Voir plus

Qu’est-ce que le PSAN ? On vous explique tout

3 mins
Mis à jour par Célia Simon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

In Brief

  • Depuis 2019 et en prévision des futures régulations crypto, l'obtention du statut PSAN est la condition sine qua non pour exercer ses services en France.

En France, de plus en plus d’entreprises crypto remuent vents et marées pour obtenir le titre de Prestataire de Services sur Actifs Numériques (PSAN). Mais de quoi s’agit-il exactement ? Nous vous expliquons tout en détails.

Vous voulez en discuter avec d’autres passionnés de crypto ? Rejoignez notre canal Telegram francophone !

PSAN, késako ?

Depuis 2019, les entreprises crypto souhaitant exercer leurs services en toute légalité en France doivent obligatoirement se munir du statut PSAN. Ce dernier indique que le prestataire répond aux conditions nécessaires pour prospérer sur le territoire, tout en ayant mis en place les mesures nécessaires pour protéger ses clients.

Les services englobés par le PSAN sont les suivants :

  • conservation d’actifs numériques ;
  • achat ou de vente d’actifs numériques en monnaie ayant cours légal ;
  • échange d’actifs numériques contre d’autres actifs numériques ;
  • exploitation d’une plateforme de négociation d’actifs numériques.
Extrait du site web de l’AMF

Un statut en plusieurs étapes

Le statut PSAN s’obtient en deux étapes bien distinctes :

Enregistrement auprès de l’AMF

Afin de bénéficier du précieux sésame, les sociétés intéressées doivent présenter un dossier à l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Celui-ci contient un formulaire à remplir, accompagné des éléments suivants (liste non exhaustive) :

  • Documents de la constitution de la société, dont les papiers et informations personnelles des dirigeants, employés et actionnaires ;
  • Résumé de tous les services prodigués par la société, qu’ils concernent ou non la crypto ;
  • Liste des actifs numériques proposés par la société et le détail de leurs flux dans l’entreprise ;
  • Casier judiciaire et bancaire des dirigeants et des actionnaires, accompagné, si besoin, de tout refus ou annulation d’autres licences ;
  • Les documents d’anciennes entreprises du dirigeant et leur performance ;
  • Curriculum Vitae des dirigeants et des actionnaires ;
  • Document attestant des risques encourus par l’entreprise et ses actionnaires ;
  • Document attestant de non participation au blanchiment d’argent et les mesures prises contre cela ;
  • Document attestant de la sécurité informatique de l’entreprise.

La liste complète des documents demandés peut être consultée ici. Suite au dépôt du dossier, le personnel qualifié de l’AMF examinera l’ensemble et accordera ou non l’enregistrement PSAN. Au vu du nombre de candidats et des éventuelles modifications à venir, on estime qu’il faut en moyenne un an avant d’obtenir une réponse.

PSAN

Obtention de l’agrément PSAN

Les entreprises qui ont obtenu l’enregistrement peuvent ensuite exercer leur activité dans une certaine mesure. Par la suite, il est possible de demander l’agrément optionnel délivré par l’AMF en déposant un nouveau dossier. Celui-ci est constitué de quatre formulaires accompagnés des éléments suivants :

  • Informations générales sur l’entreprise (dirigeants et activités) ;
  • Description détaillée des services et des actifs nécessitant l’agrément ;
  • Documents attestant de l’état financier de l’entreprise, si possible réalisé sur audit ;
  • Attestation d’assurance civile ou professionnelle.

Une fois le dossier déposé et examiné, une réunion est organisée entre les demandeurs et les représentants de l’AMF. Si besoin, l’autorité financière peut demander aux candidats de suivre une formation.

Chronologie du statut PSAN

  • 2019 : création du statut PSAN dans le cadre de la loi PACTE (loi de croissance des entreprises)
  • 2020 : ajout de nouvelles exigences concernant le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme
  • 2022 : explosion des demandes de PSAN suite à l’imminence de la loi MiCa
  • 2023 : le Sénat français envisage de rendre l’agrément PSAN obligatoire ; après négociation, celui-ci reste optionnel mais les conditions d’obtention de l’enregistrement se durcissent

Quelle est la suite des événements ?

Pour l’instant, le PSAN ne concerne que les activités françaises. Tout acteur souhaitant se déployer à l’étranger doit se renseigner auprès de l’autorité compétente du pays souhaité. Cependant, une fois que la loi MiCa sera déployée au courant de l’année 2023, le statut sera remplacé par une licence valable dans toute l’Europe, dont les critères d’obtention n’ont pas encore été révélés.

Attention, si l’agrément est optionnel pour l’instant, il peut à tout moment devenir obligatoire. Le gouvernement français est, en effet, en pleine discussion à ce sujet.

Foire aux questions

Mon entreprise dispose déjà de l’enregistrement PSAN, suis-je concerné par les récents changements du statut ?

Une fois le statut PSAN obtenu, quelles sont mes obligations ?

Mon entreprise est bénéficiaire du PSAN, que va-t-il arriver lors de la mise en place de la loi MiCa ?

Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024
Les meilleures plateformes de cryptos | Juillet 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, le contenu éducatif de ce site est proposé de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. BeInCrypto a pour priorité de fournir des informations de haute qualité, en consacrant du temps à la recherche et à la création d'un contenu informatif pour les lecteurs. Bien que des partenaires puissent récompenser l'entreprise avec des commissions pour des placements dans les articles, ces commissions n'influencent pas le processus de création de contenu impartial, honnête et utile. Toute action entreprise par le lecteur sur la base de ces informations se fait strictement à ses propres risques.

Laure-Elizabeth-Iacoucci.jpg
Laure Elizabeth Iacoucci
Laure Elizabeth Iacoucci est une journaliste expérimentée, comptant déjà plusieurs années d’expertise en rédaction, recherche et SEO. Son champ d’expertise s’étend de la blockchain à l’intelligence artificielle en passant par les régulations, la DeFi, les analyses de marché ainsi que toute forme de vulgarisation. Ses compétences rédactionnelles, sa maîtrise du SEO et son sens de l’investigation en font une professionnelle versatile et toujours prête à apporter un spectre complet de la crypto.
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé