Hong Kong va resserrer la réglementation sur les plateformes de trading crypto

Partager l’article
EN BREF
  • Les régulateurs de Hong Kong sont prêts à sévir contre les plateformes de trading de cryptomonnaie.

  • Selon un discours de l'un de ses principaux régulateurs, toutes les sociétés de trading crypto auront besoin d'une licence SFC à l'avenir.

  • Les modifications proposées n'affecteront pas les plateformes fonctionnant déjà sous le régime des security tokens.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Le gouvernement de Hong Kong est sur le point de changer les règles applicables aux sociétés de trading de crypto opérant dans la juridiction de la ville.

Les régulateurs financiers du monde entier cherchent toujours à formuler la meilleure approche pour réglementer l’industrie de la cryptomonnaie. Jusqu’à présent, Hong Kong – qui abrite de nombreux exchanges cryptos – a été quelque peu laxiste dans ce sens.

En revanche, des centres financiers asiatiques similaires, tels que le Japon et Singapour, ont des régimes de licence exigeant une réglementation uniforme de toutes les plateformes de crypto trading.

Une réglementation plus stricte

Dans une déclaration publiée mardi par Reuters, le principal organisme de surveillance financier de la ville a annoncé que toutes les plateformes de trading de cryptomonnaie seraient bientôt réglementées, qu’elles tradent des titres (security token) ou strictement de la cryptomonnaie à Hong Kong. Cette décision s’écarte de sa précédente approche «opt-in».

Avant cette nouvelle, la Securities and Futures Commission (SFC) de Hong Kong fonctionnait avec un cadre réglementaire «opt-in» pour les plateformes de crypto trading.

Selon un discours prononcé par Ashley Alder, directeur général du SFC, les règles actuelles ne suffisent pas:

Dans le cadre législatif actuel, si un opérateur de plateforme est vraiment déterminé à fonctionner complètement hors du radar réglementaire, il peut le faire simplement en s’assurant que ses actifs cryptos échangés ne correspondent pas à la définition légale d’un titre.

Alder a poursuivi en disant que, par conséquent, le gouvernement de Hong Kong proposerait un nouveau régime de licence dans le cadre de sa législation anti-blanchiment d’argent, «exigeant que toutes les plateformes de trading de cryptomonnaie qui y opèrent, ou les investisseurs cibles de la ville, demandent une Licence SFC. »

L’annonce d’Alders a été reprise et développée par Clara Chiu, directrice, Licensing et Head, Fintech unit, dans un discours prononcé à la Hong Kong fintech week.

Selon les nouvelles règles proposées, dans un premier temps, les plateformes de crypto ne seront autorisées qu’à servir les investisseurs professionnels et à maintenir des niveaux élevés de protection et de sécurité des investisseurs.

La proposition ne modifiera pas non plus le scénario existant pour les plateformes fonctionnant déjà sous le régime des security tokens. La nouvelle a conduit certains commentateurs de Twitter à conclure que le voyage de noces de Bitcoin était “terminée”.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

The opinion of BeInCrypto staff in a single voice.

SUIVRE CET AUTEUR

Faites du trading avec les meilleurs signaux crypto - des profits garantis avec plus de 70% d’exactitude

Adhérez

Want to learn how to trade? Get a beginners guide from BeInCrypto Academy!

Learn now