Voir plus

Crypto écologique : Top 9 des crypto-monnaies vertes

9 mins
Mis à jour par Célia Simon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

In Brief

  • Intéressé(e) par la crypto écologique ? Lisez ce guide où nous partagerons avec vous notre Top 9 des crypto-monnaies les plus vertes du marché.

En raison du changement climatique et de ses impacts potentiels, la crypto écologique pourrait devenir l’une des principales priorités des investisseurs particuliers et institutionnels.

En mai 2021, Elon Musk a annoncé la suspension des paiements en BTC pour les voitures Tesla, soulignant que le processus de minage Bitcoin augmentait l’utilisation de combustibles fossiles, et que cela avait un énorme impact négatif sur l’environnement. Loin de passer inaperçues, les affirmations du célèbre milliardaire ont suscité une large polémique sur l’empreinte carbone des actifs numériques et l’importance de la crypto-monnaie écologique.

Intéressé(e) par la crypto écologique ? Lisez ce guide où nous partagerons avec vous notre Top 9 des crypto-monnaies les plus vertes du marché.

Table des matières

  • Quel est l’impact de la crypto sur l’environnement ?
  • 1. Nano (NANO)
    • Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?
  • 2. Cardano (ADA)
    • Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?
  • 3. Stellar (XLM)
    • Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?
  • 4. IOTA (MIOTA)
    • Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?
  • 5. EOS (EOS)
    • Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?
  • 6. Ripple (XRP)
    • Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?
  • 7. Algorand (ALGO)
    • Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?
  • 8. SolarCoin (SLR)
    • Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?
  • 9. Ethereum 2.0 (ETH)
  • Comment trouver une cryptomonnaie écologique ?
  • La blockchain se met au vert

Quel est l’impact de la crypto sur l’environnement ?

À quel point la crypto est-elle durable ? Cela dépend de plusieurs facteurs.

Afin de déterminer les cryptomonnaies les plus économes en énergie, nous devons inspecter l’ensemble du processus de création et de maintien de chaque blockchain. Le premier constat est que la plupart des crypto-monnaies sont produites par le minage.

Le réseau Bitcoin, par exemple, utilise un mécanisme de consensus de preuve de travail (Proof of Work ou PoW).

La preuve de travail

La preuve de travail permet de vérifier qu’une blockchain (ou registre numérique de transactions) est correctement organisée.

En effet, un réseau d’ordinateurs résout un problème mathématique compliqué basé sur un algorithme de hachage cryptographique sur une durée déterminée. Si une solution est trouvée (ce que l’on appelle dans ce cas, une preuve de travail), la transaction vérifiée est ajoutée à la blockchain. Ensuite, les mineurs qui contribuent à trouver cette solution reçoivent des récompenses.

Ce mécanisme de consensus utilisé par les toutes premières cryptomonnaies a cependant un grand inconvénient : sa nature énergivore.

Étant donné que les nouveaux blocs comportent de nouveaux problèmes mathématiques plus compliqués, les mineurs ont besoin davantage de puissance de calcul, donc plus d’électricité, pour pouvoir les résoudre et obtenir des récompenses.

Si le cours de la cryptomonnaie en question chute à un niveau très bas, les mineurs perdront toute motivation de travailler sur son réseau, ce qui est tout à fait normal, car leurs factures d’électricité seront supérieures aux montants de leurs récompenses.

Consommation énergétique du minage crypto Proof of Work
La consommation énergétique de la PoW : Cambridge Center for Alternative Finance

Le Cambridge Center for Alternative Finance, un institut de recherche interdisciplinaire basé à la Judge Business School de l’Université de Cambridge, a révélé que Bitcoin utilise environ 82 térawatts-heure par an, ce qui est supérieur à la consommation électrique de la Belgique ou du Chili.

La preuve d’enjeu

La preuve d’enjeu (Proof of Stake ou PoS) est un mécanisme de consensus qui choisit au hasard le nœud qui minera ou validera les transactions d’un bloc donné. Ce, en fonction du nombre de tokens que ce nœud détient. Bien qu’il existe de nombreux inconvénients associés au Proof of Stake, le fait qu’il consomme moins de ressources et ne nécessite pas de minage crypto en fait une option plus respectueuse de l’environnement.

Voici une comparaison entre Bitcoin et certaines des crypto-monnaies les plus durables en termes de consommation énergétique.

CryptomonnaieCoût de la transaction en Kilowattheure (KWh)
Nano0,000112
Cardano0,5479
Stellar0,00003
IOTA0,00011
EOS0,00122923
Ripple0,0079
Algorand0,000008
Ethereum62,56
Bitcoin1,544

Sans ordre particulier, voici le top 9 des cryptomonnaies les plus respectueuses de l’environnement.

1. Nano (NANO)

NANO

Nano est une crypto-monnaie écologique et gratuite car elle ne repose pas sur le minage crypto. Son réseau évolutif et peu latent s’appuie sur un système de vote pour parvenir à un consensus. C’est pourquoi il s’agit d’une crypto-monnaie verte, avec l’une des empreintes carbone les plus faibles sur le marché.

Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?

Nano utilise un mécanisme de consensus appelé “Open Representative Voting” (ORV ou vote représentatif ouvert). Dans ce système, les utilisateurs votent sur toutes les transactions.

Le système Nano repose sur une conception de registre de réseau de blocs (block-lattice ledger), qui traite les transactions asynchrones. Chaque nœud sécurise indépendamment chaque transaction, une action irréversible qui se réalise en moins d’une seconde.

En utilisant ce système, seuls les propriétaires de compte peuvent signer des blocs sur les chaînes de leurs comptes. Cela protège également tout l’écosystème des acteurs malveillants.

2. Cardano (ADA)

Cardano : crypto écologique

Cardano (ADA) est la première blockchain évaluée par des pairs. Elle joue à la fois le rôle de monnaie et de contrat numérique et de support pour les dApps.

Le réseau Cardano peut traiter jusqu’à 1000 transactions par seconde (contre 7 transactions sur la blockchain Bitcoin). Il a été créé par le cofondateur d’Ethereum, Charles Hoskinson, et c’est pourquoi de nombreux spécialistes estiment qu’il pourrait rivaliser avec Ethereum.

Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?

Cardano utilise un mécanisme de consensus de Proof of Stake, appelé Ouroboros. Il s’agit également du premier protocole blockchain d’évaluation par les pairs, ce qui fait d’ADA l’une des cryptomonnaies les plus écologiques et les plus populaires.

En effet, l’objectif ultime des créateurs de Cardano est de le rendre conforme aux normes mondiales sans pour autant sacrifier la sécurité. Ce, afin d’offrir un système de paiement transparent et économe en énergie.

3. Stellar (XLM)

Stellar est un réseau créé en 2014 en tant que fork de Ripple. Sa crypto native, XLM, est également écologique, car seul un nombre déterminé de nœuds distribués est requis pour confirmer les transactions.

De plus, son objectif est de créer un pont entre le système bancaire traditionnel et les monnaies numériques. Stellar est déjà utilisé par des entreprises de renommée mondiale (par exemple, IBM et Deloitte) et même des gouvernements (Nigéria, France, Philippines, Inde, Ukraine).

Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?

XLM est un token économique car il permet à ses détenteurs d’effectuer des transactions financières à moindre coût. Il s’agit également d’une crypto écologique car il ne dépend pas du minage crypto. Mieux encore, ses utilisateurs peuvent créer leurs propres jetons écologiques.

SCP, le protocole de consensus utilisé par le réseau Stellar, repose sur un ensemble de nœuds fiables pour valider les transactions. Cela rend le processus beaucoup plus rapide et efficace que les algorithmes de preuve de travail ou de preuve d’enjeu. De plus, il permet de maintenir la consommation énergétique à un niveau minimum.

4. IOTA (MIOTA)

IOTA est une crypto-monnaie relativement stable, et ce n’est pas le genre de crypto volatile que certains investisseurs audacieux recherchent. Cependant, le réseau utilise un système peu énergivore, ce qui fait de IOTA une crypto-monnaie écologique.

Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?

Afin de parvenir à un consensus, IOTA (MIOTA) utilise un algorithme de Proof of Work. Cependant, elle s’appuie également sur un consensus probabiliste rapide, qui consomme très peu d’énergie. Selon un doctorant-chercheur, la consommation énergétique par transaction IOTA ne dépasserait pas les 0,11 wattheures.

Cette consommation énergétique est bien inférieure à ce que les grands réseaux financiers utilisent aujourd’hui, et on estime qu’elle pourrait être réduite. En effet, le réseau IOTA peut fonctionner avec une puissance énergétique inférieure de 95% à ce qu’il utilise actuellement. Mais jusqu’à présent, les futures mises à jour sont encore en développement.

5. EOS (EOS)

EOS est bien plus qu’une simple crypto-monnaie. Il s’agit en effet d’un système d’exploitation décentralisé basé sur la blockchain. Les développeurs peuvent l’utiliser pour créer des dApps et des contrats intelligents sûrs, transparents et conformes aux normes. Tous les nœuds du réseau EOS doivent obéir aux réglementations établies par la communauté. La plateforme a été lancée par Daniel Larimer, le fondateur de Bitshares et de Steem.

Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?

EOS est l’un des principaux rivaux d’Ethereum. Ce réseau, qui ambitionne d’atteindre un débit d’un million de transactions par seconde, utilise un mécanisme de consensus de preuve d’enjeu déléguée (Delegated Proof of Stake ou DPoS), ce qui lui permet de créer un nouveau bloc toutes les 0,5 secondes. Il s’agit également d’une démocratie basée sur la technologie, car il utilise des systèmes tels que le vote et les élections pour sécuriser la blockchain et valider ses blocs.

Cette variante de la preuve d’enjeu classique est de par sa conception écologique et économe en énergie. Aujourd’hui, elle est utilisée par de nombreux grands projets comme Tezos et bien d’autres.

6. Ripple (XRP)

Ripple : crypto écologique

Ripple est un réseau décentralisé P2P qui permet de transférer de l’argent et de convertir des devises dans les quatre coins du monde. XRP, son token natif, sert de moyen d’échange intermédiaire. Plusieurs institutions financières utilisent actuellement le réseau Ripple pour bénéficier de transferts d’argent rapides.

Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?

XRP est pré-miné (en anglais pre-mined, c’est-à-dire miné avant son lancement) et utilise un algorithme de consensus propre au protocole Ripple appelé RPCA. En termes simples, ses transactions doivent être approuvées par au moins 80 % des validateurs du réseau avant de pouvoir être ajoutées à la blockchain. Cela fait de XRP une crypto-monnaie écologique. De plus, son réseau à la fois efficace et sécurité offre des transactions rapides et peu coûteuses.

7. Algorand (ALGO)

Algorand est une plateforme blockchain basée sur la preuve d’enjeu, ce qui la rend évolutive, sécurisée et compatible avec les contrats intelligents. Son mécanisme PoS pur et sans autorisation est accessible et utilise beaucoup moins d’énergie que certaines autres crypto-monnaies.

Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?

En effet, Algorand utilise l’algorithme de Proof of Stake pour valider les blocs et ne nécessite pas de minage crypto. Lors de la signature d’un partenariat avec ClimateTrade, les créateurs du réseau se sont engagés à en faire la première blockchain neutre en carbone.

8. SolarCoin (SLR)

SolarCoin est une crypto-monnaie écologique décentralisée qui vise à promouvoir les activités environnementales du monde réel. Ce projet, qui a été lancé en 2014, émet un token pour chaque mégawattheure généré à l’aide de la technologie solaire.

Pourquoi s’agit-il d’une crypto écologique ?

SolarCoin utilise un mécanisme de consensus de preuve d’enjeu, et au fur et à mesure que la base d’utilisateurs se développe, le réseau est censé devenir encore plus efficace.

Ses utilisateurs reçoivent 1 SolarCoin pour chaque mégawattheure généré par leur technologie solaire. Pour le moment, le système repose sur le téléchargement de la documentation par les utilisateurs. À l’avenir, cependant, le réseau envisage d’utiliser l’IoT (Internet des objets) pour effectuer des mises à jour automatiques à partir du système solaire.

En encourageant les gens à utiliser et à produire de l’énergie solaire, ce projet bénéficie à toute la planète. La crypto SolarCoin est non seulement écologique, mais son empreinte carbone est presque nulle car l’énergie solaire générée par ceux qui soutiennent le projet est supérieure à ce dont le réseau a besoin.

9. Ethereum 2.0 (ETH)

Crypto écologique : Ethereum 2.0

Ethereum est la deuxième plus grande plateforme blockchain après Bitcoin, et sa crypto-monnaie s’appelle Ether (ETH). Ses détenteurs peuvent utiliser le grand livre public pour créer et gérer des applications et bien sûr, effectuer des paiements en ETH.

Actuellement, Ethereum utilise un mécanisme de consensus de Proof of Work, qui a congestionné le réseau et engendré une flambée des frais de transaction.

Après l’expansion du réseau au cours des dernières années, son fondateur, Vitalik Buterin, a décidé de remplacer la preuve de travail par un mécanisme de preuve d’enjeu.

Ethereum 2.0 vise à être une blockchain plus évolutive, sécurisée et durable. Pour le moment, la transition est toujours en cours, mais espérons qu’Ethereum deviendra une crypto écologique d’ici fin 2022.

Comment trouver une cryptomonnaie écologique ?

La plupart des cryptomonnaies que nous utilisons aujourd’hui reposent encore sur le modèle original défini par Satoshi Nakamoto, le fondateur de Bitcoin. Il s’agit d’un système où les nouveaux jetons sont créés via le minage crypto. Ceci est plus connu sous le nom de mécanisme de consensus de preuve de travail, et sa forte consommation énergétique n’est plus un secret.

Les cryptomonnaies sont-elles écologiques ? Tout dépend de leurs systèmes. C’est pourquoi il faut étudier de près les blockchains sur lesquelles elles s’appuient avant de prononcer votre verdict.

En effet, une crypto-monnaie écologique doit utiliser des mécanismes de consensus alternatifs, tels que l’algorithme de preuve d’enjeu, afin de maintenir l’intégrité de sa blockchain tout en économisant de l’énergie et en réduisant son empreinte carbone au minimum.

Note importante

La consommation énergétique d’une cryptomonnaie dépend de l’algorithme utilisé par la blockchain qui l’héberge.

La dynamique du marché crypto est un autre facteur déterminant de la durabilité d’un actif numérique. Par exemple, si l’on prend Bitcoin, qui est la crypto la plus énergivore, lorsque son cours s’effondre, sa consommation énergétique chute. En effet, lorsque le minage Bitcoin n’est plus rentable, les mineurs perdent toute motivation et peuvent aller jusqu’à éteindre leurs ordinateurs.

La blockchain se met au vert

La bonne nouvelle est que l’industrie blockchain s’intéresse de plus en plus à la création de cryptomonnaies durables et respectueuses de l’environnement. En effet, les fonctionnalités visant à améliorer la durabilité et l’évolutivité deviennent des critères essentiels à la fois pour les cryptos existantes et nouvelles. À l’avenir, la crypto écologique fera probablement partie du quotidien des investisseurs et des investisseurs, et deviendra peut-être une partie intégrante de la crypto-sphère.

Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, le contenu éducatif de ce site est proposé de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. BeInCrypto a pour priorité de fournir des informations de haute qualité, en consacrant du temps à la recherche et à la création d'un contenu informatif pour les lecteurs. Bien que des partenaires puissent récompenser l'entreprise avec des commissions pour des placements dans les articles, ces commissions n'influencent pas le processus de création de contenu impartial, honnête et utile. Toute action entreprise par le lecteur sur la base de ces informations se fait strictement à ses propres risques.

57e71e4b72a101031947418c1e30dedd.png
Iulia Vasile
Iulia est ingénieur en informatique et rédactrice spécialisée dans les cryptomonnaies depuis 2017. Iulia tient également un blog sur la technologie, la blockchain et les voyages. Son objectif est de découvrir et de voyager autant que possible, puis de raconter au monde ses plus belles expériences.
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé