Jeffrey Gundlach, sceptique de Bitcoin, considère le BTC comme le meilleur “actif de relance”

Partager l’article
EN BREF
  • Jeffrey Gundlach affirme que Bitcoin est probablement un meilleur investissement que l'or.

  • Le PDG de DoubleLine Capital a souligné que "beaucoup de liquide versé dans un entonnoir crée un torrent".

  • L'intérêt institutionnel pour le BTC reste fort et ne cesse de croître.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Le célèbre milliardaire Jeffrey Gundlach a admis que, malgré la hausse à long terme de l’or et la baisse du dollar américain, Bitcoin (BTC) serait un meilleur “actif de relance”.



Cependant, Gundlach, également connu sous le nom de “Bond King”, est resté neutre sur ces deux actifs au cours du dernier semestre. Comme il l’affirme, cela est dû à l’excès de liquidités injectées dans le système financier pendant la pandémie du Covid-19.

En attendant, avec ses performances spectaculaires, la première cryptomonnaie du monde pourrait aider plus que l’or à la relance mondiale.



“Je ne hais pas du tout les bitcoins”

En 2017, Jeffrey Gundlach a déclaré que l’intérêt croissant pour Bitcoin était une “mania” dont il préférait rester éloigné : “Je suis peut-être trop vieux, mais je vais laisser cette mania se poursuivre sans moi”, a-t-il déclaré.

En novembre 2020, M. Gundlach est resté inflexible, soulignant qu’il ne croyait pas à la crédibilité de Bitcoin :

“Je pense que c’est un mensonge. Je pense que c’est très suivi, traçable. Je ne pense pas que ce soit anonyme”.

Néanmoins, il ne pouvait que changer d’attitude à l’égard de la cryptomonnaie phare alors que la récession économique mondiale se poursuit. Bitcoin a été l’un des premiers actifs à se remettre de l’effondrement notoire du marché le 13 mars 2020. Lors de la série de webcasts de Rosenberg Research en novembre 2020, le géant des obligations a convenu que le BTC pourrait être une couverture utile contre l’inflation. 

Lors d’un entretien avec CNBC en janvier 2021, M. Gundlach a déclaré qu’il avait changé sa position sur Bitcoin, et deviendrait neutre une fois qu’il aurait atteint 23 000 dollars. Il a néanmoins insisté sur le fait qu’il est toujours en “territoire de bulle”, et que le rallye du BTC a pris de l’ampleur bien trop rapidement. En même temps, il a ajouté que Bitcoin aurait une “formidable dynamique d’offre et demande” si les institutions intervenaient.

Le BTC attire les gestionnaires de fonds institutionnels

M. Gundlach, qui est également le PDG de DoubleLine Capital, semble avoir complètement changé d’avis. La demande de Bitcoin de la part des institutions financières ne cesse d’augmenter. 

L’une des plus grandes baleines de cryptomonnaie, Grayscale, a déjà accumulé 150 % de BTC en plus en janvier et continue d’augmenter sa réserve. Au cours du mois dernier, elle a ajouté plus d’un milliard de dollars en BTC et possède actuellement environ 650 000 bitcoins.

Une autre société cotée en bourse, MicroStrategy, est en bonne voie pour accumuler plus de BTC après avoir annoncé un autre achat de 10 millions de dollars début février. Au moment de la rédaction, ses avoirs en BTC valaient plus de 3,5 milliards de dollars.

Les géants de Fintech soutiennent cette tendance, en catapultant le prix de Bitcoin à 52 000 dollars. Rien qu’au cours des deux dernières semaines, la liste des entreprises qui ont plongé dans l’espace comprend PayPal, Visa et Mastercard. Le prêteur fintech Affirm est sur le point de se tourner vers la crypto également, puisque son PDG Max Levchin suit Elon Musk et rejoint les rangs des investisseurs captivés par le BTC. 

Même les banques de Wall Street reconnaissent la nécessité de faire face à Bitcoin, car la pression institutionnelle, tant de l’intérieur que de l’extérieur, devient plus intense.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Amy was born in Malmo, Sweden. She became interested in cryptocurrency due to her husband, who was an early investor in bitcoin. Now, Amy writes for a number of crypto outlets, invests in cryptocurrencies, and spends time with her cat Buterin.

SUIVRE CET AUTEUR