“Hyperbitcoinisation” : quand l’économie défaillante pousse les citoyens à adopter Bitcoin

21 novembre 2022, 09:03 CET
21 novembre 2022, 09:03 CET
EN BREF
  • Alors qu’une récession économique mondiale se profile à l’horizon, l'hyperbitcoinisation pourrait devenir une réalité.
  • Daniel Krawisz décrit la domination de Bitcoin comme une “hyperbitcoinisation”.
  • Entre mauvaises politiques monétaires, économies défaillantes et gouvernements autoritaires, les monnaies fiat commencent à perdre leur hégémonie.
  • promo

Hyperbitcoinisation : pour les maximalistes Bitcoin, la véritable transformation économique débutera lorsque les monnaies fiat perdront leur hégémonie. Pour les cypherpunks, la crypto est le seul moyen de protéger la vie privée et la liberté des individus.

Daniel Krawisz, cofondateur de l’institut Satoshi Nakamoto, décrit la domination de Bitcoin comme une “hyperbitcoinisation”. Selon lui, les mauvaises politiques monétaires, la défaillance économique et les régimes autoritaires pousseront les gens à abandonner les monnaies fiduciaires.

“Toute monnaie qui essaierait de se mettre sur le chemin de Bitcoin vers la domination mondiale sera confrontée à la démonétisation ou à l’hyperbitcoinisation” explique M. Krawisz. “Si cela se produit, la monnaie perdra rapidement sa valeur car Bitcoin la surpassera”.

Après la récente répression gouvernementale des manifestations, on peut clairement remarquer qu’à chaque fois que les gens sont réprimés, ils adoptent les nouvelles technologies pour regagner leur liberté. Alors qu’une récession économique mondiale se profile à l’horizon, l’hyperbitcoinisation pourrait devenir une réalité.

Hyperbitcoinisation : la défaillance des monnaies fiduciaires

Le Liban, la Turquie, le Venezuela, Cuba, le Zimbabwe et plusieurs autres pays font face à des problèmes d’hyperinflation. La plupart des monnaies fiduciaires sont en chute libre, ce qui pousse les gouvernements à adopter des politiques douteuses pour stopper l’hémorragie.

En effet, les “pouvoirs spéciaux” des chefs d’États, le contrôle des prix, les monnaies de substitution et les efforts de contrôle budgétaire deviennent inutiles lorsque les gouvernements font face à des sanctions économiques et à d’autres déséquilibres structurels. À force d’essayer, ces gouvernements risquent de priver leurs citoyens de leurs propres fonds.

La défaillance fulgurante de certaines monnaies fiduciaires a été démasquée par la crise humanitaire qui a touché le Venezuela en 2019. Face à une pénurie des produits alimentaires de base, des centaines de familles se sont trouvées obligées d’acheter des aliments périmés et de laisser leurs enfants dans des maisons d’accueil. Selon les dernières données officielles, l’inflation de l’économie vénézuélienne était de 151 % en mai.

Ces situations tragiques démontrent la nécessité d’une monnaie alternative qui ne soit pas vulnérable aux caprices des banques centrales. Au Liban, les mauvaises politiques gouvernementales ont privé les gens de leurs épargnes et de leurs pensions. Aujourd’hui, une livre libanaise vaut 0,00066 $.

Source : Steve Hanke

Bitcoin : une bouée de sauvetage ?

Selon un nouveau rapport de CNBC, les libanais se tournent de plus en plus vers Bitcoin pour préserver la valeur de leur argent suite à une grave crise financière causée par des décennies de “guerres coûteuses et de mauvaises décisions budgétaires”.

“Les citoyens utilisent désormais Bitcoin comme moyen de paiement pour les transactions locales et étrangères”, indique la même source. Le stablecoin USDT est également en train de gagner du terrain au Liban. Alors que le gouvernement libanais ne reconnaît pas la crypto comme moyen de paiement, les gens ne semblent pas s’en soucier.

Sur certains réseaux sociaux comme Instagram, les entreprises et les commerçants libanais disent haut et fort sur les réseaux sociaux qu’ils acceptent les paiements crypto. D’après CNBC, le système bancaire du pays ne parvient plus à se relever, tandis que la livre libanaise a perdu 95 % de sa valeur depuis 2019. De même, les banques limitent considérablement les retraits.

Comme on pouvait s’y attendre, la hausse des prix des aliments et de l’énergie (qui a été causée par la guerre russo-ukrainienne et la pandémie du Covid-19) a aggravé la pénurie alimentaire, poussant l’inflation à des records historiques cette année. Les données officielles indiquent que l’inflation annuelle de l’économie libanaise était de 162 % en septembre, l’un des taux les plus élevés au monde.

“L’utilisation de l’USDT est très courante”, a déclaré Gebrael, un citoyen libanais, avant d’ajouter : 

“Il y a beaucoup de cafés, de restaurants et de magasins d’électronique qui acceptent l’USDT…c’est donc pratique si j’ai besoin d’utiliser mes avoirs en Bitcoin. Le gouvernement a des problèmes bien plus importants à gérer que de surveiller les magasins qui acceptent la crypto”. 

Répression et hyberbitcoinisation

Les gouvernements isolés et économiquement défaillants et isolés ont tendance à réprimer leurs citoyens et à contrôler les institutions de façon obsessionnelle. Au Zimbabwe, où l’inflation a atteint un record mondial de 269 % en octobre, et le gouvernement essaie de tout contrôler.

En raison de ses problèmes monétaires de longue date, le Zimbabwe est souvent considéré comme un bon candidat pour l’adoption de Bitcoin. En janvier 2019, les autorités du pays ont interdit plusieurs réseaux sociaux afin d’endiguer les manifestations et masquer la répression brutale des citoyens.

Certains soldats n’ont pas hésité à utiliser la violence pour réprimer les manifestations, faisant plus de 72 victimes, dont 12 morts. Résultat : les gens ont commencé à rechercher de nouvelles alternatives technologiques.

Les zimbabwéens se sont finalement tournés vers Telegram, une application de messagerie incensurable. Ils ont également pu accéder aux réseaux sociaux bannis, y compris Whatsapp, Facebook et Youtube, via des réseaux privés virtuels (VPN).

Si les citoyens ont pu protéger leur liberté démocratique avec des canaux de communication alternatifs, il y a des raisons de croire qu’ils protègeront leur libertés financière grâce à des monnaies incensurables comme Bitcoin.

Malgré l’interdiction du trading crypto et la fermeture de deux exchanges en mai 2018, la banque centrale du Zimbabwe n’a pas pu éliminer Bitcoin. Depuis plus de quatre ans, les citoyens utilisent WhatsApp pour effectuer des transactions BTC en P2P et partager les actualités du marché crypto.

Afin de lutter contre l’inflation, le gouvernement zimbabwéen a lancé un programme qui permet aux citoyens d’acheter des pièces d’or en utilisant la monnaie nationale du pays. Ce programme aidera-t-il le pays à surmonter la pire crise de son histoire ? Probablement pas. 

Hyperbitcoinisation et liberté financière 

Certains pays préparent le terrain pour l’adoption de la crypto en assouplissant leurs lois. D’autres font involontairement la même chose en restant impuissants face à l’inflation. Par conséquent, les citoyens essaient de regagner leur liberté financière en utilisant des monnaies alternatives, principalement Bitcoin.

En Turquie, la répression gouvernementale des bourses crypto n’a pas empêché les citoyens de se tourner vers BTC. L’inflation économique du pays a dépassé 86 % en octobre, un niveau jamais atteint depuis 24 ans. La Turquie a également interdit les paiements crypto en 2021.

Selon les données de LocalBitcoins, les échanges P2P de Bitcoin en Turquie ont augmenté de 51 % au premier trimestre et de 40 % au deuxième trimestres 2022. Pendant ce temps, la livre turque a fortement chuté. 

Chainalysis indique que les citoyens turcs ont reçu 192 milliards de dollars en crypto entre 2021 et juin 2022. De même, la croissance du taux d’adoption de Bitcoin en Turquie est l’une des plus rapides au monde.

Alors que les monnaies fiduciaires s’effondrent, Bitcoin continue de gagner du terrain aux quatre coins du monde. Une tendance que l’on peut expliquer par la répression gouvernementale et la recherche de liberté financière par les citoyens.

Si les gouvernements autoritaires ne trouvent pas de solutions à leurs problèmes, l’hyperbitcoinisation, ou la vision radicale de la liberté et de l’inclusion financière de Daniel Krawisz, pourrait devenir une réalité dans les pays les plus pauvres.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.