Voir plus

Combat interne dans la crypto : Genesis intente un procès à DCG pour 600 millions de dollars

2 mins
Par Ciaran Lyons
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

EN BREF

  • La société Genesis, en faillite, intente une action en justice contre sa société mère DCG au sujet d'un prêt non remboursé de 630 millions de dollars arrivé à échéance en mai.
  • Genesis allègue de multiples prêts impayés accordés à DCG, y compris un prêt d'un montant de 18 697 bitcoins en juin 2022.
  • Malgré l'échéance du prêt, Genesis n'a pas reçu de remboursement ; les pénalités de retard de DCGI sont calculées à un taux annualisé de 5 % par jour.
  • promo

Le prêteur crypto en faillite Genesis Global Capital (GGC) a intenté une action en justice contre sa société mère, Digital Currency Group (DCG). Ce, pour ne pas avoir remboursé environ 630 millions de dollars de prêts.

D’après le dossier concernant Genesis :

“GGC a entamé cette procédure contradictoire conformément à la règle 7001(1) des règles fédérales de procédure de faillite pour récupérer des montants d’actifs numériques dus à GGC par DCGI dans le cadre d’un prêt qui est arrivé à échéance le 11 mai 2023”.

Genesis intente une action en justice en raison de prêts non remboursés

Selon un récent dépôt de plainte, Genesis allègue avoir accordé plusieurs prêts à DCG. Or, ces derniers n’ont toujours pas été remboursés.

En juin 2022, Genesis a accordé à DCG un prêt à terme ouvert, d’un montant impressionnant de 18 697 bitcoins (BTC). En novembre 2022, DCG a conclu un prêt à terme fixe pour le solde restant.

Le dossier contient même une note à ce sujet :

“Vers le 10 novembre 2022, le solde des BTC en circulation dans le cadre du prêt DCGI a été converti en un prêt à terme fixe dont la date d’échéance est le 11 mai 2023”.

A l’heure actuelle, la plateforme n’a pas encore reçu de remboursement bien que le prêt soit arrivé à son terme. “En conséquence, le montant principal du prêt DCGI est échu et actuellement payable par DCGI à GGC.

Les pénalités de retard s’élevaient à un taux de 5 %, annualisé et calculé quotidiennement. Cependant, Genesis poursuit le montant principal, à l’exclusion des frais de retard.

Le plan de faillite de Genesis suscite des inquiétudes

Cette décision intervient dans un 😰 contexte délicat pour Genesis qui se doit de procéder au règlement de dettes à l’égard de ses créanciers.

Selon un document déposé au tribunal le 30 août, la bourse crypto 😑 Gemini a contesté le plan de faillite de la société crypto.

Gemini affirme que le plan manque de clarté et d’informations importantes pour que les créanciers puissent en saisir tous les détails.

Le dossier contenait également la mention suivante :

“Les débiteurs ont révélé un ‘accord de principe’ entre les débiteurs. Le Comité et la DCG ont révélé un ‘accord de principe’ entre les débiteurs, le Comité et la DCG, qui ne contient que très peu de détails et qui reste soumis à une documentation définitive”.

Le plan précise que les créanciers non garantis peuvent recevoir entre 70 % et 90 % du montant dû en USD. Pour les recouvrements en nature, le pourcentage peut varier de 65 % à 90 %, en fonction de la répartition des actifs. Finalement, ça 🤢 ne sent pas si bon que ça pour les créanciers de Genesis.

Morale de l’histoire : vivement le bull market pour que les sociétés crypto se remettent sur pied.

Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, BeInCrypto s'engage à fournir des informations impartiales et transparentes. Cet article vise à fournir des informations exactes et pertinentes. Toutefois, nous invitons les lecteurs à vérifier les faits de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre une décision sur la base de ce contenu.

TCPMHRYSU-U03BCDHK0DQ-642cb60bf249-512.jpg
Matias Calderon
Matias Calderón Velarde est un journaliste/éditeur au sein de l'équipe France de BeInCrypto. Après un diplôme de Master en Science Politique obtenu à l'Université de Genève, il s'est progressivement réorienté vers le monde des cryptomonnaies. Dès 2020, son intérêt pour le secteur s'est concrétisé avec l'obtention de plusieurs certifications académiques liées à la crypto comme Bitcoin and Cryptocurrencies de l'Université Berkeley de Californie. Désormais, il est devenu un fervent croyant de...
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé