L’ONU tire la sonnette d’alarme face à la popularité croissante des cryptomonnaies

Mis à jour par Célia Simon
EN BREF
  • L'ONU évalue l'impact des cryptomonnaies sur les pays non développés et dresse un portrait peu flatteur des monnaies numériques.
  • Pourtant, l'argumentation de l'organisation semble occulter plusieurs éléments qui pourraient alléger le tableau.
  • promo

    Profitez de 70 CFD sur les cryptomonnaies, sans frais de commission et avec des spreads ultra bas Profitez

L’ONU se penche sur l’impact des cryptomonnaies sur le monde et dresse un tableau inquiétant pour l’avenir.

Les cryptomonnaies comme ennemies de la prospérité

L’Organisation des Nations Unies garde un œil sur tout ce qu’il se passe dans le monde et sait se faire entendre si besoin. Après avoir remis en question la nécessité des cryptomonnaies une première fois, l’organisation revient sur le devant de la scène avec un discours beaucoup plus alarmiste.

En effet, selon l’ONU, les monnaies numériques représenteraient un grand danger pour les pays en développement. Les nombreux individus tentés d’investir dans les cryptomonnaies seraient menacés par la grande volatilité du marché. Les crises qui secouent le cours de certaines pièces pourraient également entraîner de grandes pertes. Un véritable problème puisque les intéressés de ces pays-là investissent parfois la majorité de leur argent.

Bien qu’indexés sur des richesses palpables, les stablecoins seraient tout aussi dangereux. Leur adoption généralisée pourrait en effet menacer la souveraineté monétaire des pays. Les cryptomonnaies, bien plus accessibles, pourraient alors renverser l’économie en place et créer des conflits au sein même des Etats.

Source : compte Twitter de l’ONU

Pour l’ONU, les cryptomonnaies sont parfois néfastes dans les pays en voie de développement. La nécessité du numérique est un véritable obstacle. Une connexion internet est nécessaire pour accéder à son wallet crypto mais de très nombreux pays disposent encore d’une mauvaise couverture.
Enfin, les transactions crypto pourraient participer à la fuite des ressources de l’Etat. A cause de l’évasion fiscale, de larges sommes pourraient être transférées à l’étranger au lieu d’être utilisées dans le développement du territoire.

Un rapport peu approfondi ?

Si les craintes de l’ONU sont légitimes, force est de constater que celles-ci découlent d’une méconnaissance évidente des cryptomonnaies. Ces dernières sont encore loin d’être parfaites et devront être améliorées, notamment au niveau de l’éducation et de la sécurité. La volatilité des cours et les crises successives qui frappent le secteur crypto sont largement évoquées par l’organisation. Cependant, le rapport ne prend pas en compte la phase d’épuration qui secoue l’industrie.
Quant aux dangers des stablecoins, ils ne sont pas expliqués par le rapport de l’ONU. Ce dernier se base uniquement sur les dires d’autorités acquises à la finance traditionnelle, à l’instar du FMI.

Pourtant, la participation de la crypto au développement de certains pays moins fortunés n’est pas à négliger. De nombreux habitants se réfugient dans les cryptomonnaies afin d’atteindre une certaine indépendance financière. La détention d’un portefeuille crypto peut également permettre de détenir de l’argent dans une région non bancarisée. De même, de nombreuses femmes retrouvent de l’importance grâce aux monnaies numériques.

L’argumentation de l’ONU n’est toutefois pas à négliger. Malgré les apparences, le discours ne semblent pas dirigé contre les cryptomonnaies mais contre les individus qui pourraient en profiter de façon néfaste. Les régulations, qui offrent un cadre à l’industrie tout en permettant d’endiguer certaines dérives, pourraient rapidement montrer les cryptomonnaies sous un meilleur jour.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.