La transparence des virements électroniques contre la décentralisation : Un paradoxe moral ?

Partager l’article
EN BREF
  • Alors que l'économie décentralisée continue de grandir, la question de “à partir de quel point la centralisation devient-elle trop importante ?“ continue de ressurgir

  • En fin de compte, une surveillance raisonnable ne peut être que bénéfique pour le marché crypto

  • Aujourd’hui, c’est à nous, membres de la communauté crypto, de jouer nos cartes afin de lutter contre l’économie illégale

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Alors que l’économie décentralisée continue de grandir, la question suivante persiste : “à partir de quel point la centralisation devient-elle trop importante ?”.

Sponsorisé



Sponsorisé

Certaines personnes sont persuadées que la décentralisation constitue une niche pour les activités illégales. D’autres pensent que le système financier traditionnel pose autant de problèmes, si ce n’est pas plus. Dans cet article, nous allons explorer ce dilemme moral qui accompagne la décentralisation globale.

J’aime me considérer comme un libertaire, du moins dans l’esprit. J’aime l’idée des petits gouvernements, des entreprises privées sans barrières avec des résultats sociétaux qui sont déterminés uniquement par la volonté du marché libre.

Sponsorisé



Sponsorisé

En effet, il y a quelque chose d’attrayant dans un monde où le progrès individuel est déterminé non par des privilèges ou par des accidents de naissance, mais par des signaux de prix méritocratiques générés par des échanges impartiaux de valeurs. La “valeur” dans l’économie moderne d’aujourd’hui, c’est l’argent.

La Bible a donné à l’humanité la conviction que “l’argent est la racine de tous les maux”. C’est Ayn Rand, dans son chef-d’œuvre “La Révolte d’Atlas”, qui nous a fourni la réponse appropriée.

“Pensez-vous donc que l’argent est la racine de tous les maux ? Vous êtes-vous déjà demandé quelle est l’origine de l’argent ?” Une question étrangement poignante dans le contexte de cet article.

La décentralisation de l’argent 

À la base, l’argent est une technologie créée par l’homme qui permet aux individus d’échanger de la valeur de manière facile et pratique. Avoir suffisamment d’argent permet à ces personnes d’agir comme bon leur semble. L’argent accorde donc la liberté de choix.

La version actuelle du système monétaire est hautement centralisée et, comme nous le savons tous, l’autorité centrale établit des règles. Les règles sont intrinsèquement conçues pour restreindre la liberté de choix.

Ainsi, étant donné que l’économie centralisée est une entreprise fondée sur des règles qui limitent la liberté de choix de par leur nature, l’idée de décentralisation de l’argent, comme les cryptomonnaies, peut être incroyablement attrayante pour un grand nombre de personnes.

Un système monétaire véritablement décentralisé permettrait à tous un accès égal et impartial au système financier.

Cela nous aiderait à nous libérer des frais bancaires trop élevés, à éviter les prêts discriminatoires et les évaluations biaisées des crédits bancaires. Cela nous protégerait également de l’inflation et protégerait nos biens et services de la dévaluation des tarifs commerciaux.

Donc, si l’argent est le catalyseur technologique ultime de la liberté de choix, et que la décentralisation sert à protéger cette liberté de la mégalomanie des planificateurs centraux, cela ne fait-il pas de la cryptomonnaie le catalyseur ultime de la vraie liberté ?

Cela étant, existe-t-il une croisade morale aussi vertueuse et aussi digne d’éloges que la conquête d’une liberté impartiale et équitable pour tous ? La réalité, semble-t-il, n’est pas sans un brin d’ironie.

Le côté obscur de la décentralisation 

Le journaliste ultra-subjectif Hunter S. Thompson avait un jour dit que “pour chaque manifestation de beauté, de nombreuses âmes doivent être piétinées”.

Cette déclaration serait comique en raison de son cynisme, mais elle est malheureusement trop exacte. 

En 2019, environ 2% de tout le volume des transactions crypto étaient liés à des activités illicites, ce qui semble dérisoire, mais en argent réel, cela équivaut à un peu plus de 20 milliards de dollars de transferts. Pour vous mettre dans l’image, ce montant correspond presque au PIB combiné des Bermudes, du Liechtenstein et de Monaco.

En outre, entre 2019 et 2020, le nombre de produits du crime en Bitcoin qui sont passés par des portefeuilles numériques est passé de 2 % à 13 %. Cela rend le suivi encore plus difficile pour les autorités.

Cette stratégie évasive des cryptomonnaies est également mise en évidence par les récents rapports du FinCEN qui indiquent que les groupes de trafiquants utilisent de plus en plus des mécanismes de paiement alternatifs, comme les monnaies numériques, pour mener leurs activités.

Les enquêtes du département de la sécurité intérieure des États-Unis ont également révélé l’existence de gangs de trafiquants d’êtres humains qui mènent la plus grande partie de leurs activités en utilisant Bitcoin.

Un autre rapport du département américain de la justice publié en 2020, a indiqué que plusieurs groupes terroristes blanchissent de l’argent par le biais de transactions complexes de cryptomonnaies et sollicitent des dons anonymes de monnaies numériques du monde entier.

Et comme si ce n’était pas assez, la vente de drogues illégales qui est, directement et indirectement, responsable de près d’un million de morts chaque année est également au coeur de ce fléau. Il n’est pas difficile de constater l’impact de ce changement sur nos communautés à travers la toxicomanie et la violence des groupes criminels.

À Londres, ma ville natale, de nombreux jeunes sont encore tués chaque année à la suite d’attaques au couteau par les gangs de drogue. La violence des gangs liée à la drogue reste à des niveaux épidémiques dans une grande partie du monde occidental.

Entrée de la “travel rule”

De gros efforts ont été déployés pour éradiquer cet “argent sale” du système financier. Le fait que le volume de transactions de cryptomonnaie liées à des activités illégales ait pratiquement quadruplé depuis 2017 témoigne de l’excellent travail effectué par les banques et les régulateurs dans le monde fiduciaire. Cependant, les problèmes persistent.

Aujourd’hui, c’est à nous, membres de la communauté crypto, de jouer nos cartes afin de lutter contre l’économie illégale.

La législation, comme, par exemple, les règles de transparence des virements électroniques (travel rule), sert à éroder l’anonymat dont les entreprises illégales ont besoin pour mener leurs activités et échapper aux contrôles. En effet, cette règle oblige les entreprises à transmettre des informations vérifiées sur les émetteurs et les récepteurs des actifs numériques à chaque transfert.

Pendant la période de prohibition (Nldr : période de 1920 à 1933, durant laquelle les États-Unis ont interdit la fabrication et la vente de boissons alcoolisées), la piste de l’argent illégal a contribué à mettre plusieurs criminels derrière les barreaux. Le célèbre gangster américain Al Capone (Ndlr, trafiquant d’alcool de contrebande pendant la période de prohibition)  a été emprisonné pour fraude fiscale en 1931.

La “travel rule” aide à fournir aux autorités les informations dont elles ont besoin pour suivre l’argent jusqu’à la source. Elle a mis fin aux opérations illégales telles que les cartels de la drogue, les réseaux de trafic d’êtres humains et les réseaux de financement du terrorisme.

Le problème de la décentralisation

L’économie décentralisée est, en quelque sorte, entre le marteau et l’enclume. La décentralisation à grande échelle peut ouvrir les portes à des acteurs mal intentionnés et leur permettre de tirer profit de leurs entreprises criminelles.

Cependant, une surveillance et un contrôle accrus pourraient aussi empêcher inutilement et injustement les citoyens qui respectent les lois d’accéder à l’économie décentralisée, étouffant ainsi la croissance et l’innovation que nous voyons aujourd’hui.

Les opportunités offertes par l’économie décentralisée sont de plus en plus difficiles à ignorer pour les institutions financières traditionnelles, tout comme les signaux d’alarme.

Ces institutions sont parmi les sociétés les plus réglementées et les plus surveillées au monde. Les conséquences peuvent être catastrophiques s’il est démontré qu’elles ont joué un rôle dans le transit d’argent illégal.

Tant que le marché crypto présente toujours un risque accru de criminalité financière, le grand public continuera à avoir du mal à justifier les risques d’une participation plus généralisée.

L’immaturité relative du marché crypto nous empêche d’avoir un modèle à suivre, et les méthodes utilisées sur les marchés financiers traditionnels ne sont pas toujours pertinentes dans le monde de la cryptomonnaie.

En effet, nous sommes tous en train de créer ce modèle au fur et à mesure que nous évoluons dans le marché. Toutefois, comme c’est souvent le cas, il y a beaucoup de terrains d’entente.

En fin de compte, une surveillance raisonnable ne peut être que bénéfique pour le marché crypto. L’adoption de certains outils de centralisation tels que la travel rule contribuera à assainir notre marché. Cela facilitera aussi la participation des institutions financières traditionnelles.

Grâce à cela, nous pourrons contribuer à propulser l’économie décentralisée dans la prochaine phase de son expansion.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Mark has over 20 years of experience in the financial markets industry, half of which was dedicated to direct frontline compliance at top-tier institutions such as Barclays Capital, Citibank, and Standard Chartered, where he has led compliance coverage for several businesses across the trading floors, focusing on Currencies and OTC fixed income markets. Most recently, Mark has been focused on electronic foreign exchange trading, where he has written global policies and standards on algorithmic trading compliance. This puts him in the perfect position to oversee Finxflo’s overall regulatory compliance.

SUIVRE CET AUTEUR

L’ICO de Bit2Me VIENT DE DEMARRER! Achetez le token B2M dès maintenant.

J’achète!

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous