La vente du terrain de Sin City dans le métavers s’est vendue en moins de deux heures, rapportant 3,5 millions de dollars

Partager l’article

Sin City : Une autre vente de terrains virtuels est prévue pour février. Et on s’attend à ce qu’elle soit aussi notable que la dernière vente.

Le métavers déconseillé aux mineurs, Sin City, a organisé une vente de “terrains” virtuels en décembre dernier. Cette vente, qui a rapporté des millions d’euros, a suscité un vif intérêt dans le monde entier, les gens se demandant pourquoi des humains achèteraient des biens immobiliers virtuels. Mais la chance sourit aux audacieux.

L’extravagance de la terre numérique a rapporté de gros profits aux créateurs. Ce qui est un bon travail si vous pouvez en bénéficier. Et mieux encore ; les propriétaires n’ont même pas à tondre la pelouse ou à supporter des locataires ennuyeux. Le coût du terrain ? 4 000 NAS par parcelle (soit environ 900 $ à l’heure où nous écrivons ces lignes).

Qui s’arrache les terrains virtuelles dans cette offre de terres initiales (ILO) ? Pourquoi n’achètent-ils pas de vrais terrains ? MON DIEU, POURQUOI N’ACHÈTENT-ILS PAS DE VRAIES TERRAINS?

Les spéculateurs de Sin City

Les spéculateurs dans cette partie du métavers sont très courageux… tout comme les premiers parieurs qui ont acheté du Bitcoin à ses débuts. Il s’agit d’un jeu dangereux à son paroxysme.

Clairement, la bravoure n’est pas pour tout le monde. Peut-être qu’un jour, à l’avenir, nous reviendrons sur cet événement et que nous nous demanderons ce qui a bien pu pousser un humain à acheter un terrain numérique. Mais si l’on se fie à la rapidité des ventes de “terrains”, cela pourrait être la meilleure idée que les spéculateurs du métavers aient jamais eue. Les premiers arrivés et tout ça. Et aussi quelque chose à propos de l’emplacement, l’emplacement, … l’emplacement. Tous les clichés s’appliquent ici.

Pour ces investisseurs, la vente du terrain était simplement un autre moyen de spéculer. Ce “bien immobilier” pourrait valoir une fortune dans le futur. Comparé à ce que vous pourriez perdre sur les marchés immobiliers du monde réel, 930 dollars sur un terrain virtuel semble presque être un investissement judicieux. Et nous avons tous vu les prix de l’immobilier dans le monde réel déraper. Prenez le krach immobilier de Celtic-Tiger, par exemple. Il a fait très mal aux spéculateurs. Certains d’entre nous sont encore amers de cette expérience. Parfois, l’immobilier dans la vie réelle, ça craint. Au moins, dans ce monde, on peut se baigner dans le vice.

La connexion avec le Gaming

Quant aux acheteurs de terrains dans le métavers, il y a peut-être une certaine méthode dans leur folie. La vente de terrains de Sin City est un peu différente des autres métavers. Les terrains sont liés au jeu NFT qui est actuellement en phase de développement. Cela signifie que les propriétaires des terrains auront des avantages en matière de survie et de potentiel de gain dans l’environnement de jeu de Sin City.

Les villes (construites sur la base d’une “méchanceté” extrême) sont la clé de ce jeu qui permet de gagner de l’argent. Les participants peuvent construire leur royaume et commettre des crimes pour devenir l’ultime KingPin. Cependant, ce métavers n’est pas pour votre Monsieur tout le monde standard. Il est parsemé de violence et de gore. Mais d’un autre côté, vous pouvez aussi inviter vos amis à jouer, si vous en avez. Ils peuvent vous aider, ou vous voler tous ce que vous avez. C’est à ça que servent les amis.

https://twitter.com/SinCityToken/status/1475299481818173452?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1475299481818173452%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fd-4459121564037340718.ampproject.net%2F2111242025001%2Fframe.html

Les développeurs affirment que Sin City fonctionne autour de son token natif $SIN. “Il s’agit de la monnaie du jeu utilisée sur le modèle play-to-earn basé sur diverses activités de la pègre. Ces activités se déroulent dans le vaste métavers de 15 000 parcelles de terrain représentant certaines des villes les plus exubérantes du monde, allant des lumières de Las Vegas à la ville du carnaval, Rio de Janeiro.”

Si vous louez ou achetez une parcelle de terrain, vous pouvez construire votre empire. Les joueurs peuvent ainsi créer davantage d’actifs générateurs de revenus. Les échanges se font sur le marché de Sin City, où les NFT peuvent être achetés et vendus.

https://twitter.com/SinCityToken/status/1474440421556334592?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1474440421556334592%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fd-4459121564037340718.ampproject.net%2F2111242025001%2Fframe.html

Sin City: The hoods

En décembre, 15 000 parcelles de terrain sont passées sous le marteau. Elles ont été réparties en 17 districts. Chacun de ces derniers a son propre scénario et son propre gameplay. Mais la chose la plus importante à savoir est si le quartier constitue une zone de basse ou de haute sécurité. On peut supposer que la raison d’être de ce jeu est de vendre pour sortir d’un mauvais quartier et entrer dans un bon quartier.

Étant donné qu’il s’agit d’un jeu déconseillé aux mineurs, le Red Light District a bien sûr été l’un des premiers à être vendu. La liste comprend également le Cartel District et le Chinatown District. Et n’oublions pas le Strip District. Il y a beaucoup d’endroits où l’on peut pécher dans ce métavers.

Si vous avez envie de participer à cette vente de terrains, la prochaine vente aura lieu en février. Les investisseurs qui ont participé à la première vague de ventes de terrains peuvent également revendre leurs propriétés à ce moment-là. Il est à espérer qu’ils ont rénové leurs propriétés avec art et goût. Mais il s’agit là d’un métavers du péché. Vous pouvez probablement aussi vivre l’expérience de la maison à crack. C’est définitivement mieux en ligne que dans la vie réelle.

Les flux de revenus multiples ne s’arrêtent pas là. Les créateurs de Sin City vendront également des licences aux propriétaires fonciers qui ont envie de créer des entreprises sur leurs propriétés. Il s’agit du meilleur moyen de générer des revenus.

Toute cette spéculation est entourée de vice. Beaucoup de vice. Et admettons(le : péché n’est qu’un autre mot pour dire plaisir.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Nicole Buckler travaille en tant que rédactrice et journaliste depuis plus de 25 ans, entre Sydney, Melbourne, Taipei, Londres et Dublin. Aujourd'hui, elle écrit depuis la Gold Coast, une incroyablement magnifique côte australienne. Nicole a acheté des bitcoins en 2013 parce qu'on lui avait dit qu'elle pouvait les utiliser pour payer des cours de yoga à Dublin. Elle a détesté le yoga mais a gardé les BTC. Au bout d'un an, elle a décidé que cette histoire de Bitcoin allait se convertir en quelque chose de concret, et elle a également acheté d'autres cryptomonnaies. Mais elle déteste toujours le yoga.

SUIVRE CET AUTEUR

La série de NFT populaire lance sa monnaie.

Tradez ApeCoin!

Gagnez jusqu’à 10 000 USD chaque semaine avec l’AMM + Arena de CoinFLEX !

Gagnez dès maintenant