Voir plus

Le NFT CryptoPunk #9998 a été vendu pour 532 millions de dollars (enfin, pas vraiment)

2 mins
Mis à jour par Célia Simon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

EN BREF

  • Le CryptoPunk # 9998 aurait été vendu pour 532 millions de dollars.
  • Dans une transaction similaire aux “wash sales” des bourses traditionnelles, le NFT CryptoPunk a été vendu, puis racheté juste après.
  • L'argent est retourné à la même adresse où il se trouvait sur la blockchain Ethereum.
  • promo

Une transaction similaire à ce que l’on appelle un “wash sale” (vente de lavage), a eu lieu sur la blockchain Ethereum. La vente concerne un NFT du projet CryptoPunks de Larva Labs.

Une personne utilisant une adresse Ethereum commençant par 0xef76 a transféré le CryptoPunk vers une adresse commençant par 0x8e39. Plus tard, 0x8e39 a vendu le NFT à une adresse commençant par 0x9b5a pour 124 457 ETH, dont la plus grande partie a été empruntée sur Compound.

Le montant a été envoyé à un contrat intelligent, qui l’a transféré au vendeur. Par la suite, le vendeur a envoyé 124 457 ETH supplémentaires à l’acheteur, qui a remboursé les prêts. Enfin, le CryptoPunk a été rendu au détenteur de l’adresse 0xef67 et offert pour 250 000 ETH.

Larva Labs a déclaré que les notifications pour ce type de transactions seront supprimées à l’avenir. En effet, même si l’offre est techniquement valide, personne ne peut enchérir, car les ETH sont proposés et supprimés en une seule transaction.

Le CryptoPunk #7523 (11,8 millions de dollars) a été le CryptoPunk le plus cher jamais vendu. Il est suivi du CryptoPunk #7804 vendu à 7,56 millions de dollars et du CryptoPunk #3100 cédé pour 7,51 millions de dollars. En dehors des CryptoPunks, le NFT le plus cher jamais vendu était EVERYDAYS: THE FIRST 5000 DAYS de Mike Winkelmann (plus connu sous le nom de Beeple). Le NFT a été vendu par la maison d’enchères Christie’s pour la somme de 69,3 millions de dollars.

Le wash trading des NFT

Le wash trading est une technique de manipulation du marché par laquelle un trader achète et vend un NFT dans le but de créer une activité trompeuse sur le marché. Dans un marché de valeurs mobilières conventionnel, le wash trading peut être fait dans le cadre d’une collusion entre un trader et un courtier, ou par des investisseurs agissant à la fois en tant qu’acheteurs et en tant que vendeurs.

En ce qui concerne les NFT, le wash trading désigne tout achat ou vente effectués dans un but autre que celui d’acheter ou de vendre un produit. Le wash trading compromet la fiabilité des statistiques, et les projets doivent donc passer du temps à nettoyer leurs dossiers pour faire la distinction entre utilisation réelle et fausse. Par conséquent,  les investisseurs sont obligés de se fier de moins en moins aux statistiques, ce qui complique le processus de diligence raisonnable. De leur côté, les collectionneurs ne peuvent pas prendre des décisions éclairées, car ils ne sont pas en mesure de déterminer la vraie valeur de ce qu’ils achètent ou vendent.

Nansen, une entreprise d’analyses blockchain, a souligné que les NFT sont “au centre de plusieurs pratiques lucratives”. Sur la base des schémas de transaction observés par Nansen, les nouveaux créateurs de tokens achètent d’importantes sommes d’actifs à bas prix, ce qui signifie qu’ils achètent et vendent le même NFT.

Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, BeInCrypto s'engage à fournir des informations impartiales et transparentes. Cet article vise à fournir des informations exactes et pertinentes. Toutefois, nous invitons les lecteurs à vérifier les faits de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre une décision sur la base de ce contenu.

david-thomas.jpg
David Thomas
David Thomas est diplômé de l'université de Kwa-Zulu Natal à Durban, en Afrique du Sud, avec un diplôme d'ingénieur en électronique. Il a travaillé comme ingénieur pendant huit ans, développant des logiciels pour les processus industriels chez le spécialiste sud-africain de l'automatisation Autotronix (Pty) Ltd, des systèmes de contrôle minier pour AngloGold Ashanti, et des produits de consommation chez Inhep Digital Security, une société de sécurité nationale détenue à 100 % par le...
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé