Régulations crypto : de nouvelles pièces pourraient être bannies de l’Union Européenne

17 novembre 2022, 11:15 CET
17 novembre 2022, 11:15 CET
EN BREF
  • Les régulateurs européens proposent d'interdire un type de cryptomonnaie bien particulière afin de garder le contrôle sur l'industrie.
  • Pendant ce temps, la chute de FTX vient leur donner du fil à retordre, laissant présager que les régulations crypto devraient bientôt changer à nouveau.
  • promo

Les régulations crypto en Europe continuent d’être modifiées avec l’éventuel bannissement d’une certaine catégorie de jetons.

Les régulations crypto disent adieu aux jetons privés

Alors que nous approchons de plus en plus de la sortie de la loi MiCa prévue pour 2023, les régulateurs se penchent encore et toujours sur le texte afin de le finaliser. Si ces derniers s’étaient auparavant mis d’accord sur une version, quelques dernières modifications sont prévues afin de permettre une surveillance toujours plus étroite de l’utilisation des cryptomonnaies en Europe.

En effet, certains députés européens, sous l’impulsion des responsables tchèques qui président les débats, souhaiteraient interdire l’utilisation et la détention de cryptomonnaies permettant de garder l’anonymat. Ainsi, des jetons cryptant les adresses de l’expéditeur et du destinataire, tels que Monero ou encore Zcash, seraient tout simplement bannis de l’Union Européenne. Ni les établissements bancaires, ni les plateformes d’échange et ni les particuliers n’auront le droit de se réfugier derrière elles. En d’autres termes, l’intention des députés européens est simple : empêcher les utilisateurs de contourner la surveillance et le traçage des transactions en utilisant des monnaies privées.

Il semblerait donc que seules les cryptomonnaies pseudonymes auront le droit d’être utilisées puisqu’elle ne remettent pas en cause le droit de regard des régulateurs. Pour l’instant, le bannissement des pièces favorisant l’anonymat n’en est qu’au stade de la proposition. Tant le Parlement Européen que la Commission Européenne devraient se pencher sur le problème dans les jours à venir. Toutefois, il est fort possible que cette initiative soit bel et bien adoptée puisqu’elle permettrait à la loi MiCa de s’appliquer dans toutes les situations. Cependant, les régulateurs européens ne se sont pas encore exprimés concernant les mixeurs crypto ou les plateformes d’échange open source dont les transactions sont traitées en interne. L’anonymat n’a donc pas encore totalement disparu à l’heure actuelle.

L’effondrement de FTX vient donner du fil à retordre aux régulateurs

L’Union européenne a pour objectif de finaliser sa loi MiCa au plus vite mais c’était sans compter la chute de FTX qui est venue remettre tout l’écosystème crypto en question. La plateforme d’échange, qui était considérée comme la plus sûre de l’industrie, a créé la stupeur lorsque tous ses problèmes de gestion ont été révélés et qu’elle est entrée en faillite. Alors que le PDG de Binance, Changpeng Zhao, annonce d’ores et déjà les nouvelles mesures que tous les acteurs devraient prendre pour protéger leurs utilisateurs et prévenir de nouvelles catastrophes de ce type, les régulateurs se sentent obligés de suivre le mouvement. En effet, de nombreuses figures de la crypto appellent à une révision des régulations actuelles en faveur de textes plus précis et surtout plus durs.

Source : compte Twitter de Umar Ashraf

Selon les propos tenus par un député européen auprès de Bloomberg, la Commission Européenne reste aux aguets de toutes les nouveautés concernant l’affaire FTX. Bien que cet incident n’ait aucune conséquence sur la finalisation de la loi MiCa, ce qui implique qu’elle sera adoptée telle quelle après les dernières négociations du mois de novembre, l’Union Européenne se prépare d’ores et déjà à modifier cette dernière si besoin. Les conclusions qui seront tirées de l’effondrement de l’empire de Sam Bankman-Fried auront donc effectivement un impact sur les régulations crypto mais celui-ci ne sera pas immédiat. Les acteurs du secteur peuvent néanmoins se préparer à de nouveaux changements dans les mois à venir.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.