« La DeFi ne protège pas l’individu, elle protège le système », déclare le fondateur d’Eden Block

Partager l’article
EN BREF
  • BeinCrypto s'est entretenu avec Lior Messika, fondateur du fonds de capital-risque Eden Block.

  • Messika explique comment le Web 3.0 se construit et pourquoi la responsabilité et la valeur sociale en sont des acteurs clés.

  • « La communauté fait tout », dit-il.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

BeinCrypto s’est entretenu avec Lior Messika, fondateur du fonds de capital-risque Eden Block. Il nous a parlé de la finance décentralisée (DeFi), de son battage médiatique actuel et de l’importance que peut avoir la responsabilité dans la liberté financière.

Il ne fait aucun doute que la DeFi est en plein essor, ce en grande partie grâce au financement qui afflue dans une grande variété de projets.

Messika est le fondateur d’un de ces fonds. Il finance des projets à leurs premières phases de pré-amorçage, d’amorçage et de lancement.

« J’ai passé la majeure partie de ma vie en tant qu’investisseur. Il y a environ cinq ans, je suis tombé amoureux de la blockchain. Puis, voyant l’exposition institutionnelle dans le secteur, j’ai compris qu’il n’y avait rien d’autre qui lui ressemblait. Personne n’offrait une telle exposition. Pour faire court, nous avons lancé Eden Block », explique-t-il.

« Nous nous sommes vraiment concentrés sur le financement d’équipes surqualifiées et sous-financées dans le secteur. Nous avons développé une pratique très intéressante qui se concentre sur l’innovation autour de la blockchain et de la crypto à leurs premiers stades. »

L’infrastructure du projet

Dans le cadre de leur travail, Messika explique qu’ils ont commencé par investir dans des projets extrêmement techniques. Cela a jeté les bases de leur objectif, lequelé était d’aider à construire le monde décentralisé du Web 3.0 en partant de la base.

« Ce qui est vraiment intéressant, c’est que nous avons toujours été pour mettre l’infrastructure en premier. Nous avons toujours profondément étudié ce qu’il faudra pour construire un monde vraiment décentralisé. Ce que j’ai vraiment aimé depuis le début à propos des blockchains, à propos de la crypto, c’est le fait qu’on retrouve cette propriété qui se place au-dessus de tout le reste. Il y a toujours eu une décentralisation. Cette dernière, en tant que propriété, vous permet de construire le Web 3.0, ainsi que de briser les barrières et de réduire les frictions », explique-t-il.

« J’ai même essayé de faire valoir qu’il s’agissait d’un mouvement culturel. C’est quelque chose que nous, en tant que société, avons compris et que nous voulons corriger. Il y a 3 000 ans jusqu’à aujourd’hui, nous avons essayé de parvenir à la décentralisation de diverses manières. Donc, pour nous, ce qui a changé, ce sont uniquement les applications qui sont rendues possibles par cette propriété fondamentale à travers la décentralisation. »

Un pont pour le système de valeurs de la DeFi

Messika développe l’idée que les humains ont travaillé à ce type de décentralisation au fil des ans. Il voit le secteur de la DeFi comme un « Far West », comme on l’appelle communément. Cependant, il pense que cela reste fidèle aux systèmes de valeurs sous-jacents sur lesquels les sociétés sont construites.

« Je vois beaucoup de liens entre le monde réel, en tout cas ce que j’appelle le monde réel, et le Web 3.0. Beaucoup d’entre eux sont en fait basés sur des valeurs et des systèmes de valeurs que nous avons pu créer en tant que société à travers des décennies et quelque chose que nous comprenons tous aujourd’hui », dit-il.

Cependant, avec les intermédiaires contrôlant le Web 2.0 dans sa forme cloisonnée, il voit la manière dont les gens reconnaissent que le rêve sous-jacent de la décentralisation n’est pas respecté.

« Je pense que même sans l’idée de décentralisation, sans le concept de blockchain et de crypto, vous pouvez toujours arriver à la même compréhension fondamentale qu’il y a certaines choses qui sont tout simplement cassées dans les systèmes d’aujourd’hui. »

« Le Web 3.0 est le Far West dans le fait qu’il existe différentes langues culturelles, pourrait-on dire. Il existe différentes idées et différentes manières de faire émerger ces idées. Mais quand vous revenez aux principes fondamentaux de ce que nous défendons, quelles sont nos valeurs et comment nous cherchons à résoudre le problème, c’est à peu près la même chose », explique-t-il.

Surmonter les problèmes de “composabilité” sociale

Cependant, Messika reconnaît que le Web 3.0 est actuellement presque aussi cloisonné que le Web 2.0.

« C’est quelque chose que nous allons devoir surmonter. Le manque d’interopérabilité, le manque de “composabilité”. Même les éléments appartenant aux systèmes de valeurs aujourd’hui, ne sont pas tangibles comme le capital social. Nous comprenons que le capital social a beaucoup de valeur dans le Web 3.0. Nous ne savons toujours pas comment le quantifier exactement, mais nous comprenons que ces systèmes de valeurs vont devoir être “composables” à travers différents systèmes, différents protocoles et à travers des identités différentes. »

Pour Messika, le « silo social » est lié au manque d’accessibilité dans le secteur de la DeFi. Pour ceux qui ne sont pas des geeks dégénérés, la DeFi est compliquée et difficile à comprendre. Cependant, Messika explique qu’il n’y a aucun moyen d’obtenir une adoption massive si les gens ne peuvent pas comprendre ce qui se passe.

« Je pense donc que les composants techniques de ce manque d’interopérabilité et de ces systèmes en silos vont être résolus bien avant que les aspects sociaux et conversationnels des systèmes en silos ne se produisent. Nous allons voir que cela se produira techniquement bien avant que nous ne commencions à voir des gens ordinaires, employant ou tirant parti ou parlant de DeFi d’une manière qui a du sens. C’est donc le plus grand silo, le plus grand jardin clos, la plus grande friction que je vois en ce moment », explique-t-il.

« Je pense qu’il va y avoir beaucoup plus à faire pour les questions concernant : la communication des leaders du secteur, les valeurs, la communication des idées, la communication des produits et une vision pour tout un écosystème et pas seulement aux 5 000 membres Discord qui ont évidemment beaucoup à gagner à être là tôt. »

« La liberté sans responsabilité est une courte tragédie »

Plus d’inclusivité et des messages simples pourraient entraîner une adoption massive. Cependant, cela exige toujours que les gens prennent le contrôle de leurs finances d’une manière à laquelle ils ne sont peut-être pas habitués.

Pour Messika, ce n’est pas un inconvénient mais un avantage. Il place la responsabilité entre les mains de chaque individu tout en protégeant le système.

« Vlad Zamfir, un gars formidable, est un développeur dans le secteur. Il a dit un jour : « la liberté sans responsabilité est une courte tragédie. » Et je suis tout à fait d’accord avec cela parce que cette idée de liberté financière et personnelle est intrinsèquement liée à l’idée de responsabilité », dit-il.

« Ce qui est bien avec la décentralisation, c’est qu’elle ne vous protège pas. Elle protège le système. Donc, dans mon esprit, la DeFi vous protège de tous ceux qui vont aller se faire avoir. Il ne protège pas l’individu, il protège le système. »

« La façon dont j’y pense est que vous ne serez libre que dans la mesure où vous êtes responsable de vous-même. C’est le vrai sens de la décentralisation parce que la décentralisation signifie l’individualisme. Je crois en l’idée qu’il n’y a pas de liberté sans responsabilité. Il n’y a pas de liberté financière sans pouvoir être responsable de ses propres finances », dit-il.

Reconnaître la ruée vers l’or dans la DeFi

Cependant, Messika n’est pas seulement un optimiste, ce qui est nécessaire si vous êtes du côté des investissements de ce nouveau monde. Au lieu de cela, il reconnaît la ruée vers l’or actuelle sans remettre en cause le secteur dans son ensemble.

« Il y a certainement une ruée vers l’or. Tout le monde prétend construire quelque chose. Tout le monde se défait de quelque chose. Je veux dire, même maintenant, nous finançons ces entreprises à des dizaines de millions de dollars sur la base d’une idée parce que nous savons que cette idée va être fondamentalement importante pour le secteur Ainsi, ces deux personnes peuvent se réunir, rêver d’une idée et être évalués à 50 millions de dollars ou plus, et vous ne trouverez cela nulle part ailleurs, et c’est au moins une ruée vers l’or pour moi », dit-il.

Pour Messika, cela fait partie intégrante de l’industrie dans sa phase actuelle. Il y a deux facette à ce secteur. D’un côté, les projets qui ont de la valeur, et de l’autre, ceux qui tirent profit du rush sans réelle substance.

« Je ne sais pas combien de temps ça va durer. J’espère que cela durera aussi longtemps que les gens le voudraient, et j’espère que cela ne fera de mal à personne en chemin. Mais nous sommes définitivement dans une ère de ruée vers l’or, bien plus qu’en 2016/2017 lorsque je suis entré dans le secteur. On dirait que ça ne ralentit pas, j’espère donc que tout le monde fasse preuve de prudence. »

Tout repose sur la communauté

Lorsqu’on traite avec un grand nombre de projets, Messika dit de se tourner vers leurs communautés pour savoir s’il y a une vraie valeur.

« La communauté est au cœur du sujet. Dans le Web 3.0, la communauté crée les valeurs communautaires, les projets communautaires. Donc, si vous êtes capable de regarder un réseau décentralisé et de dire “ok, il y a beaucoup d’utilisations, des volumes élevés et les graphismes ont l’air bien”, mais vous ne portez aucune attention à la communauté ou si vous n’avez pas de communauté active, alors il n’y a aucune projection d’implication future. »

« Si vous n’avez pas de vraie communauté, vous aurez beaucoup de mal à valoriser votre réseau, avec certains des aspects intangibles et instables de la valeur. Quelque chose que je trouve de plus en plus vrai, ce sont les réseaux qui sont capables de gérer et de construire des communautés autour de leur système de valeurs, autour de leur mission, autour des actifs de base, qui, dans de nombreux cas, un token ou une entité ou autre, vont aller très loin », dit-il.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Nachdem sie im Nachrichten- und Lifestyle-Journalismus gearbeitet hatte, beschloss Leila, ihr Interesse an Kryptowährungen und Blockchain in ihren Job zu bringen. Sie leitet jetzt den Feature and Opinions Desk bei BeinCrypto, der perfekt zu ihrer Begeisterung für die sozialen und politischen Auswirkungen von Crypto passt.

SUIVRE CET AUTEUR

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous

Gagnez jusqu’à 10 000 USD chaque semaine avec l’AMM + Arena de CoinFLEX !

Gagnez dès maintenant