Voir plus

Minage crypto : Stronghold Mining publie ses résultats financiers du premier trimestre

3 mins
Mis à jour par Matias Calderon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

EN BREF

  • Dans son dernier rapport trimestriel, Stronghold Digital Mining fait état d’un chiffre d'affaires de 28,7 millions de dollars.
  • La société a accusé des pertes nettes de 0,66$ par action, ce qui dépasse largement sa dernière estimation de 0,08 $ par action.
  • Stronghold est au cœur d’une large polémique au sujet de l’impact du minage crypto par le charbon sur les objectifs environnementaux, sociaux et de gouvernance.
  • promo

Stronghold Digital Mining, la grande société de minage crypto basée en Pennsylvanie aux États-Unis, a réalisé un chiffre d’affaires de 28,7 millions de dollars au premier trimestre. 

Stronghold, qui utilise des résidus de charbon pour le minage Bitcoin, vient d’annoncer ses résultats financiers du premier trimestre 2022.

Premier point intéressant ; la société a accusé des pertes nettes de 0,66 $ par action, ce qui dépasse largement sa dernière estimation de 0,08 $ par action.

Stronghold dispose également de 27 millions de dollars en espèces provenant de l’émission de titres de capital. Notons que les détenteurs de ces titres obtiennent un rendement minimum égal à l’investissement initial.

“Plus tôt dans l’année, Stronghold a choisi de ne pas mettre l’accent sur la croissance pour se focaliser sur la discipline du capital et la flexibilité financière. De plus, ses récentes initiatives opérationnelles et financières, y compris notre dernière émission de billets, ont aidé à réduire les risques liés à nos besoins de financement. Ce, malgré la récente flambée de volatilité du marché crypto”, a commenté Greg Beard, co-président et PDG de Stronghold.

Stronghold veut éliminer “l’énergie sale”

Pour mener ses activités de minage crypto en Pennsylvanie, Stronghold brûle des résidus de charbon âgés de plusieurs siècles. Cela empêche ces tas de déchets, qui peuvent parfois atteindre une profondeur de soixante mètres, d’empoisonner le sol et d’émettre des produits chimiques nocifs dans l’atmosphère.

Selon son rapport trimestriel, la société aurait éliminé 279 000 tonnes de résidus de charbon.

Cependant, les résidus de charbon sont plus toxiques pour l’environnement que le “charbon neuf”. Ceux-ci contiennent du mercure, du soufre et du plomb, et bien d’autres actifs nocifs.

Pour les convertir en énergie, la société doit les brûler dans ce qu’on appelle un lit fluidisé. Il s’agit d’un processus qui nécessite plus d’énergie que la combustion du charbon traditionnel.

Depuis l’interdiction du minage crypto par la Chine en octobre dernier, de nombreux mineurs ont déménagé aux États-Unis, certains au Texas, où le gaz naturel échoué constitue une ressource, et d’autres à New York, où les centrales à combustibles fossiles constituent la première source d’énergie. Cela a suscité les inquiétudes des organismes environnementaux et de plusieurs agences gouvernementales.

En 2014, Atlas Holdings a acheté une ancienne centrale de charbon dans la région des Finger Lakes à New York. L’entreprise l’a ensuite transformée en une usine de gaz naturel avant de mettre en place une unité de minage crypto, ce qui soulève des questions sur les risques de pollution de l’eau et de l’air.

Dans une déclaration au Wall Street Journal, Fred Thiel, le directeur général de Marathon Digital Holdings, a révélé que son entreprise s’est associée à une centrale à charbon en difficulté pour accéder à une grande quantité d’électricité à moindre coût.

Une autre vision des choses

Cependant, le coprésident de Stronghold, William B. Spence voit les choses autrement. En effet, l’entrepreneur perçoit sa société comme un projet d’aménagement de terrains avec une activité secondaire de minage Bitcoin. “Parfois, la perfection est l’ennemie du bien”, a-t-il précisé.

“Je pense que ce que je fais est très bien. Ce n’est pas parfait, mais pour le moment, il s’agit de la meilleure chose que nous puissions faire”, a-t-il affirmé dans un article.

En février, Mike Novogratz, PDG de Galaxy Digital, a donné le coup d’envoi à un projet visant à lutter contre l’idée selon laquelle le minage crypto est “une industrie sale”. 

Notons que depuis plusieurs années, les investisseurs appellent les sociétés de minage crypto à se conformer aux normes environnementales, sociales et de gouvernance.

Les meilleures plateformes de cryptos | Juin 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, BeInCrypto s'engage à fournir des informations impartiales et transparentes. Cet article vise à fournir des informations exactes et pertinentes. Toutefois, nous invitons les lecteurs à vérifier les faits de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre une décision sur la base de ce contenu.

david-thomas.jpg
David Thomas
David Thomas est diplômé de l'université de Kwa-Zulu Natal à Durban, en Afrique du Sud, avec un diplôme d'ingénieur en électronique. Il a travaillé comme ingénieur pendant huit ans, développant des logiciels pour les processus industriels chez le spécialiste sud-africain de l'automatisation Autotronix (Pty) Ltd, des systèmes de contrôle minier pour AngloGold Ashanti, et des produits de consommation chez Inhep Digital Security, une société de sécurité nationale détenue à 100 % par le...
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé