvent être authentifiées sans qu’il soit nécessaire de recourir à des autorités centrales de vérification. En utilisant des preuves cryptographiques, telles que les preuves à connaissance nulle, le SSI permet ainsi aux individus de prouver certains aspects de leur identité (par exemple, l’âge, la nationalité) sans divulguer les données réelles (par exemple, la date de naissance, le numéro de passeport).

système ssi

1. Vérification

Le “vérificateur” doit répondre à plusieurs questions liées à la confiance et a besoin d’assurances spécifiques pour pouvoir se fier aux informations d’identification présentées :

  • L’authenticité de l’émetteur : Comment peuvent-ils être sûrs que le justificatif d’identité, ou credential, a été émis par une entité légitime et de confiance ?
    • Vérifier l’identifiant décentralisé (DID) de l’émetteur sur la blockchain. Cela permet de s’assurer que le justificatif d’identité a bien été émis par une entité enregistrée dont les détails cryptographiques publics sont immuablement enregistrés et accessibles.
  • Statut de révocation : Comment peuvent-ils confirmer que le justificatif d’identité n’a pas été révoqué ?
    • Accéder au registre de révocation sur la blockchain pour vérifier que le titre de créance est toujours valide. Ce registre est mis à jour en permanence et fournit le statut en temps réel de tous les titres de compétences émis.
  • Propriété des justificatifs : Comment peuvent-ils s’assurer que le justificatif est présenté par son propriétaire légitime et non par un imposteur ?
    • o Exiger que la présentation du titre soit signée à l’aide de la clé privée du titulaire qui correspond à la clé publique liée au DID dans le titre. Cette preuve cryptographique confirme l’identité du présentateur.

L’émetteur

L’émetteur est également confronté à des problèmes de confiance, principalement en ce qui concerne l’émission et la gestion des justificatifs d’identité :

  • L’intégrité des justificatifs : Comment peuvent-ils s’assurer que les justificatifs d’identité émis ne peuvent pas être trafiqués ou falsifiés après l’émission ?
    • Utiliser la technologie blockchain pour horodater et enregistrer de manière immuable l’état d’émission et de révocation des justificatifs. Ce registre public empêche ainsi toute modification non autorisée.
  • Vérification de l’identité : Comment peuvent-ils vérifier l’identité du titulaire avant de délivrer les justificatifs ?
    • Implémenter des mesures d’authentification rigoureuses avant de délivrer des pouvoirs, y compris la biométrie ou l’authentification multifactorielle, liée de manière sécurisée à la DID de la personne

Le titulaire

Le titulaire doit faire confiance au système pour maintenir le contrôle et la confidentialité de son identité :

  • Le contrôle sur les informations personnelles : Comment peuvent-ils contrôler qui accède à leurs données d’identité et dans quelle mesure ?
    • Utiliser des outils cryptographiques pour partager des attributs spécifiques de leur identité sans exposer l’ensemble de l’identité. Des preuves de zéro connaissance peuvent être utilisées pour prouver qu’un justificatif répond à certains critères sans révéler les données fondamentales.
  • La sécurité des données d’identité : Comment peuvent-ils protéger leurs données d’identité contre tout accès non autorisé ?
    • Stocker en toute sécurité leurs clés privées et leurs informations d’identification dans des portefeuilles numériques qui utilisent des méthodes de cryptage avancées. Ces portefeuilles ne répondent qu’aux demandes authentifiées du titulaire.

III. La bockchain : L’infrastructure qui permet les SSI

La blockchain, l’épine dorsale technologique de la SSI

La technologie de la blockchain offre une nouvelle façon de déployer une infrastructure à clé publique décentralisée (DPKI), laquelle s’avère cruciale pour le fonctionnement de la SSI. Au cœur de la blockchain se trouve en effet un registre sécurisé et immuable, distribué à travers un réseau de nœuds, garantissant qu’aucune entité ne contrôle ou ne manipule les données d’identité. Cette décentralisation renforce non seulement la sécurité, mais confère également au système une résilience contre les attaques et les accès non autorisés.

Le rôle de la cryptographie

Un aspect fondamental de la pertinence de la blockchain pour la SSI réside dans son utilisation de la cryptographie à clé publique/privée. En effet, cette forme de cryptographie permet de sécuriser les échanges de données et de vérifier les signatures numériques, ce qui est essentiel pour établir la confiance dans le domaine numérique.

Chaque participant à l’écosystème de la SSI possède une paire de clés cryptographiques : une clé publique, qui peut être partagée à grande échelle, et une clé privée, conservée en toute sécurité par l’individu. La blockchain permet la distribution et la vérification de ces clés publiques, ce qui rend possible des connexions sécurisées et privées entre deux pairs, sans qu’il soit nécessaire de recourir à une autorité centrale.

DID et VC, des composants essentiels de la SSI

Les identifiants décentralisés (DID) et les justificatifs vérifiables (VC), alimentés par la blockchain, sont au cœur de la fonctionnalité des systèmes SSI. Les DID fournissent en effet une identité unique et sécurisée qui n’est pas liée à des registres centralisés, permettant de relier de manière efficace une clé publique à l’identité numérique d’un utilisateur. Cela permet d’obtenir des identités numériques vérifiables qui renforcent l’intégrité des données et le contrôle des utilisateurs sur leurs informations personnelles, le tout sans surveillance centralisée.

Les titres vérifiables (VC) permettent d’émettre, de détenir et de vérifier des affirmations sur l’identité d’une personne, telles que des qualifications, de manière infalsifiable et facilement vérifiable sur la blockchain. Cette combinaison permet non seulement de sécuriser l’identité, mais aussi de s’adapter à l’évolution des besoins en matière de sécurité et de protection de la vie privée.

Les identifiants décentralisés (DID)

Les identifiants décentralisés (DID) sur la blockchain fournissent un système d’identité unique et sécurisé qui ne dépend pas de registres centralisés. Les DID associent en effet une clé publique à une identité numérique, ce qui permet d’obtenir des identités vérifiables et contrôlées par leur propriétaire. Ce système prend en charge la vérification de l’identité à travers la blockchain, garantissant l’intégrité des données sans besoin de surveillance centralisée, et est adaptable à l’évolution des besoins en matière de sécurité.

Les avantages de la blockchain dans un système SSI

Une meilleure sécurité et immuabilité

L’un des avantages les plus notables de la technologie blockchain est sa capacité à établir la confiance entre des participants aux profils différents par le biais d’un registre de données vérifiables commun (VDR). En effet, la blockchain excelle non pas en stockant directement des informations d’identification vérifiables (VC), mais en conservant en toute sécurité des éléments clés essentiels pour les systèmes SSI. Il s’agit là notamment des identifiants décentralisés (DID), des schémas et des matériaux de révocation, tous stockés dans le VDR. Cette fonction est essentielle pour assurer l’interopérabilité et maintenir l’intégrité et la vérifiabilité des informations d’identification sans compromettre la sécurité.

Le fondement cryptographique de la blockchain, qui fait appel à des algorithmes complexes et à des fonctions de hachage sécurisées, renforce ainsi davantage cette architecture de confiance en protégeant ces éléments clés contre les accès non autorisés et les cybermenaces, soutenant ainsi un cadre d’identité numérique robuste.

Confidentialité et choix des élément à divulger

La technologie blockchain améliore la confidentialité et le contrôle des donnée, ce en gérant de manière efficace les informations d’identification vérifiables. Les utilisateurs peuvent ainsi choisir de ne révéler que les informations nécessaires à une transaction ou à une interaction particulière, ce grâce à l’utilisation de preuves à connaissance nulle et d’autres techniques cryptographiques.

Par exemple, une personne prouvant qu’elle a l’âge légal pour consommer de l’alcool n’a pas besoin de divulguer sa date de naissance exacte, mais peut simplement confirmer qu’elle a dépassé la limite d’âge. Cette capacité à contrôler la granularité des informations partagées renforce la protection de la vie privée et minimise le risque d’utilisation abusive des données personnelles ou de collecte d’informations sans consentement.

Interopérabilité et portabilité

Les normes et protocoles uniformes qui soutiennent les solutions SSI basées sur la blockchain favorisent l’interopérabilité entre les différents systèmes et services. En effet, les utilisateurs peuvent utiliser leurs identités numériques de manière transparente sur différentes plateformes et sans avoir besoin de processus de vérification redondants, ce qui améliore l’expérience de l’utilisateur et réduit les frictions.

Par ailleurs, la blockchain favorise la portabilité des identités numériques, ce qui permet aux utilisateurs de conserver leur identité dans différents services et juridictions. Cette interopérabilité et cette portabilité à échelle mondiale jouent un rôle essentiel dans la création d’un écosystème numérique cohésif et inclusif.

eIDAS 2.0 et l’intégration de la blockchain

Une overview d’eIDAS 2.0

Le règlement eIDAS, initialement établi en 2014, a constitué une initiative historique de l’Union européenne visant à normaliser l’identification électronique et les services de confiance dans les États membres, afin de promouvoir la sécurité, la légalité et l’efficacité des transactions numériques.

Avec l’avènement d’eIDAS 2.0, le cadre est destiné à intégrer les progrès rapides de la technologie numérique, dont le potentiel de la blockchain, pour poursuivre sa mission. eIDAS 2.0 vise ainsi à développer son prédécesseur en incorporant des mécanismes plus robustes pour l’identification électronique, garantissant un degré supérieur d’interopérabilité et de sécurité sur le marché numérique européen.

Il vise ainsi à promouvoir des interactions numériques transparentes à travers les frontières, en permettant aux citoyens, aux entreprises et aux administrations publiques d’effectuer des transactions numériques fiables et sécurisées.

Le rôle de la blockchain dans l’eIDAS 2.0

La technologie blockchain, grâce à ses caractéristiques inhérentes de décentralisation, de sécurité et de transparence, se trouve à l’avant-garde de cette transformation numérique, offrant ainsi une infrastructure complémentaire pour la réalisation des objectifs d’eIDAS 2.0. L’intégration de la blockchain dans le cadre eIDAS s’articule essentiellement autour de l’amélioration des processus de vérification de l’identité et de l’établissement d’un écosystème de services de confiance plus résilient.

Vérification améliorée de l’identité : Les principes de la SSI, soutenus par la technologie blockchain, instaurent ainsi un paradigme au sein duquel les individus possèdent un contrôle inégalé sur leurs identités numériques. Ce modèle s’aligne sur la vision d’eIDAS 2.0 d’une identification électronique sûre et transparente. La blockchain permet de créer et de gérer des identifiants décentralisés (DID), qui peuvent être utilisés pour vérifier l’identité d’une manière à la fois sûre et centrée sur l’utilisateur. Cela permet non seulement d’améliorer la sécurité et la confidentialité des transactions numériques, mais aussi de rationaliser le processus de vérification de l’identité dans l’ensemble de l’UE, en le rendant plus rapide et plus efficace.

Services de confiance et décentralisation : l’eIDAS 2.0 souligne l’importance des services de confiance, comme les signatures et les sceaux électroniques, les horodatages électroniques et l’authentification des sites web. La technologie blockchain peut ainsi améliorer ces services en fournissant un environnement inviolable et transparent pour l’exécution et l’enregistrement des transactions. La nature décentralisée de la blockchain signifie que les services de confiance peuvent fonctionner sans qu’une autorité centrale soit nécessaire, ce qui réduit les points de défaillance potentiels et augmente la résilience du système.

Interopérabilité et services transfrontaliers : L’un des principaux objectifs de l’eIDAS 2.0 est de favoriser l’interopérabilité et de faciliter les services numériques transfrontaliers. La nature globale de la blockchain et les efforts de normalisation autour des DID et des VC contribuent d’ailleurs fortement à cet objectif. En adoptant un modèle SSI basé sur la blockchain, l’eIDAS 2.0 peut tirer parti d’un cadre unifié et interopérable pour les identités numériques qui transcende les frontières nationales, tout en veillant à ce que les identifiants et les justificatifs numériques soient reconnus et vérifiables dans l’ensemble de l’Union européenne.

Quels sont les cas d’utilisation de la blockchain pour la SSI ?

Dans l’univers en pleine croissance de l’identité autonome (SSI), la technologie blockchain permet de redéfinir l’infrastructure, mais aussi d’enrichir l’écosystème avec une variété de cas d’utilisation. Ces applications tirent parti des capacités uniques de la blockchain pour relever des défis de longue date en matière de vérification de l’identité, de protection de la vie privée et de contrôle de l’utilisateur.

Parmi ces applications, le cas d’utilisation de la « preuve d’âge » se distingue notamment comme un excellent exemple de la façon dont la SSI peut rationaliser les processus de vérification d’identité tout en améliorant la confidentialité et la sécurité.

Comment la SSI permet de transformer la preuve d’âge

Le cas d’utilisation du système de « Preuve d’âge » illustre l’application pratique de la SSI dans des scénarios quotidiens, comme l’achat de biens soumis à des restrictions d’âge ou l’accès à des services en ligne soumis à des restrictions d’âge.

Traditionnellement, pour prouver son âge, par exemple afin d’acheter de l’alcool ou accéder à certains contenus numériques, il est nécessaire de présenter une carte d’identité ou un passeport. Ce processus expose par inadvertance un grand nombre d’informations personnelles, dont la plupart sont inutiles pour la transaction, comme votre nom complet, votre date de naissance exacte et même votre adresse. La technologie Blockchain, qui est à la base de la SSI, introduit ainsi une approche plus nuancée et plus respectueuse de la vie privée.

Imaginez un portefeuille numérique sur votre smartphone, renforcé par les principes de la SSI, où vos attributs d’identité, tels que votre âge ou votre date de naissance, sont stockés en toute sécurité et protégés par le biais de la cryptographie. Ce portefeuille contient des références vérifiables, délivrées par une autorité de confiance (par exemple, un gouvernement ou une organisation certifiée), confirmant que vous avez dépassé le seuil d’âge requis, par exemple, pour acheter de l’alcool.

Lorsque vous souhaitez prouver votre âge, au lieu de présenter votre pièce d’identité physique, vous présentez simplement une preuve numérique provenant de votre portefeuille. Cette preuve, facilitée par la blockchain, vérifie que vous remplissez la condition d’âge sans révéler votre date de naissance exacte ou tout autre détail personnel. Le processus se déroule comme suit :

  1. Émission de justificatifs : Une autorité de confiance émet un justificatif numérique vérifiable dans votre portefeuille, indiquant que vous avez dépassé la limite d’âge requise. Ce titre est stocké en toute sécurité dans votre portefeuille numérique basé sur la blockchain. Cette vérification peut également être effectuée par le biais d’une vérification d’identité ou d’une estimation de l’âge par l’IA ou toute autre méthode pertinente.
  2. Divulgation sélective : Sur demande, votre portefeuille génère une preuve de ce titre, signée cryptographiquement, confirmant que vous remplissez la condition d’âge. Il est important de noter que cette preuve ne divulgue pas votre âge exact ni votre date de naissance.
  3. Vérification : Le vérificateur (par exemple, un magasin de spiritueux) utilise son système pour vérifier la preuve par rapport aux clés publiques disponibles sur la blockchain. Le processus de vérification confirme la validité du justificatif et la signature de l’autorité sans qu’il soit nécessaire d’accéder à vos données personnelles ou de les voir.

Une infinité de cas d’usage !

Au-delà de la vérification de l’âge, la technologie blockchain et l’identité autonome (SSI) présentent une multitude d’applications dans divers secteurs. Voici quelques exemples concis illustrant la polyvalence et l’impact de la blockchain afin de permettre des processus de vérification de l’identité numérique sécurisés, efficaces et centrés sur l’utilisateur :

  • 1/ Accès aux services financiers : Elle permet simplifier le processus KYC (Know Your Customer) pour les services bancaires et financiers. Les individus peuvent utiliser la SSI pour prouver leur identité et leur historique financier en toute sécurité lors de l’ouverture d’un nouveau compte ou d’une demande de prêt, permettant de réduire ainsi la fraude en plus de rationaliser l’onboarding.
  • 2/ Vérification de l’emploi : Elle permet de rationalise le processus de vérification des antécédents professionnels et des qualifications d’une personne pour les employeurs potentiels. La SSI permet aux candidats de partager des références vérifiables concernant leurs antécédents professionnels, leur formation et leurs compétences sans exposer d’informations personnelles inutiles.
  • 3/ Voyages internationaux : Ce système améliore l’efficacité et la sécurité des processus de contrôle aux frontières en permettant aux voyageurs de partager directement avec les autorités des justificatifs vérifiables tels que les passeports électroniques et les dossiers médicaux (par exemple, le statut vaccinal), réduisant ainsi les temps d’attente et améliorant l’expérience du voyageur.

L’avenir de l’identité dépendra de la blockchain

Au cours de notre exploration des domaines de l’identité autonome (SSI) et de la technologie blockchain, nous avons examiné le potentiel de transformation que ces innovations représentent pour la gestion des identités numériques. Qu’il s’agisse d’aborder les limites des systèmes centralisés et fédérés traditionnels ou de fournir une plongée technique approfondie dans les mécanismes de la blockchain, cette découverte a ainsi éclairé la voie vers un avenir où les individus reprennent le contrôle de leurs données personnelles.

Certaines entreprises sont déjà au premier plan du mouvement de la SSI, notamment Archipels, qui exploite la technologie de la blockchain dans le but de révolutionner la gestion des identités. Avec l’adoption d’eIDAS 2.0, l’avenir de l’identité numérique est prêt pour une profonde transformation. Ce nouveau modèle, qui s’aligne sur les capacités de la blockchain, renforcera ainsi l’interopérabilité, la sécurité et la centralité de l’utilisateur dans toute l’Europe.

Pour conclure, alors que nous nous trouvons à l’aube d’une nouvelle ère dans le domaine de l’identité numérique, la synergie entre la technologie blockchain et l’identité autonome offre aujourd’hui un plan prometteur pour un avenir où les identités numériques sont non seulement sûres et privées, mais aussi entièrement sous le contrôle de l’individu.

Cette vision, alignée sur les principes de la SSI et soutenue par des cadres réglementaires tels que eIDAS 2.0, ouvre ainsi la voie à une société numérique qui valorise la vie privée, la sécurité et l’autonomie de l’utilisateur. Le chemin vers la concrétisation de cette vision s’avère complexe et semé d’embûches, mais les bénéfices potentiels pour les individus, les entreprises comme les sociétés seront immenses.

Alors que nous continuons à parcourir ce paysage en évolution, la collaboration entre les technologues, les responsables politiques et les parties prenantes sera primordiale pour libérer le plein potentiel de la blockchain pour l’identité autonome, en façonnant un monde numérique plus sûr, plus inclusif et plus respectueux de la vie privée des individus.

A propos de l’auteur

La Fédération des Professionnels de la Blockchain est la seule Fédération dédiée aux entreprises françaises de l’industrie Blockchain et qui contribue au développement de la technologie dans plus d’une vingtaine de secteurs d’activités. Fort de plus de 80 entreprises membres et de partenaires stratégiques, la FFPB œuvre pour la professionnalisation, le développement du réseau d’affaires B2B et de la standardisation des pratiques au sein de l’écosystème blockchain, en France et en Europe.

Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, BeInCrypto s'engage à fournir des informations impartiales et transparentes. Cet article vise à fournir des informations exactes et pertinentes. Toutefois, nous invitons les lecteurs à vérifier les faits de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre une décision sur la base de ce contenu.

FFPB-LOGO-final.png
French Federation of Blockchain Professionals
Seule et unique fédération professionnelle du secteur, la FFPB contribue largement à l'adoption de la technologie Blockchain par les entreprises et les administrations publiques. La FFPB est le premier réseau d'affaires en France pour les professionnels de la Blockchain.
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé