Le vote par blockchain est possible : mythes et réalité

Partager l’article
EN BREF
  • Nate Williams, développeur chez Vocdoni, évoque les principaux mythes autour du vote par blockchain.

  • Les craintes liées au vote par blockchain ont atteint un sommet sans précédent.

  • Tout comme les systèmes de vote sur papier, le vote par blockchain doit évoluer et s'améliorer au fil de son utilisation.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Beaucoup d’entre nous, dans le domaine du vote numérique, ont remarqué un changement radical dans le discours public au de cette année 2020. Les partisans et les sceptiques se font de plus en plus entendre, et il semble que de plus en plus de gens se font une opinion sur le sujet. La question n’est plus de savoir si le vote numérique va se généraliser ou non au cours de la prochaine décennie, mais plutôt de savoir comment ce changement aura lieu.



L’une des raisons de cette discussion provient d’une perception plus claire des problèmes dont nous espérons nous éloigner, à savoir la suppression des électeurs, le faible taux de participation et la lenteur et le coût des infrastructures électorales. Cette année, marquée par la pandémie du COVID-19, nous a appris que nous devons être prêts à exercer la démocratie sous n’importe quelle condition.

Au-delà de cette réaction aux problèmes inhérents à nos systèmes de vote actuels, cela dit, vient la vision d’un modèle de gouvernance entièrement différent, avec une participation et un engagement plus en profondeur des citoyens.



Et si le vote par blockchain pouvait nous permettre de nous auto-organiser de manière démocratique et participative à une échelle plus grande que jamais ? Un tel changement est possible grâce à un vote sécurisé, anonyme, universellement vérifiable et extrêmement simple d’usage à partir d’un téléphone portable.

Mettre fin aux mythes du vote par blockchain

Malheureusement, la crainte des systèmes de vote par blockchain est à son comble. De nombreux critiques, y compris les auteurs d’un récent document de l’initiative sur la monnaie numérique du MIT Medialab, soulignent les problèmes très réels que pose cette technologie et qu’il faudra résoudre. Beaucoup d’entre eux exagèrent toutefois ces problèmes, tombent dans des idées fausses et déclarent à tort que le vote par blockchain est irréalisable.

Penchons-nous donc sur certains de ces mythes.

Le vote par blockchain ne peut pas être anonyme

Mythe

L’un des mythes les plus répandus sur le vote par blockchain est qu’il empêche l’anonymat des électeurs. Cela est vrai pour un système qui repose uniquement sur des chaînes de vote en bloc. De même, l’anonymat est certainement un défi.

Réalité

Cela dit, comme mes collègues et moi-même lors du projet de vote numérique Vocdoni le soulignons dans notre réponse au document du MIT susmentionné, cette nécessité est réalisable. La technologie permettant de rompre le lien entre un électeur et son bulletin de vote individuel, tout en préservant la capacité de vérification, existe déjà (avec une certaine marge d’amélioration).

Le vote par blockchain n’est pas aussi sûr que le vote par bulletin papier

Mythe

Avec la numérisation des élections, le potentiel de coercition et d’achat de votes augmente considérablement. Les attaques deviennent plus faciles à mettre adapter et à automatiser. Nombreux sont ceux qui pensent que ce problème est inévitable et indéfendable.

Réalité

Il n’y a aucune raison qu’un système de vote blockchain ne puisse pas être entièrement open-source, publiquement auditable et distribué parmi des composants décentralisés sans besoin de tiers. Comme mentionné ci-dessus, cette technologie existe déjà et offre une vérifiabilité complète pour chaque vote, depuis le moment où il quitte le téléphone de l’électeur jusqu’à la publication des résultats.

L’un des problèmes permanents à la sécurité d’un tel système est le téléphone des utilisateurs eux-mêmes. Beaucoup soulignent qu’il est impossible de vérifier qu’un appareil n’est pas piraté, et c’est techniquement vrai.

Les mesures d’atténuation telles que le stockage crypté et séparé, l’authentification à plusieurs facteurs et la protection par enregistreur de frappe à mot de passe réduisent considérablement la surface d’attaque, mais toute solution mobile reposerait en fin de compte sur la sécurité des systèmes d’exploitation sous-jacents. Il s’agit là d’un point à améliorer, et non à rejeter comme étant sans espoir. Avec chaque mesure d’atténuation, les attaques deviennent plus difficiles à employer et moins adaptables.

Le vote par blockchain génère plus de coercition et d’achat de votes

Mythe

Avec la numérisation des élections, le potentiel de coercition et d’achat de votes augmente considérablement. Les attaques deviennent plus faciles à adapter et à automatiser. Nombreux sont ceux qui pensent que ce problème est inévitable et indéfendable.

Réalité

Si la coercition et l’achat de votes sont des problèmes majeurs, il existe plusieurs innovations qui pourraient atténuer ou éliminer cette menace.

Premièrement, un système pourrait permettre aux électeurs de modifier leur vote pendant une période électorale (avant que les votes ne soient comptés). Une personne contrainte de voter d’une certaine manière pourrait modifier son vote par la suite.

Deuxièmement, la vérification des votes pourrait être conçue de manière à permettre aux utilisateurs de prouver qu’ils possèdent un certain vote uniquement jusqu’à la fin d’une élection, moment auquel n’importe qui pourrait produire une confirmation pour tout vote. Il serait alors beaucoup plus difficile pour les utilisateurs de fournir leur vote à une tierce partie malveillante.

Troisièmement, les efforts en cours sont prometteurs : bien qu’elle ne soit pas encore mise en œuvre, les recherches montrent un soutien théorique à une conception qui rendrait anonyme le contenu de chaque bulletin de vote, ce qui rendrait effectivement impossible pour un électeur de fournir son vote en échange d’une récompense.

Les défis politiques

Le plus grand obstacle à l’adoption du vote par blockchain est peut-être sa composante humaine. Les médias ont tendance à surestimer le risque de fraude dans nos systèmes actuels, et cela ne ferait qu’augmenter avec la poursuite de la numérisation.

Les premiers à adopter cette technologie prendraient un risque énorme pour leur réputation. De plus, la démocratisation potentielle de la gouvernance qui rend le vote en blockchain si inspirant pourrait être la raison même pour laquelle de nombreux gouvernements s’en détournent.

Ce défi ne peut être relevé que par un plaidoyer constant en faveur de meilleures méthodes démocratiques. Nous devons souligner le pouvoir du vote par blockchain pour permettre un modèle de participation qui va bien au-delà d’élections générales éparses.

La bonne nouvelle, c’est que plusieurs gouvernements nationaux et locaux, comme la Suisse et l’Estonie, disposent déjà d’une vaste expérience des processus de vote numérique. Et nous pensons que cette tendance va s’accentuer dans les années à venir. Nous devons nous assurer que – à mesure que l’utilisation du vote numérique se développe – il est réalisé avec la meilleure technologie disponible.

Et ensuite ?

Le vote par blockchain est certainement une bataille difficile. Chacune de ces préoccupations est un mélange de problèmes du monde réel et d’idées fausses largement répandues qu’il faut démêler et corriger.

Nous pensons toutefois que nous avons résolu les problèmes fondamentaux qui se posent. Nous avons maintenant besoin de temps, d’itérations et de tests. Tout comme les systèmes de vote par bulletin papier, qui ont dû initialement surmonter bon nombre des mêmes problèmes, le vote par blockchain doit évoluer et s’améliorer au fil de son utilisation.

On ne saurait trop insister sur les défis inhérents à tout système de vote numérique, et la blockchain ne sera jamais une solution facile et universelle. Plutôt que de fuir cette difficulté, dans un monde où le vote numérique est probablement inévitable, nous devrions concevoir des systèmes en tenant compte de nos aspirations.

NOTE : Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur et ne représentent ni ne reflètent nécessairement celles de BeInCrypto.

Écrit par Nate Williams, récemment diplômé et développeur à temps complet chez Vocdoni, un projet de vote électronique basé sur des technologies à source ouverte, notamment Ethereum, zk-SNARKs et IPFS.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

The opinion of BeInCrypto staff in a single voice.

SUIVRE CET AUTEUR