Les chefs des finances du G7 soutiennent les appels à la réglementation de la crypto

Partager l’article
EN BREF
  • Les chefs des finances du G7 ont lancé l'appel à une réglementation de la crypto.

  • Les pays du G7 se méfient des stablecoins privés.

  • Aucun projet de stablecoin ne sera autorisé dans les pays du G7 sans approbation réglementaire.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales des pays du G7 seraient unanimes dans leur appel à une réglementation robuste en matière de crypto.

Qu’il s’agisse de suivre les efforts du yuan numérique de la Chine ou de maintenir les capacités de contrôle de la politique monétaire, l’architecture financière dominante des pays du G7 a vraisemblablement beaucoup en jeu à mesure que le paysage numérique émergent prend forme.

Règlement sur la crypto des pays du G7

Le département du Trésor américain a révélé la nouvelle via une lecture publiée sur son site Web le 7 décembre. Selon le communiqué de presse, les chefs des finances du G7 conviennent qu’il est nécessaire de réglementer les monnaies numériques.

Ce consensus faisait partie d’une réunion des chefs des finances du G7 avec les chefs du Fonds monétaire international (FMI), du Conseil de stabilité financière (FSB) et de la Banque mondiale. L’Eurogroupe ainsi que la Commission européenne ont également participé aux discussions.



Présidé par le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin, les participants ont également affirmé leur soutien aux recommandations émises dans une déclaration conjointe du G7 sur les paiements cryptos et numériques en octobre. À l’époque, le G7 avait exigé qu’aucun projet de stablecoin ne soit éclairé à moins que les dispositions réglementaires pertinentes ne soient satisfaites.

Dans le cadre de la déclaration conjointe, les responsables financiers du G7 se sont également engagés à travailler ensemble pour analyser les risques inhérents aux systèmes de paiement numérique.

Guerre contre les stablecoins privés

En effet, les projets privés de stablecoins semblent être une préoccupation majeure pour les établissements financiers traditionnels. En avril, le FSB a lancé des appels en faveur d’une approche coordonnée de la réglementation des stablecoins dans tout le bloc du G20.

Le FSB a fait valoir que l’absence d’une telle approche rationalisée permettrait l’émergence de zones d’arbitrage réglementaire que les éléments criminels pourraient exploiter.

Comme précédemment rapporté par BeInCrypto, Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE), a récemment averti que les stablecoins privés posaient de plus grandes menaces que Bitcoin. La BCE étudie actuellement les modalités de création d’un euro numérique.

En 2021, le Royaume-Uni prendra la présidence du G7. Les autorités du pays affirment déjà que les réglementations sur les stablecoins et la monnaie numérique de la banque centrale (CBDC) sont le principal objectif de son programme de technologie financière après le Brexit.

Pendant ce temps, aux États-Unis, un projet de loi a été récemment soumis au Congrès qui verrait les stablecoins tomber sous le coup de la réglementation bancaire. La nouvelle a fait beaucoup de bruit dans l’espace crypto, de nombreux partisans critiquant les mérites du projet de loi.

Share Article

The opinion of BeInCrypto staff in a single voice.

SUIVRE CET AUTEUR