La controverse continue autour de SushiSwap, la fork d’Uniswap qui a attiré plus d’un milliard de dollars de liquidités.

Le projet SushiSwap est désormais sous le contrôle de la communauté. Les dernières mises à jour du projet ont été tweetées par @SushiSwap et comprennent un Airdrop (distribution de jetons gratuit), un rachat et une baisse de l’inflation de 90%, entre autres. Le créateur de DeFi (finance décentralisée) et fondateur de yearn.finance, Andre Cronje, n’est guère ravi. Sa critique suit les tweets du chef Nomi, fondateur de SushiSwap, qui s’est excusé auprès de M.Cronje pour “avoir terni la réputation du mouvement DeFi”. Apparemment, cette excuse n’a pas suffi.

Lol, merci d’à nouveau faire une blague de la DeFi.

1 pas en avant, 10 pas en arrière.

Un internaute a expliqué que les événements présentés dans la mise à jour restent centrés sur l’intérêt des porteurs.

Source: Twitter

-Ce serait sympa si vous pouviez expliquer pourquoi, parce que je n’y vois rien de mal.

-Parce que tout ce qui est listé ici ne bénéficie qu’aux porteurs, et personne d’autre qu’eux, afin que la valeur de leurs $$ monte à court terme.

L’incident est relié aux ICO (Initial coin offering)

Prise au pied de la lettre et considérant la montagne russe des événements autour de SushiSwap, la mise à jour semble soutenir le développement continu du projet. Cependant, le développeur André Cronje n’en est pas convaincu.

Le fondateur de yearn.finance a qualifié ce projet d’un énorme pas en arrière pour l’espace DeFi. Sans aucune hésitation, il a également comparé les développements de SushiSwap aux escroqueries des ICO lors du précédent bull-run. À l’époque, les projets ICO (Initial coin offering) avaient réussi à récolter beaucoup d’argent grâce à la cryptomonnaie, ceci avec peu d’efforts.

Liste des fraudes ICO de 2017 :

  • Airdrop
  • Rachat
  • Salaires hallucinants
  • Allocations de grandes équipes
  • Équipe lâchée
  • Sur le livret blanc seulement
  • “Geth” de fork (Uniswap)

Comme le souligne M. Cronje, il existe certaines similitudes entre la série d’événements tumultueux autour de SushiSwap et les ICO. On retrouve par exemple le fondateur vendant ses parts ou les Airdrops et rachats alors qu’une énorme part de développement avait été allouée. Tout cela alors que SushiSwap n’était “qu’une fork” d’Uniswap.

La saga SushiSwap

Suite à une série d’événements, SushiSwap a vu son contrôle être transféré au PDG de FTX, Sam Bankman-Fried, puis à la communauté via une multi-signature.

SushiSwap a attiré beaucoup d’attention au fur et à mesure que croissait l’engouement pour la DeFi. À tel point qu’à un moment donné, le projet détenait plus de liquidités qu’Uniswap, le protocole à partir duquel il a bifurqué (formé une fork).

SushiSwap était sur le chemin de la rédemption aux yeux de la communauté. Comme l’a rapporté BeInCrypto, le chef Nomi a présenté des excuses détaillées pour avoir terni la réputation de l’espace DeFi et a accepté de reverser à la trésorerie du projet tous les fonds qu’il avait obtenus suite à la vente de ses jetons SUSHI.

Cette initiative a reçu une réaction positive de la part de nombreux membres de la communauté crypto, et les investisseurs de SUSHI se sont montrés optimistes quant à l’avenir du projet.

C’est ce même optimisme qui a conduit à de nouvelles propositions de gouvernance de la part de la communauté. On y retrouve notamment un Airdrop aux fournisseurs de liquidités, un rachat avec les fonds retournés par Nomi et une considérable initiative financière pour le principal développeur de SushiSwap.