Le fondateur de Cardano va-t-il racheter CoinDesk ?

Par Jay Speakman
25 janvier 2023, 07:32 CET
25 janvier 2023, 07:32 CET
EN BREF
  • DCG envisage de vendre CoinDesk à 200 millions de dollars.
  • Charles Hoskinson, le fondateur de Cardano, a manifesté son intérêt pour le rachat du site d’actualités crypto.
  • Selon lui, l’objectif de ce rachat est d’améliorer l'intégrité journalistique dans l’industrie crypto et de créer une ligne de communication directe entre les projets blockchain et les médias.
  • promo

Charles Hoskinson, le cofondateur de la blockchain Cardano, a manifesté son intérêt pour le rachat du site d’actualités crypto CoinDesk. 

CoinDesk a récemment fait appel au cabinet de conseil Lazard pour l’aider à explorer les différentes options d’acquisition possibles, notamment une vente partielle ou totale. Pour rappel, le site d’actualités appartient à Digital Currency Group (DCG), la société mère de la plateforme crypto déchue Genesis.

Dans une vidéo publiée sur Twitter, Charles Hoskinson a manifesté son intérêt pour l’achat du magazine électronique. Le fondateur de Cardano pense cependant que le montant demandé par DCG (200 M$) est trop élevé, mais qu’il peut se le permettre. Reste donc à savoir si Hoskinson est réellement prêt à racheter CoinDesk, et si tout se passe bien, que fera-t-il pour le transformer ?

Pourquoi souhaitez-vous acheter Coindesk ?

“J’ai récemment appris que CoinDesk veut soit lever des fonds soit se faire racheter. J’ai donc cherché un peu partout et discuté avec des gens, puis j’ai analysé les choses et essayé de connaître le prix demandé. Et il semble que le prix va probablement osciller autour de 200 millions de dollars pour un simple rachat, ou du moins c’est la valorisation qu’ils se donnent”.

“Jusqu’à présent, je n’ai pas regardé les bilans et les données financières de l’entreprise, mais j’ai entendu dire que son bénéfice brut oscillait autour de 50 millions. Il serait donc intéressant de voir les bénéfices avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement, ainsi que leurs rations et provisions”.

Pensez-vous que Cardano fait l’objet d’une mauvaise couverture médiatique ?

“À maintes reprises, nous avons été extrêmement mal présentés par les médias. Certains l’ont fait simplement parce qu’ils n’ont pas pris le temps de vraiment faire des recherches et d’approfondir les choses, et d’autres l’ont fait car ils voulaient nous diffamer”. 

Que pensez-vous des sites d’actualités financés par des entreprises crypto ?

FTX a donné une grosse somme d’argent à The Block ou à ses agents pour pouvoir influencer leurs articles”.

“Coin Telegraph appartient en effet à un oligarque et il y a des trucs louches qui se passent là-bas. En bref, tout le monde veut avoir un média et l’utiliser comme un moyen d’influencer le marché avec des idées comme : D’accord, donc notre blockchain est géniale et cette autre blockchain est nulle”.

Mon intérêt pour les médias est en effet bien plus profond que tout cela. J’aimerais essayer de regagner l’intégrité journalistique. Vous avez probablement entendu, si vous avez suivi mes vidéos ou mes sessions de questions/réponses au fil des ans, des choses comme les obligations de véracité ou d’autres mécanismes qui obligent les gens à mettre de l’argent sur la table avant de publier quelque chose.

Et s’il s’avère que ce qu’ils ont écrit n’est pas vrai ou inexact, ils risquent de perdre les montants déposés en guise garantie. Ne serait-ce pas merveilleux de récompenser les gens qui vérifient les informations publiées par des journalistes, qui sont eux-mêmes des vérificateurs d’informations ? 

On dirait que vous voyez Coindesk comme une plateforme similaire à Reddit ou à Twitter. N’est-ce pas ?

“Je pense que ce serait vraiment cool d’avoir un média directement connecté aux 100 meilleurs projets blockchain et de dire, regardez, nous allons donner à chacun d’entre vous un espace pour écrire du contenu de façon régulière”.

“Donc, toutes les deux semaines ou tous les mois, publiez quelque chose sur votre écosystème. Et bien sûr, vos articles seront publiés dans une rubrique différente. Les gens sauront donc que c’est votre contenu, mais vous aurez une ligne de communication directe avec les médias”. 

De même, on peut avoir une unité de journalisme d’investigation à part entière qui approfondira des sujets particuliers et s’appuiera sur une technologie innovante pour que les gens soient des lanceurs d’alerte. Plus les projets sont proches des médias, plus il sera facile pour leurs employés de savoir à qui parler et d’alerter les gens sur les crises et les événements importants”.

Il y a donc certainement beaucoup de choses intéressantes qui peuvent être faites en matière de publicité. Je connais ce secteur depuis très longtemps.

Ce modèle publicitaire basé sur les récompenses et les projets comme BAT (Basic Attention Token) ont le potentiel d’encourager les gens à créer du contenu.

Un contenu par la communauté, pour la communauté

Selon le fondateur de Cardano, la communauté peut écrire des histoires et vérifier les faits de la même manière que les transactions sont validées sur une blockchain. 

“Si on arrive à trouver un moyen de lier le contenu publié par la communauté et les interactions des membres à des mécanismes d’intégrité comme les obligations de véracité et à des espaces dédiés spécifiquement dédiés aux projets crypto, on peut créer un média vraiment incroyable”.

Cependant, la question est de savoir quelle est la valeur réelle de CoinDesk en tant qu’entité ? Je veux dire, leur département événementiel semble très bien, mais il serait intéressant de creuser dans les données financières du site et d’avoir une idée sur sa rentabilité”.

Plutôt que d’acheter CoinDesk à 200 M$, pourquoi ne pas lancer votre propre site d’actualités ?

“À 200 millions de dollars, je pense que c’est un peu trop cher et que cela n’en vaut pas la peine. Je pourrais toutefois me le permettre si je le voulais vraiment. Je veux dire, je suis l’un des gars les plus riches du secteur, mais ce n’est pas parce que vous avez de l’argent que vous allez le dépenser. Vous pouvez faire plus de choses avec moins d’argent”.

Il serait plus logique d’investir cinq ou dix millions de dollars pour lancer une organisation beaucoup plus décentralisée, l’incuber et la développer et l’amener à un point où elle surpasserait tous ses concurrents.

Autre point important, CoinDesk n’a pas de metaverse et son contenu vidéo reste très ordinaire. Je veux dire, ils ont essayé de se développer sur ces aspects, mais ils n’ont pas pu aller très loin.

De nombreux partenariats pourraient être créés. Messari, par exemple, pourrait être plus étroitement intégré à CoinDesk. Je connais Ryan (Ryan Selkis, PDG de Messari) depuis des années et je pense qu’il serait intéressant de renforcer ses liens avec CoinDesk, car leur relation sera mutuellement bénéfique. De même, le portefeuille Lace pourrait bénéficier d’une source d’informations supplémentaire.

Comment éviteriez-vous les accusations de partialité lorsque vous publierez des articles sur Cardano ?

“Étant donné que Cardano et moi sommes étroitement liés, il y a aussi la question de l’objectivité. Comment alors assurer l’impartialité de l’organisation ?”

“Si j’achète quelque chose comme ça et qu’on publie quelque chose de positif sur Cardano, les gens diront que c’est normal car je possède le média. Mais si on publie quelque chose de négatif, que diront-ils ? Ils diront peut-être que nous voulons leur donner l’impression que nous sommes impartiaux”.

Encore une fois, je pense que la solution ultime à tout cela est de créer des liens de véracité et des interactions communautaires. Si chaque histoire prend la forme d’un NFT et que les gens interagissent constamment avec cette histoire, les gens seront plus susceptibles de poser des questions et de poursuivre la discussion.

Morale de l’histoire : le fondateur de Cardano semble avoir de bonnes intentions, mais la confiance ne se gagne que lorsque les promesses se tiennent.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.