Voir plus

Les pays de l’Afrique Centrale préfèrent une CBDC au Bitcoin

2 mins
Mis à jour par Célia Simon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

EN BREF

  • Six pays de l’Afrique Centrale vont travailler sur un projet de monnaie numérique de banque centrale commune
  • Un projet qui, selon les dirigeants de la CEMAC, vont aider à promouvoir l’inclusion financière
  • En parallèle à l’annonce du projet, la cryptomonnaie de la Centrafrique est lancée cette semaine sur les marchés.
  • promo

Au lieu d’adopter le Bitcoin, comme l’a fait la Centrafrique, l’institution monétaire de l’Afrique Centrale a décidé de développer une monnaie numérique de banque centrale. 

Alors que l’adoption des cryptomonnaies progresse dans le monde, deux courants politiques s’opposent quant à l’utilité de cette nouvelle classe d’actif. D’un côté, il y en a ceux qui s’accordent pour dire que les cryptomonnaies ne sont que des vulgaires actifs volatils. D’un autre côté, on retrouve des progressistes qui voient en cette nouvelle forme de paiement un outil pour favoriser l’inclusion financière.

Sans surprise, le courant des « hostilistes » est celui qui a le plus de partisans chez les autorités monétaires mondiales. À tel point que plus de 90 pays s’activent actuellement à développer une monnaie numérique de banque centrale pour contrecarrer les cryptomonnaies. Malheureusement, ceux qui adoptent les devises numériques sont très peu nombreux et font souvent l’objet de vives critiques. 

Malgré l’importance que pourraient avoir les cryptomonnaies pour les pays africains, les autorités monétaires du continent semblent pourtant préférer la voie des hostilistes. D’après un rapport de Bloomberg, la Banque des États de l’Afrique centrale, la CEMAC chercherait à introduire une monnaie numérique de banque centrale. 

Afrique Centrale : une monnaie centralisée numérique plutôt que le Bitcoin

À l’instar du Nigéria avec son e-naira, la CEMAC composée du Cameroun, de la Centrafrique, du Gabon, du Guinée Équatoriale, de la République du Congo et de Tchad, a annoncé au terme de son sommet à Doula, qu’il compte développer une monnaie numérique de banque centrale commune. Celle-ci devrait, selon le président de CEMAC Hervé Ndoba, promouvoir l’inclusion financière et moderniser les structures de paiements au sein des pays qui vont adopter cette monnaie commune. 

Au sein de ce sommet, les dirigeants de l’institution monétaire de l’Afrique Centrale se sont également penchés sur la légalisation des cryptomonnaies en Centrafrique, pays membre de l’organisation. Si ce dernier a réitéré son « attachement à la monnaie unique et au respect des Statuts de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale, des textes régissant l’Union Monétaire et de ses engagements communautaires », il ne compte pas faire marche arrière avec son projet crypto, le Sango Coin

D’ailleurs, la RCA a lancé la vente publique du Sango Coin au cours de cette semaine. Selon ce qu’on peut lire sur le site du projet, il n’aura que 210 millions de jetons Sango pour la phase « Genesis Cycle », qui durera un mois. Le prix d’un Sango est fixé à 10 centimes dollars mais il peut monter jusqu’à 45 centimes. Pour la journée du mardi, la RCA a déjà enregistré 1.09 millions de dollars de ventes de son jeton, d’après ce qu’a rapporté Reuters

Les meilleures plateformes de cryptos | Juin 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, BeInCrypto s'engage à fournir des informations impartiales et transparentes. Cet article vise à fournir des informations exactes et pertinentes. Toutefois, nous invitons les lecteurs à vérifier les faits de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre une décision sur la base de ce contenu.

TCPMHRYSU-U0351LGCF52-10a4046cf375-512.png
Samuel Cange
Samuel Cange est un rédacteur crypto expérimenté avec un master en économie de l'Université de Namur (Unamur). Il a commencé à travailler en tant que rédacteur crypto en 2020, ce qui lui a permis d'acquérir une connaissance approfondie du marché des cryptomonnaies ainsi que de l'industrie de la blockchain en général. En dehors de son travail en tant que rédacteur, Samuel participe activement à la vulgarisation des cryptomonnaies sur les réseaux sociaux. Il possède un compte Facebook privé...
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé