The Merge d’Ethereum ouvrira la porte aux régulations gouvernementales, selon Samson Mow

20 août 2022, 08:30 CEST
20 août 2022, 08:30 CEST
EN BREF
  • Samson Mow a qualifié Ethereum de "shitcoin", affirmant que seul Coinbase profitera de The Merge, au détriment des détenteurs.
  • Il s'est demandé si la PoS ne conduirait pas à la centralisation des protocoles et des exchanges, ce qui ouvrirait la porte à la censure des projets par les gouvernements et les régulateurs.
  • promo

Samson Mow, PDG de JAN3 et ancien dirigeant de Blockstream, a critiqué la fusion tout proche d’Ethereum (ETH), laquelle doit avoir lieu le 15 septembre. Il a en effet affirmé que la transition de Proof-Of-Work (PoW) à Proof-Of-Stake (PoS) favorisera la réglementation des exchanges centralisés par les régulateurs, ce qui “sera irréversible”.

Samson Mow a fait part de sa position concernant “The Merge” sur Twitter :

“Les problèmes de #Ethereum sont dus à l’optimisation constante de sa tokenomique, ce au détriment de la décentralisation, de la sécurité et de la résilience. Il semble que The Merge et la PoS conduiront à une capture réglementaire complète des exchanges centralisés et des plateformes participantes, et il n’y a pas d’issue pour eux.”

Samson Mow a ainsi émis des doutes sur la fusion Ethereum, arguant que la PoS ne conduira qu’à la centralisation des protocoles et des exchanges, ce qui ouvrirait la porte aux gouvernements et aux régulateurs, leur permettant de censurer les projets et toute solution blockchain selon leurs politiques du moment.

Récemment, l’équipe responsable d’Ethereum (ETH) a précisé que le passage de la PoW à PoS n’affectera pas directement les frais de gaz du réseau. Il est cependant possible qu’il y ait une légère réduction plus tard lorsque le sharding sera introduit, et l’équipe a souligné que moins le réseau sera encombré, plus les frais gaz seront bas.

Samson Mow rhabille The Merge pour l’hiver et qualifie l’ETH de “shitcoin”

Le PDG de JAN3 estime que Bitcoin, contrairement à Ethereum, ne permettra jamais aux régulateurs d’avoir la possibilité de réglementer les protocoles, de bloquer l’offre ou de manipuler les clés ou les portefeuilles. Il a également souligné que 66 % des validateurs devront désormais se conformer aux réglementations.

“Alors comment en sont-is arrivé là ? De décider d’un requis de 32 ETH pour pouvoir s’adonner au staking dans le cadre du protocole (pour bloquer l’offre et maximiser la tokenomique) ? Cela a contribué à une centralisation maximale du point de vente et, en parallèle, ils ne bénéficient pas de la culture #Bitcoin, ni de leurs clés, ni de leurs pièces.”

Samson Mow s’est même demandé si la transition PoS d’Ethereum ne bénéficierait pas à des entreprises comme Coinbase (qui détient un investissement important dans ETH) plutôt qu’à ses détenteurs, accusant “Coinbase d’être le patron” et réaffirmant que les “Ethereans” ne gèrent pas leurs propres nœuds.

“Donc tous les hard forks d’Ethereum portent des noms de villes branchées comme Istanbul, Londres, Berlin, etc… Nommons cet hypothétique fork Ethereum UASF “Pyongyang”. Pyongyang empêcherait alors Coinbase et la majorité des 66 % de censurer les transactions sanctionnées par l’OFAC. “

Pour le PDG de JAN3, qui est également un partisan de Bitcoin, l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) aura le pouvoir de censurer les protocoles liés à toute blockchain Ethereum, voire même d’arrêter les membres directs d’Ethereum, citant l’affaire Tornado Cash. Il a en outre suggéré que l’OFAC aurait le pouvoir de supprimer les postes clés d’Ethereum pour déplacer leur adresse.

“Certains ont un compte virtuellement marqué d’un ‘X’ ? Vont-ils aussi relier leur nœud de Pyongyang à leur compte .eth ? Coinbase, Kraken, Bitcoin Suisse et les autres, qui constituent la majorité des 66 %, ne dirigent certainement pas Pyongyang”.

Enfin, il a affirmé que l’équipe derrière Ethereum ne dispose “d’aucun moyen” d’esquiver Coinbase, car il n’existe aucun code permettant de détecter et de “punir” quelqu’un pour avoir censuré des transactions, ce qui conditionnerait tôt ou tard les retraits ou les mouvements d’ETH pour les utilisateurs. Le PDG est même allé jusqu’à qualifier Ethereum de “shitcoin”.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.