Les banques critiquent les cryptos… mais misent souvent dessus

Partager l’article
EN BREF
  • Les banques étasuniennes ont un temps d'avance par rapport aux banques européennes.

  • La moitié des 100 plus grandes banques du monde investissent dans la blockchain.

  • promo

    Discutez des sujets les plus brûlants avec des traders et la communauté crypto sur Telegram S’abonner

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Généralement pointées du doigts comme réticentes envers les cryptomonnaies, certaines banques sont toutefois bien présentes dans le secteur. Sans forcément se cacher, elles investissent parfois davantage que ce que l’on pense. Retour sur quelques banques internationales et françaises qui sont impliquées de près ou de loin dans la blockchain.

Alors que depuis 2009 et la création de Bitcoin, les critiques acerbes envers les cryptomonnaies ont fustigé de toutes part, l’institutionnalisation du secteur est de plus en plus fréquente. Après les grands fonds d’investissement et certaines entreprises réputées, les banques se concentrent désormais davantage sur ce secteur d’avenir. La croissance régulière de la capitalisation de marché témoigne de l’intérêt pour le secteur, et les régulations prochaines dans le monde ou au sein de l’Union Européenne confèrent à la fois une sorte de légitimité au secteur, enfin pris au sérieux.

Les États-Unis largement en avance

Bien que les cryptomonnaies soient présentes un peu partout dans le monde, le marché nord-américain est le plus dynamique d’entre tous, avec des quantités d’argent échangées qui dépassent de plusieurs milliards les transactions faites en Europe, en Asie ou encore en Afrique. C’est pourquoi les banques étatsuniennes sont les plus présentes dans l’investissement en actifs numériques, avec une large avance sur le reste du monde.

Goldman Sachs est notamment une des banques dont le nom résonne davantage que les autres, ayant par exemple proposé un premier prêt garanti en Bitcoin en avril dernier. Cela signifie qu’un emprunteur peut mettre comme garantie ses bitcoins pour obtenir des liquidités de la part de la banque.

La tendance qui se dessine est également une conséquence des investisseurs particuliers. En effet, les banques commencent de plus en plus à proposer l’accès aux investissements d’actifs numériques pour répondre à la demande croissante des particuliers, qui souhaitent davantage s’exposer aux cryptomonnaies.

JP Morgan Chase, Morgan Stanley et d’autres cherchent à offrir ce genre d’actifs pour préserver les clients les plus fortunés et s’adapter aux évolutions des mentalités ainsi que la prise de risque de certains investisseurs.

Tout le secteur de la finance étatsunienne se tourne vers les actifs numériques. Vus par certains comme une grande opportunité d’avenir, avec des parts de marché à prendre, ce secteur semble prêt à s’installer dans la durée au sein de la finance.

Les réglementations internationales liées aux cryptomonnaies témoignent non seulement d’une envie de taxation plus adaptée pour les puissances internationales, mais également d’une volonté d’institutionnaliser le secteur pour faciliter l’accès à celui-ci par les grandes entités.

Les banques européennes : un temps de retard prononcé

En Europe, à l’heure actuelle, il est toujours difficile de se prononcer face à ce genre d’actifs, étant donné les réglementations à la fois nationales et continentales qui peuvent exister et auxquelles il est convenable de s’adapter. Alors que la question des réglementations est sans cesse discutée sans réelle avancées ou conclusions pour le moment, peut de banque européennes se sont mis à la page en termes d’actifs numériques.

En Allemagne, la Commerzbank, une des plus grandes entité bancaire du pays, a demandé une licence pour proposer des services à ses clients de trading et de garde d’actifs numériques. Au Portugal, ce genre de service existe désormais à travers la Bison Bank, qui est devenue par la même occasion la première “crypto-banque” portugaise.

Quels projets en France ?

À l’image de ce qui se passe en Europe, la France est également en retrait en matière de crypto actifs. Frileuses, les banques ont pour certaines noué des partenariats, mais une seule est passée à l’étape suivante : proposer des cryptomonnaies à ses clients.

La banque Delubac & Cie a déjà obtenu sa licence PSAN et est la première en la matière parmi le secteur banquier traditionnel. Son enregistrement auprès de l’AMF lui permet donc de proposer ce genre d’actifs à ses clients : achat, vente et conservation notamment. Bien qu’encore limitée, l’offre permet toutefois aux clients d’investir sur du Bitcoin, de l’Ethereum ou encore Tezos mais aussi les NFT. Proposés à un large éventail de clients, les services sont toutefois principalement dirigés pour les institutionnels et entreprises, d’où l’offre réduite aux principales cryptomonnaies.

Pour leur part, les grandes banques françaises sont encore timides en la matière ou parfois floues sur leurs investissements. Alors que parfois, les clients rencontrent des difficultés dans leur dépôts sur les exchanges ou les achats cryptos (les banques jugeant la transaction non sécure), BNP Paribas et la Société Générale cherchent à se familiariser avec la blockchain en nouant des partenariats. Souvent critiquées pour un éventuel manque de fiabilité ou des prix trop instables, les banques traditionnelles françaises s’éloignent de ce genre d’actifs et évitent de les proposer à leurs clients.

Au grand bonheur des cryptos banques, ces nouvelles entités comme CoinHouse qui proposent ces services voient pour leur part affluer un nombre important d’investisseurs qui délaissent leurs banques traditionnelles ou souhaitent les délaisser à l’avenir, car celles-ci sont trop contraignantes pour l’investissement dans l’industrie crypto.

Des investissements qui s’étendent à la blockchain

Au-delà de potentiels achats de Bitcoin et autres cryptomonnaies, ou encore de proposer ces actifs à leurs clients, les grandes banques se sont tournées vers les investissements dans la technologie de la blockchain, et donc de nombreux projets du secteurs.

L’année dernière, Blockdata avait partagé une liste de banques ayant les plus forts investissements dans le monde de la blockchain et des cryptomonnaies. Parmi les données partagées, on avait également appris que 55 % des plus grandes banques du monde avaient investi dans la blockchain et l’espace crypto.

Les banques ont répartis leur investissement total sur plusieurs projets, et totalisaient ensemble près de 3 milliards de dollars dans l’industrie crypto. Les plus exposées de ce classement sont généralement des banques anglosaxonne et étatsuniennes, mais BNP Paribas, BBVA ou encore UBS font bonne figure dans ce classement de l’année dernière pour la France, l’Espagne et la Suisse. Les deux premières banques, Standard Chartered et BNY Mellon ont notamment plus de 300 millions de dollars placés dans diverses projets ou diverses sociétés, comme la blockchain Ripple ou Fireblockcs respectivement.

Généralement, même si l’investissement de particuliers dans les cryptomonnaies se démocratise, et que les holders se font de plus en plus nombreux, les banques au-delà de leurs investissements personnels comme entités n’offrent que très peu de services liées aux cryptomonnaies, notamment en France. Souvent, ces opportunités d’investissement sont même réservées soit aux professionnels, soit aux clients fortunés et privilégiés.

Désormais, il reste à voir l’évolution future avec les projets de réglementations et les monnaies virtuelles que souhaitent émettre les banques centrales des pays du monde. Mais encore, il peut être intéressant de se concentrer à nouveau sur le sujet une fois l’euro numérique sur le marché ou encore le stablecoin adossé à l’euro que va dévoiler Circle en fin de mois.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Matias est un globe-trotteur qui a profité de diverses expériences à travers le monde. Porté par sa vision innovante et transdisciplinaire, il a commencé à s'intéresser aux Cryptomonnaies et à la technologie de la blockchain. Dès lors, il est devenu un fervent croyant de l'adoption progressive des cryptomonnaies dans nos sociétés et suit avec engouement chaque actualités sur comment les monnaies numériques peuvent influencer les affaires sociales, politiques et financières.

SUIVRE CET AUTEUR