“Les institutions ne laisseront pas un groupe de jeunes prendre leur pouvoir”, affirme le PDG de Persistence

Partager l’article
EN BREF
  • Tushar Aggarwal, PDG et cofondateur de Persistence, s’est exprimé sur les investissements institutionnels au sein de la DeFi.

  • M. Aggarwal pense que l’arrivée des institutions financières traditionnelles dans la DeFi est inévitable.

  • En outre, il a comparé l’émergence de la DeFi à celle d'Internet, des bâtisseurs idéalistes à l'intégration des investisseurs traditionnels.

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

BeInCrypto s’est entretenu avec Tushar Aggarwal, PDG et cofondateur de Persistence, au sujet des institutions qui entrent dans le monde de la finance décentralisée et de ce que cela signifie pour le secteur.

Aggarwal est le PDG de Persistence One, un protocole axé sur les investisseurs institutionnels intéressés par la crypto. Il s’agit d’un écosystème offrant une exposition à plusieurs classes d’actifs DeFi.

“Persistence est un protocole basé sur plusieurs niveaux. Nous avons Comdex en tant qu’application tierce dédiée aux matières premières. Ensuite, nous avons pStake et AssetMantel comme applications internes. pStake se concentre sur le staking liquide, tandis que AssetMantel se focalise sur les NFT interopérables”, a expliqué Aggarwal.

pStake fournit déjà des liquidités

pStake est le dernier projet lancé par Persistence. Il a pour objectif d’apporter plus de liquidité pour les actifs placés en staking.

“Nous voulons que les gens aient des liquidités et ne se retrouvent pas avec des actifs illiquides. C’est vrai qu’il gagne des récompenses de staking, mais rien d’autre”, a-t-il souligné.

“Donc, ce que nous faisons essentiellement, c’est que si vous placez vos tokens ATOM en staking via la plateforme pStake, nous les stakons avec plusieurs validateurs derrière. Cela dit, nous émettons une pièce représentative de la participation, appelée SDK ATOM. Elle est complètement liquide. Ensuite, vous pouvez utiliser cette pièce SDK ATOM dans un DEX pour fournir des liquidités ou dans une plateforme de prêts ou d’emprunts. Vous continuez donc à gagner des récompenses de staking. Mais vous pouvez également utiliser vos tokens SDK ATOM pour emprunter des USDC, par exemple”, a-t-il expliqué.

Il s’agit donc d’un staking par preuve d’enjeu (PoS). Par rapport au staking de la DeFi, ce dernier n’attire pas trop l’attention.

“Il existe le staking DeFi, qui vous permet de placer en staking certains tokens DeFi. Cependant, le staking par preuve d’enjeu est un autre type de staking qui vous permet de staker vos pièces au niveau du protocole. C’est différent du staking sur les applications DeFi”.

Stimuler la croissance au niveau institutionnel

L’avantage de ce mécanisme est de donner une utilité aux actifs placés en staking, en particulier pour les institutions qui sont habituées à ce que leurs actifs aient un impact réel.

“Ce qui va se passer, c’est qu’aujourd’hui, nous sommes dans une situation où plusieurs institutions sont exposées au moins à Ethereum, si ce n’est pas à d’autres actifs. Et comme toutes les institutions financières, elles veulent faire quelque chose de ces actifs. Ainsi, aujourd’hui, ce qu’ils font, c’est probablement les prêter. Il y a des gens qui font des appels couverts. Des personnes plus sophistiquées vendront des options d’achat couvertes pour générer des rendements sur les ETH qu’elles détiennent. Il y aura maintenant une troisième alternative qui vous permettra de les placer en staking”, a-t-il expliqué.

“Vous contribuez donc à la croissance des marchés des titres à revenu fixe et de la crypto au niveau institutionnel. C’est là que les choses deviennent très intéressantes. Finalement, une fois que vous exposez les institutions au monde de la preuve de l’enjeu à Ethereum et aux récompenses de staking, elles se disent d’accord ; quelle est la prochaine étape ?”.

Ensuite, cela augmente l’intérêt et offre plus d’opportunités de croissance des produits crypto, car de plus en plus de projets attirent ces nouveaux participants.

Qu’est-ce qui retient les institutions de se lancer dans la crypto ?

Actuellement, les institutions avancent à petits pas dans le monde de la crypto. Certaines se contentent uniquement de certains actifs numériques spécifiques comme Bitcoin. Cependant, la DeFi semble toujours être le Far West et suscite de nombreuses incertitudes.

Pour Tushar Aggrawal, cette infrastructure encore nouvelle est la plus grande préoccupation des investisseurs institutionnels qui se penchent sur le secteur de la DeFi.

“Je veux dire, la gestion des clés privées est encore très difficile au niveau institutionnel. Je pense qu’il s’agit d’ensembles de compétences. [Vous pouvez avoir quelqu’un] qui est juste assez ouvert d’esprit et qui utilise certaines de ces applications. Ensuite, en raison des risques que toute institution financière prend en se lançant dans la crypto, vous avez également besoin de certaines compétences. Il y a tout un tas de risques que vous prenez ; c’est pour cela que vous êtes également très bien indemnisé par les rendements”.

Le monde traditionnel recréé au sein de la DeFi

Avec quelques améliorations, une grande partie du monde financier traditionnel sera répliquée par la DeFi, selon Aggrawal. 

Cela est illustré par les différentes façons dont les gens peuvent désormais participer et utiliser leurs actifs dans l’espace décentralisé.

“Je pense que si nous analysons la finance traditionnelle, on se rend compte qu’elle se décline en finance institutionnelle et finance pour particuliers. La majorité du capital est détenue par des institutions. Prenons le segment des particuliers : qu’est-ce que les gens veulent faire avec leur argent ? Ils veulent le posséder, le dépenser, le conserver et l’investir. Au niveau institutionnel, c’est beaucoup plus spéculatif. Les gens veulent couvrir les risques “, a-t-il poursuivi.

“Je pense que quelque chose de similaire est en train d’être recréée dans la DeFi. Sauf qu’ici, les particuliers ont également des options. Ils peuvent dépenser, épargner et investir de l’argent. Cependant, de nombreux produits en cours de développement sont en effet destinés à des institutions très avisées, qui comprennent les différents types de risques, et peuvent modéliser ces risques, puis prendre des décisions très éclairées. Qu’ils veuillent ou non faire des investissements”, a-t-il précisé.

“Ainsi, concrètement, tout ce qui se passe dans la finance traditionnelle est en quelque sorte recréé dans la crypto, mais avec un principe qui n’est pas basé sur la confiance. Il s’agit d’un principe de nature plus globale, qui transcende les frontières et qui est légèrement plus décentralisé. Je ne dirais pas que la finance traditionnelle est très décentralisée. Je pense que même la DeFi elle-même est assez centralisée ; relativement parlant, selon la façon dont vous définissez la décentralisation”.

Envisager une véritable décentralisation

Ensuite, le PDG de Persistence a détaillé davantage les aspects philosophiques de ce que signifie la décentralisation.

“C’est une question philosophique. Comme par exemple, si on parle de validateurs, Cosmos compte 125 validateurs. Pour Ethereum, je ne connais pas le nombre exact de validateurs, mais peut-être, disons, 100 000 validateurs. Avec 125 validateurs, est-ce décentralisé ? Ou avec quatre cent mille validateurs, ou un million de validateurs ? Qu’est-ce qui est suffisamment décentralisé ? Je ne sais pas”, s’est-il interrogé.

“Vous pourriez dire que les 125 validateurs sont eux-mêmes décentralisés et vous pourriez également penser qu’un million de validateurs sont en effet un gaspillage de ressources. Il pourrait y avoir des êtres humains et une puissance de calcul mieux qu’il serait mieux de consacrer à une autre industrie ou un autre domaine de recherche”.

M. Aggrawal a cité Internet comme exemple de la façon dont les tentatives précédentes de décentralisation se sont retournées sur elles-mêmes. En effet, l’intention d’être décentralisé n’est pas suffisante pour y arriver.

“ Ainsi, ce qu’Internet essayait de faire, c’était en quelque sorte de décentraliser l’accès à l’information. Aujourd’hui, les choses sont toujours centralisées ; vous avez des entreprises qui valent près d’un milliard de dollars comme Microsoft et Apple, mais la place de la centralisation a changé. En termes d’accès à l’information, c’est toujours mieux que dans les années 1970 et 1980, où les gens n’avaient accès qu’aux informations de quelques journaux et de quelques émissions de radio”, a-t-il poursuivi.

“Je pense donc que quelque chose de similaire se produit actuellement avec la DeFi, où cette espèce de centralisation est en quelque sorte en train de changer. Mais nous allons vers un accès meilleur ou plus démocratisé, ça c’est sûr”.

Courir le risque de la domination institutionnelle au sein de la DeFi fait partie du jeu

Que la DeFi parvienne vraiment à être décentralisée ou non, nous savons tous qu’elle a été soutenue par des petits projets, dont beaucoup ambitionnent de changer le statu quo de la finance.

Cependant, la généralisation de l’adoption et de la portée nécessite l’intérêt des grands acteurs. Bien que cela attire l’attention, les investissements et l’intérêt pour le secteur, cela risque également de permettre aux acteurs de grand calibre d’éclipser le travail déjà effectué.

Du Web 2.0 au Web 3.0

Pour M. Aggrawal, cela fait partie du jeu des innovations.

“C’est inévitable. New York Times et The Economists participent au Web 2, et je suis sûr qu’avec le temps, ils participeront également au Web 3. C’est juste que, comme je l’ai dit, le siège du pouvoir change avec le temps. Vous pouvez donc avoir une entreprise comme Aave, qui devient aussi puissante ou aussi grande que Goldman Sachs. Le siège du pouvoir a changé”, a-t-il expliqué.

“Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Je ne sais pas. C’est une chose. Je pense que c’est une sorte de changement fondamental qui s’est également produit avec le Web 2. Au départ, vous aviez des idéalistes absolus et des geeks qui définissaient ce que devait représenter Internet. Ensuite, les gens en costumes sont entrés et ont en quelque sorte créé une autre version de ce à quoi ressemble Internet”.

“C’est ce qui se passe également avec le Web 3. Il s’agit là de choses dont les gens ne parleront probablement pas à voix haute, mais je pense que c’est ainsi que les choses évoluent, n’est-ce pas ? Je veux dire, je pense que tout le monde le sait, mais les gens ne l’expriment pas”, a-t-il ajouté.

“Les institutions ne vont pas rester les bras croisés et laisser un groupe de jeunes, de jeunes nerds venir prendre leur pouvoir. Ainsi, au fil du temps, ils vont rejoindre le mouvement ou le rejoindre ou essayer d’en tirer parti. C’est donc en quelque sorte inévitable à mon avis ; je veux évidemment voir comment en faire partie. “

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Nachdem sie im Nachrichten- und Lifestyle-Journalismus gearbeitet hatte, beschloss Leila, ihr Interesse an Kryptowährungen und Blockchain in ihren Job zu bringen. Sie leitet jetzt den Feature and Opinions Desk bei BeinCrypto, der perfekt zu ihrer Begeisterung für die sozialen und politischen Auswirkungen von Crypto passt.

SUIVRE CET AUTEUR

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous

Gagnez jusqu’à 10 000 USD chaque semaine avec l’AMM + Arena de CoinFLEX !

Gagnez dès maintenant