Le réseau Libra, renommé Diem, est de retour en 2021

Partager l’article
EN BREF
  • L’une des plus grandes objections à la présentation originale de Libra était la crainte de potentielles activités criminelles.

  • Le but principal de la récente tentative de changement de marque semble être de satisfaire les régulateurs.

  • Cependant, aucun des changements apportés pour accélérer le lancement de Libra n'a sauvé le projet des préoccupations réglementaires.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Le 1er décembre 2020, le réseau Libra a procédé à un changement de nom pour devenir le réseau Diem. Beaucoup pensent que de cette manière, le projet vise à se distancer du modèle initiale du système de paiement de Facebook.

Cette décision doit mettre l’accent sur une structure mise à jour et simplifiée de la plate-forme et dénoter son indépendance, en passant de Libra, à Diem. Le nouveau nom vient du mot latin «jour», qui est utilisé dans un célèbre dicton «carpe diem» qui signifie «saisir le moment».

Ainsi, le changement de nom symbolise apparemment une nouvelle chance de sauver le projet des pressions réglementaires.

S’adressant à Reuters, le PDG de l’Association Diem, Stewart Levey, a précisé que “le nom d’origine était lié à une première itération du projet qui a reçu un accueil difficile de la part des régulateurs du marché.”

Il a également mentionné que l’organisation se préparait à lancer une monnaie numérique unique en relation avec le dollar, appelée Diem Dollar. Cependant, le jour du lancement est encore inconnu. Le réseau Diem attend toujours l’approbation du régulateur suisse FINMA.

Libra : controverse après controverse

Facebook Inc. a annoncé son jeton Libra pour la première fois en juin 2019. Depuis, l’adoption massive des monnaies numériques est devenue le véritable sujet de conversation.

Initialement, l’équipe derrière Libra l’a proposée comme monnaie, adossée à plusieurs actifs traditionnels à faible risques. L’objectif était de rendre le processus de transfert d’argent numérique plus rapide et plus facile.

Afin de fournir ce type de service, les géant des réseaux sociaux ont également créé un portefeuille numérique appelé Calibra.

La présentation d’un tout nouveau système de paiement basé sur la blockchain au comité des services financiers a eu lieu le 23 octobre 2019. Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, s’est engagé à lancer Libra uniquement après que le projet ait obtenu l’approbation des régulateurs financiers américains.

Cela dit, il est rapidement devenu clair que les membres du Comité ne partageaient pas son enthousiasme. Ainsi, ils ont immédiatement remis en question le statut de Libra en tant qu’actif.

Les autorités américaines et européennes se sont senties préoccupées par la confidentialité des utilisateur, notamment l’approche de Facebook concernant le traitement des données financières de ses utilisateurs. En dehors de cela, le lancement de libra en 2020 mettait potentiellement en danger la souveraineté monétaire. Avec la portée et l’influence mondiale de Facebook, ce projet pourrait concurrencer les principaux acteurs financiers et banques.

De plus, il y a toujours eu un risque que toute crypto-monnaie émergente serve à blanchir de l’argent, à échapper aux sanctions et influencer le monde de la politique.

Libra : changement de direction ?

En avril 2019, le réseau Libra a adopté une vision complètement différente. Après que les régulateurs aient exprimé leurs inquiétudes, l’organisation a chanté de projet.

Maintenant, ce projet sera censé representer un mélange de stablecoins liés à différentes devises (apparemment le dollar américain, la livre sterling et l’euro) qui fonctionneront sur le réseau Libra. Pour préciser le changement, l’équipe a noté que ces pièces stables seraient «un complément, et non un remplacement, des devises nationales».

Cela pourrait considérablement faciliter l’intégration des monnaies numériques des banques centrales (CBDC) à la blockchain de Facebook et les faire échanger au lieu de pièces à monnaie unique. Par conséquent, Libra a déplacé son objectif d’un jeton alternatif pour tenter d’éliminer les personnes associées à la cryptomonnaie.

Dans le même temps, l’association a complété la liste de ses membres par trois nouvelles institutions. Le véhicule d’investissement gouvernemental de Singapour, Temasek, la société d’investissement de cryptomonnaies Paradigm Fund basée à San Francisco, et la société d’investissement Slow Ventures se sont jointes au projet.

Auparavant, la FINMA suisse avait confirmé avoir reçu une demande de licence de système de paiement. Par conséquent, l’équipe de Libra n’avait donc pas prévu de renoncer à obtenir et à maintenir une conformité légale avec l’écosystème financier existant.

Poursuivant cette série de changements, Facebook a nommé son réseau Calibra et a redessiné son logo. Le portefeuille a reçu un nouveau nom, Novi, qui combinait les mots latins «novus» et «via», signifiant respectivement «nouveau» et «moyen».

La filiale renommée par Facebook, Novi Financial, s’est efforcée de permettre aux utilisateurs d’envoyer de l’argent à leurs contacts sans frais. Les plans de développement de Novi comprenaient la création d’un portefeuille numérique autonome et d’une version qui s’intègre à ses services WhatsApp et Messenger.

Un nouveau projet

Bien que Facebook ait indiqué que s’identifier pour s’inscrire était obligatoire, ses défis réglementaires n’ont pas vraiment disparu. Lael Brainard de la Réserve fédérale a admis que les préoccupations réglementaires concernant le réseau privé de Facebook ne l’avaient pas surprise, car rien n’était concrètement en place pour le moment.

Après avoir rencontré des difficultés, il était nécessaire pour l’entreprise de faire une mise à jour. David Marcus, qui dirige actuellement Novi, a fait allusion à la nature de ces changements futurs, applaudissant le soutien de PayPal aux transactions de cryptomonnaies sur la plateforme.

Libra devait faire ses débuts sous une forme plus limitée en tant que stablecoin indexé sur le dollar en janvier 2021. L’équipe attendait toujours l’approbation de la licence de la FINMA, tout en négociant avec dix autres régulateurs aux États-Unis. Le portefeuille Novi était également prêt à fonctionner, quand soudainement la pièce Libra a changé son nom en Diem.

«Le groupe prévoit d’émettre un stablecoin – une monnaie numérique liée à un actif extérieur – adossé au dollar américain. Plus tard, Diem pourrait rechercher des cryptomonnaies supplémentaires basées sur la fiat », a déclaré Levey lors d’une conversation avec Bloomberg. L’organisation ne prévoit plus de passer à une blockchain sans autorisation initialement conçue pour permettre aux utilisateurs de participer à la vérification des transactions.

Selon Levey, Facebook reste l’un des 27 membres de la nouvelle association Diem. Marcus joue un rôle essentiel dans tout ce qui arrive au projet. «Nous n’essayons pas de couper tous les liens, en aucun cas», a rassuré Levey.

Il a cependant refusé de révéler si les investisseurs de Diem recevraient un token spécial, conformément annoncé a l’époque.

Pour plaire aux régulateurs, le système de Diem se concentrera sur le respect des sanctions et des exigences réglementaires. L’association a affirmé que le projet développerait toutes les politiques nécessaires de lutte contre le blanchiment d’argent (LBC) et la lutte contre le financement du terrorisme (CFT).

Des changement pour atténuer les objections réglementaires

BeInCrypto a contacté Michael Gebert, le président de l’European Blockchain Association, pour quelques prédictions sur l’avenir de Diem. Il est convaincu que de neutraliser les principales objections à la présence de Libra en «embauchant d’anciens politiques et des experts en technologie» «renforcera le projet».

Lorsqu’on lui a demandé si le nouveau nom deviendrait un nouveau chapitre dans le développement du projet, Gebert a répondu :

“Les envois de fonds et les moyens de paiements sont toujours les deux principaux cas d’utilisation du nouveau stablecoin. Compte tenu d’une forte base d’utilisateurs de Facebook, près de trois milliards, la société y voit un énorme avenir. Pour les cryptomonnaies traditionnelles, l’attrait reste le modèle de gouvernance décentralisée et divers cas d’utilisation, bien au-delà de la portée de Diem”.

«Le Dollar Diem, le premier stablecoin, serait conforme aux réglementations internationales au niveau du protocole et devrait suivre les réglementations. L’avenir dira si cette mesure est suffisante pour regagner la confiance », a-t-il ajouté.

Sheraz Ahmed, représentant la Crypto Valley Association en tant que responsable du développement commercial, a déclaré à BeInCrypto: «Le changement de nom lui-même reflète un changement fondamental dans le projet. Au départ, l’idée était de créer une monnaie stable mondiale, soutenue par des obligations souveraines de type d’investissements. Cette idée a été abandonnée en raison des objections importantes des gouvernements du monde, matérialisées dans un document du groupe de travail du G7 publié en octobre 2019. »

Ahmed a poursuivi :

«Le nouveau projet Diem est beaucoup plus simple que l’approche initialement proposée et rencontrera probablement moins de résistance. Il vise à créer un stablecoin qui maintiendra la parité un à un avec le dollar américain. Les pièces Diem seront adossées à une réserve d’actifs composée de liquidités, ou d’équivalents de trésorerie et de titres à très court terme.»

«Le changement de marque et la réorganisation faite par la société va dans la bonne direction, mais il en faut davantage»
Quant à la résolution des problèmes de réglementation, Gebert doute que les récents changements suffiront «à dissiper les préoccupations fondamentales concernant la protection des données, le pouvoir de marché et la stabilité des marchés financiers».

Diem aura une structure monétaire similaire à une monnaie centrale, et facilitera l’achat de Bitcoin (BTC) lorsqu’il sera coté en bourse. Ainsi, selon Gebert, alors qu’un tel scénario est optimiste pour le bitcoin, les préoccupations des régulateurs seront cependant toujours très fortes.

«Si l’écosystème économique de Diem dépend des fonds de réserve, alors le projet est beaucoup plus risqué financièrement que prévu initialement. Nous ne devons pas non plus oublier les effets de réseau. Après tout, Diem ne serait pas seulement intégré à Facebook, mais à WhatsApp et à d’autres applications, et cette combinaison est un risque de stabilité important d’un point de vue politique et réglementaire », a-t-il déclaré.

En réfléchissant à des problématiques – qui n’ont pas encore été abordés de manière satisfaisante par Diem – Gebert a constaté qu’en cas de succès, le réseau Diem «sera assis sur une gigantesque mine d’or d’informations prête à être prise et récoltée pour des profits massifs.

Gebert a conclu:

“L’information est et a toujours été un élément clé de la recette du succès de la haute technologie de Facebook, tout comme elle continuera de l’être avec l’ajout des jetons Diem.”

Pour Ahmed, «la réduction de la vision initiale était la seule option pour la survie du projet. Les gouvernements ont été très clairs. Ils ne permettront pas aux entreprises ou organisations privées de créer une monnaie mondiale. »

«En effet, depuis l’Antiquité, le droit de créer sa monnaie était inacceptable. Peut-être que la seule façon de trouver moyen de contourner cette rigidité, sera par la décentralisation et le pouvoir imparable des masses », a déclaré Ahmed.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

The opinion of BeInCrypto staff in a single voice.

SUIVRE CET AUTEUR

Faites du trading avec les meilleurs signaux crypto - des profits garantis avec plus de 70% d’exactitude

Adhérez

Want to learn how to trade? Get a beginners guide from BeInCrypto Academy!

Learn now