LUNC : Agacée, la communauté approuve un vote visant l’implémentation off-chain de la taxe burn

Mis à jour par Matias Calderon
EN BREF
  • La taxe burn de 1,2% fait l'unanimité au sein de la communauté LUNC pour une implémentation off-chain au sein des exchanges.
  • Les transactions commenceront à être taxé le 21 septembre approximativement sur la blockchain Terra Classic.
  • Les exchanges sont actuellement critiqués pour manque de soutien au jeton LUNC.
  • promo

    Profitez de 70 CFD sur les cryptomonnaies, sans frais de commission et avec des spreads ultra bas Profitez

Alors que les appels de pieds n’ont pas cessé de la part de la communauté du LUNC, celle-ci a accepté une nouvelle proposition en lien avec la taxe burn pour réitérer aux exchanges le désir d’implémentation off-chain de la taxe.

Pour rappel, d’après la proposition actuellement en vigueur pour l’écosystème de Terra Classic (LUNC), la taxe burn est de 1,2% et s’applique sur les transactions à la fois on-chain et off-chain. Ces dernières sont les plus importantes, puisqu’elles sont réalisées au sein même d’un exchange. Or, les transactions internes à l’exchange sont celles qui enregistrent un plus grand volume de transaction ; ainsi, par la même occasion, en cas d’application de la taxe burn, une quantité plus importante de LUNC serait brûlée.

La communauté du jeton a fait état de sa déception à plusieurs reprises après les annonces des exchanges qui se sont multipliées, en apparence favorable à la taxe. Cependant, après la lecture en détail des communiqués, les désillusions ont été nombreuses lorsque les lecteurs se sont rendus compte des spécificités : la taxe burn ne serait pas appliqué sur le trading spot des plateformes.

La communauté du LUNC semble bien décidé à obtenir des exchanges ce qu’elle attend d’eux, ayant réitéré son appel au soutient des bourses cryptos alors que celles-ci avaient fait part à plusieurs reprises de leur désir de vouloir soutenir sans faille le token LUNC, ainsi que ses investisseurs qui ont tout perdu en mai. Cependant, les plateformes d’échanges crypto semblent maintenant enclines à faire la sourde oreille pour le moment.

Source : Twitter

Cette nouvelle proposition a fait l’unanimité au sein de la communauté, avec une proposition approuvé à plus de 99 %. Les principaux validateurs ont ainsi répondu présent en votant favorablement la proposition. En conséquence de ce vote, les appels de pieds insistants vont persister pour signaler clairement aux CEX que l’application de la burn taxe, sur le trading spot notamment, est unanimement désirée par l’intégralité de la communauté et non seulement par quelques individus.

Cette burn taxe est actuellement un enjeu critique, notamment lorsque l’on remarque les volumes de trading spot du token LUNC ces derniers jours (particulièrement sur Binance).

lunc volume
Source : Binance

Sur le marché Spot de Binance, le jeton LUNC est classé en troisième position, seulement derrière Bitcoin et Ethereum, et devant des tokens de renom comme XRP, BNB ou encore le SOL.

L’implémentation de la burn taxe est imminente

Malgré ces déconvenues, la communauté LUNC persévère dans ses intentions, et l’implémentation de la burn taxe s’approche à grand pas. Alors qu’ils ne reste plus beaucoup de blocs avant celui qui a été défini comme le premier intégrant la taxe de 1,2% sur chaque transaction blockchain, la date envisagée est le 21/09/2022. Cette semaine s’avérera donc révélatrice de quels CEX soutiennent (réellement) ou non le jeton LUNC et la direction que souhaite prendre l’ensemble de la communauté.

Source : Twitter

Les CEX ont également été largement critiqués du fait qu’ils ne seraient pas en reste par rapport aux gains onéreux qu’ils ont pu récolté grâce à la hype liée au token LUNC. Le jeton a en effet rapporté des gains plutôt inespérés en cette période de bear market avec sa résurrection et des volumes de transactions supérieurs à sa market cap, comme ça été le cas à plusieurs reprises ces dernières semaines. Chose d’autant plus rare sur le marché crypto.

Un bon élève qui n’a pas encore réitéré son soutien au LUNC

En parallèle à l’actualité agité qui entoure le jeton Terra Classic, l’exchange MEXC s’est globalement démarqué comme une plateforme apportant un soutien sans faille à la communauté LUNC.

En effet, alors que la burn taxe n’est pas encore implémentée sur la blockchain Terra Classic, MEXC a prit les devants, instaurant en interne “sa propre burn taxe”. La plateforme d’échange crypto a décidé de dédier 1,2% de ses gains sur chaque transaction entourant le LUNC pour racheter des tokens et les envoyer vers le dead wallet. À l’issu de cet évènement qui a duré 15 jours, ce sont plus de 466 330 423 jetons LUNC qui ont été brûlés par un échangeur responsable de moins de 1 % du volume entourant les transactions du LUNC.

Si les autres échangeurs avaient suivit l’initiative de MEXC, se seraient pas moins de 46 milliards de LUNC qui auraient été brûlés en seulement 15 jours.

Cependant, le bon élève qu’a été l’exchange pourrait finir par mal tourner. En effet, ce dernier ne s’est pas encore positionné sur ce qu’il fera après le 20 septembre, date à laquelle prend fin son initiative actuelle; ce qui commence à crisper les adeptes du LUNC.

Source : Twitter

À nouveau, la communauté LUNC cherche à se faire entendre et n’hésite pas à interpeller directement les exchanges pour obtenir un soutien sans faille à des propositions qui font l’unanimité en interne. Un cri de désespoir que tout holder de LUNC espère faire entendre auprès des plateformes d’échange crypto.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.