Une nouvelle motion pourrait forcer Ripple à remettre les emails liés à la SEC

Partager l’article
EN BREF
  • Un nouveau plaignant dans une action collective a déposé une demande pour voir les emails de Ripple auprès de la SEC.

  • La requête inclut tous les courriels remontant à 2015.

  • La SEC a déposé des accusations contre Ripple Labs et deux de ses cadres pour vente illégale de titres.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Le XRP a connu un certain redressement de son cours depuis les premières accusations de la SEC contre Ripple. Ces derniers mois ont été difficiles pour l’un des titans de l’industrie de la cryptomonnaie.



Maintenant, il semble que la situation de Ripple soit devenue encore plus difficile. La société pourrait avoir à fournir tous les courriers électroniques qu’elle a reçus de la Securities and Exchange Commission (SEC), et qui remontent jusqu’en 2015.

Ceci est dû à une action collective introduite par les investisseurs de Ripple. Le 8 février, Courtlistener a révélé que le plaignant principal, Bradley Sostack, a déposé une nouvelle requête dans le district nord de la Californie.



Source : Courtlistener.com

Espoir d’une plus grande transparence

Bien que Ripple Labs et deux de ses cadres soient accusés par la SEC, les détenteurs de XRP sont probablement ceux qui ressentent le plus la pression. C’est ce qui a conduit à la motion, dans l’espoir d’obtenir des informations supplémentaires sur les conversations entre Ripple et l’organisme de régulation.

Le plaignant a également demandé la suppression des expurgations des documents judiciaires soumis par Ripple. Ces sections ont été expurgées pour des raisons de ” privilège “, mais Sostack pense que Ripple ne devrait pas pouvoir en expurger des parties arbitrairement. Au lieu de cela, la société doit être ” explicite et spécifique ” dans ses actions.

Ripple et le XRP continuent leur chemin

Toute cette situation découle du XRP, la cryptomonnaie que Ripple a utilisée pour construire sa marque. La SEC déclare qu’elle considère actuellement le XRP comme un titre, ce qui signifie que les parties accusées ont pris part à la vente illégale de titres.

Ripple n’a jamais enregistré le XRP auprès de la SEC. Cela remonte à près d’une décennie maintenant et beaucoup voient cela comme une tentative de réglementation de dernière minute de la SEC, car elle a eu des années pour agir mais ne l’a jamais fait.

Brad Garlinhouse et Chris Larsen sont accusés d’avoir vendu pour des milliards de dollars de XRP. Tous deux considèrent la crypto comme une commodité au même titre que Bitcoin (BTC) et Ethereum (ETH), deux actifs que la SEC a déclaré ne pas être des valeurs mobilières. La SEC n’a pas fait de déclarations similaires sur d’autres cryptomonnaies. Toutefois, Ripple estime que le XRP n’est pas un titre.

Le XRP a énormément souffert depuis les accusations. D’une part, la cryptomonnaie n’a pas connu un marché haussier massif comme celui des autres cryptomonnaies.

Plusieurs exchanges de crypto et partenaires de Ripple ont cessé d’offrir des services de trading de XRP jusqu’à ce que l’affaire soit résolue. Alors que les détenteurs de XRP continuent de souffrir, le public pourrait voir d’autres requêtes déposées dans les mois à venir.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Basé à Tel Aviv en Israëlm Harrison est analyste, reporter et spécialiste senior chez BeInCrypto. Harrison est impliqué dans le domaine de la cryptomonnaie depuis fin 2016, en plus d'être passionné par la technologie des registres décentralisés et leur potentiel.

SUIVRE CET AUTEUR