Co-fondateur de Ripple : la preuve de travail pourrait menacer l’adoption future des crypto

Partager l’article
EN BREF
  • Chris Larsen, cofondateur de Ripple, plaide pour que les blockchains abandonnent le modèle de consensus de preuve de travail (PoW).

  • Selon M. Larsen, la preuve d'enjeu et le consensus fédéré se sont avérés être des alternatives viables.

  • Les institutions investissant de plus en plus dans les cryptomonnaies, il craint qu'un manque d'initiative à l'égard de la preuve de travail ne menace la poursuite de cette adoption.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Cette année, à l’occasion de la Journée de la Terre, Chris Larsen, cofondateur et président exécutif de Ripple, plaide pour que les blockchains abandonnent le modèle de consensus de preuve de travail, également connues sous le terme anglais de “proof-of-work” (PoW).

Sponsorisé



Sponsorisé

Tout en saluant le caractère pionnier de cette technologie, M. Larsen a déclaré que la PoW était désormais dépassée en termes de besoins environnementaux actuels. Il note que le prototype de validation des transactions en cryptomonnaie est une source massive et croissante d’émissions de CO2.

Compte tenu de l’adoption croissante de Bitcoin, qui utilise la preuve de travail, Larsen affirme que sa consommation d’énergie n’est déjà plus viable. Heureusement, d’après lui, d’autres méthodes telles que la preuve d’enjeu (PoS) ou le consensus fédéré se sont avérées être des alternatives viables au cours de la dernière décennie.

Sponsorisé



Sponsorisé

Des alternatives viables prouvées

En tant que cofondateur et président exécutif, M. Larsen met en avant sa propre expérience avec Ripple. Selon lui, le Ledger XRP utilise le consensus fédéré pour valider les transactions depuis près de neuf ans. Il souligne également que le Ledger XRP a fermé 62 millions de registres sans temps d’arrêt et que son bilan carbone est déjà neutre.

Il cite ensuite Binance Coin (BNB), qui utilise une version de preuve d’enjeu. En utilisant cette méthode, le co-fondateur affirme que cela permis au BNB d’obtenir une capitalisation boursière de 80 milliards de dollars. Larsen souligne ensuite qu’Ethereum a déjà commencé le processus de passage à la preuve d’enjeu PoS avec ETH 2. Ces exemples inclus, Larsen note que les tokens non basés sur la preuve d’enjeu représentent 43% de la capitalisation boursière totale des cryptomonnaies. “On voit clairement de quel côté va la tendance”, a-t-il commenté.

La menace climatique engendrée par Bitcoin

Selon M. Larsen, la demande énergétique et l’empreinte carbone actuelles de la preuve de travail sont déjà trop élevées pour être soutenues. Il affirme que Bitcoin à lui seul consomme en moyenne 132 TWh par an et libère environ 63 millions de tonnes de CO2 par an. Bien que d’autres cryptomonnaies utilisent la PoW, il note que le BTC représente 98% du taux de hachage de toutes les monnaies.

Il a ajouté :

“Avec davantage d’investisseurs individuels et d’entreprises prenant des positions significatives en bitcoins, la PoW se dirige vers des niveaux que la société aura du mal à tolérer alors que le monde s’efforce d’éviter une catastrophe climatique.”

Le président exécutif de Ripple souligne que l’intérêt des institutions pour les cryptomonnaies a lieu en parallèle avec les entreprises qui s’engagent dans l’action climatique. Il laisse ensuite entendre que ces entreprises seront probablement confrontées à des pressions pour se désinvestir des cryptomonnaies de preuve de travail. L’investisseur de renom Kevin O’Leary s’est déjà engagé à n’acquérir que des bitcoins issus d’une exploitation durable. M. Larsen prévient que “la communauté Bitcoin devrait considérer cela comme un risque important et s’efforcer d’y remédier.”

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Nick is an Oral Communication Skills Professor and Data Science Specialist in Budapest, Hungary with an MSc in Business Analytics. He is a relative latecomer to the field of cryptocurrency and blockchain technology, but is intrigued by its potential economic and political usage. He can best be described as an optimistic center-left skeptic.<a href="mailto:editorinchief@beincrypto.com">Email him!</a>

SUIVRE CET AUTEUR

L’ICO de Bit2Me VIENT DE DEMARRER! Achetez le token B2M dès maintenant.

J’achète!

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous