Premier jour de Bitcoin au Salvador : les hauts et les bas

Partager l’article
EN BREF
  • Le portefeuille bitcoin Chivo fonctionne comme prévu, même dans les McDonald's.

  • Les politiciens de l'opposition soulignent les défauts, notamment le krach boursier qui a émaillé le premier jour de mise en usage du BTC.

  • Le président Bukele "achète à la baisse" en ajoutant 150 BTC aux caisses du gouvernement.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Certains habitants du Salvador ont vécu des moments tumultueux aujourd’hui, alors que le pays a officiellement institué Bitcoin comme monnaie légale, mais il n’y a pas que des mauvaises nouvelles.

Sponsorisé



Sponsorisé

Le Salvador est devenu le premier pays au monde à accepter Bitcoin comme monnaie légale le 7 septembre, un événement qui a fait la une des journaux du monde entier.

Cette décision représente une étape importante pour la jeune monnaie numérique, qui est enfin devenue ce que son créateur anonyme Satoshi Nakamoto avait prévu il y a dix ans : une monnaie décentralisée.

Sponsorisé



Sponsorisé

Cependant, de nombreux Salvadoriens n’étaient pas d’accord, et la journée a été entachée d’un certain nombre de problèmes techniques.

Problèmes techniques le jour de l’inauguration de Bitcoin

La grande vision du président Nayib Bukele, qui consiste à prendre ses distances par rapport au dollar américain et à adopter une deuxième monnaie, a connu un départ cahoteux. Selon la BBC, des géants de la technologie tels qu’Apple et Huawei ont vu leurs serveurs submergés par les inscriptions au portefeuille Chivo du gouvernement.

Ce jour-là, pour la première fois, un restaurant McDonald’s et un Starbucks ont accepté des paiements en bitcoins et Chivo a commencé à apparaître dans tout le pays d’Amérique centrale.

Le portefeuille soutenu par le gouvernement accepte les paiements en BTC et en USD, ce qui laisse le choix, mais les commerçants doivent offrir la possibilité de payer en bitcoins, ce qui ne plaît pas à certains.

Dans une interview pour la BBC, Ed Hernandez, qui tient une épicerie familiale à San Salvador, a déclaré que “pendant la pandémie, il sera agréable de ne pas utiliser d’argent physique”, ajoutant que cela le protège contre les faux billets de banque.

L’utilisateur de Twitter Jack Mallers a fait la démonstration d’une transaction à ses 164 000 followers, en envoyant quelques BTC depuis les États-Unis à un ami au Salvador.

“Mon ami a ensuite pu retirer de l’argent à l’un des nombreux distributeurs automatiques de portefeuilles chivo, repartant avec de l’argent liquide.

Avait-il besoin d’un compte bancaire ? Non.

Avons-nous eu besoin de WesternUnion ? Non.

A-t-il dû utiliser un portefeuille spécifique ou obtenir des autorisations spécifiques ? Non.

Y avait-il des frais ? Non.”

Le plus gros problème est survenu lorsque les marchés ont fait ce qu’ils font souvent : un crash éclair. Le politicien de l’opposition, Johnny Wright Sol, a déclaré que c’était un très mauvais jour pour le président Bukele, son gouvernement et son expérience du Bitcoin, car l’actif a subi une dégringolade.

Le marché des contrats à terme s’effondre

Les événements qui se sont déroulés hier au Salvador n’étaient pas liés au crash éclair du marché, même si le timing était très malheureux. La liquidation de contrats à terme surendettés semble en être la cause, selon les analystes de CryptoQuant. Un scénario similaire s’est produit à la fin du mois de mai.

Au moment de la rédaction de cet article, le BTC avait rebondi légèrement au-dessus de la barre des 46 000 $, mais il est toujours en baisse de 1,4 % par rapport à l’ouverture quotidienne. Le président Bukele ne s’est pas inquiété, affirmant avoir acheté à la baisse, ajoutant 150 BTC supplémentaires à la réserve totale qui s’élève désormais à 550 BTC.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Sponsorisé
Share Article

Martin écrit sur les thèmes de cybersécurité et d'infotechnologie depuis vingt ans. Fort de son expérience en tant que trader, il couvre activement le secteur des blockchains et de la crypto-monnaie depuis 2017.

SUIVRE CET AUTEUR

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous