Les stablecoins adossés aux monnaies fiduciaires sont la seule option sûre : voici pourquoi

Partager l’article

Selon Bowen Zhou, PDG et fondateur de Moneta Digital, les stablecoins adossés aux monnaies fiduciaires sont une catégorie d’actifs très différente des CBDC.

Je voudrais aborder, à titre personnel, quelques sujets couramment discutés par certains de mes amis et acteurs du secteur financier. Commençons tout d’abord par le plus grand sujet du moment : l’incroyable affaire de Terra (LUNA), de l’UST et la polémique sans fin des stablecoins algorithmiques.

Do Kwon a indéniablement mis le marché à l’épreuve avec ses stablecoins algorithmiques. Tout comme n’importe quel autre grand concept, ce genre de choses fonctionne dans un marché haussier ou même à tendance haussière, où tout le monde achète sur la base des spéculations, TVL, rendements élevés, bla-bla-bla… Cependant, ce que nous avons vu la semaine dernière a été dévastateur mais prévisible à 100%.

C’est comme n’importe quelle pyramide de Ponzi vouée à l’échec. La valeur de l’UST a d’abord chuté de 60% pour atteindre un creux d’environ 0,40 $. Quelques jours plus tard, l’actif est devenu inutile car il ne valait plus que quelques centimes. Il a donc été retiré de la plupart des bourses crypto qui le soutenaient.

L’hémorragie ne s’est pas arrêtée là, car LUNA a perdu 99,99 % de sa valeur pour tomber à près de 0,00013 $.

La perte de parité UST/USD

Cet effondrement résulte principalement de la chute du prix du token de gouvernance LUNA en raison d’une vente massive. L’UST a perdu sa parité avec le dollar car son algorithme n’a pas pu maintenir sa stabilité. Si la Fondation Terra ou ses investisseurs ne sauvent pas l’écosystème de Terra, ce sera l’un des plus grands fiascos de l’histoire des cryptomonnaies.

Évidemment, je crois qu’il s’agissait d’une stratégie à court terme parfaitement et méticuleusement préméditée, et qui que vous soyez, je voudrais vous dire que votre patience a bien porté ses fruits.

Et pour couronner le tout, Janet Yellen a récemment déclaré que les stablecoins devraient être réglementés. L’un de mes amis a même dit que les CBDC deviendraient les stablecoins de la crypto. PARDON ?

Les stablecoins adossés aux monnaies fiduciaires vs CBDC

Permettez-moi de poser une question simple, pourquoi sommes-nous dans le marché crypto ? La crypto est-elle similaire aux titres et aux actions ? Mesdames et messieurs, les CBDC sont une espèce complètement différente des stablecoins.

Désolé de vous le rappeler, mais les stablecoins sont des actifs numériques virtuels privés et décentralisés basés sur la blockchain. Ils sont adossés à des monnaies fiduciaires. Les utilisateurs choisissent d’utiliser ces actifs sans frontières en raison de leur transparence, de leur confidentialité et de la rapidité de leurs transactions.

Ceux-ci sont différents des CBDC, qui sont des monnaies fiduciaires nationales numériques, centralisées, réglementées et entièrement contrôlées par un seul gouvernement ou pays.

L’exemple de la Chine

Prenons l’exemple de la Chine. L’idée principale de leur CBDC est de débarrasser le gouvernement du fardeau de la logistique des billets de banque tout en lui donnant une meilleure visibilité des activités monétaires de ses citoyens.

Encore une fois, pour mes amis, les CBDC ne deviendront pas les stablecoins de notre époque. Celles-ci seront simplement des monnaies fiduciaires digitalisées qui utiliseront partiellement (ou pas du tout), la technologie blockchain.

En termes simples, les CBDC sont émises par un gouvernement centralisé et unique. Celles-ci ne seront pas forcément basées sur la blockchain et pourraient être limitées par les frontières.

En revanche, les stablecoins sont émis par des utilisateurs et échangés sur des blockchains sans frontières. C’est là que réside la principale différence ! D’accord ?

La réglementation des stablecoins adossés aux monnaies fiduciaires 

Maintenant, parlons de la réglementation. Être ou ne pas être, telle est la question. En effet, à mon avis, la réponse n’est pas simplement noir ou blanc. Tout comme dans la crypto et beaucoup d’autres choses. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse.

Je pense que tous les actifs, y compris les actifs numériques, devraient être réglementés. La question n’est pas de savoir s’il doivent ou non être réglementés. Mais qui réglementer et quelle importance les autorités accordent-elles aux actifs numériques sans frontières. Et qui est cette figure d’autorité ?

La crypto sera toujours décentralisée et c’est son idée principale. Je pense que les législations devraient être davantage axées sur la sécurité des actifs des utilisateurs et non sur la réglementation ou la limitation des émetteurs.

Enfin, tous les stablecoins devraient être adossés uniquement à des actifs dont la valeur est stable, tout comme MMXN.

Plus important encore, un stablecoin adossé à des actifs doit être émis dans le but d’aider les utilisateurs à améliorer leur vie quotidienne. Il ne doit pas s’agir d’un token qui crée un effet FOMO sur le marché avec un un schéma “créatif” de type Ponzi, juste pour que quelques-uns puissent gagner une part de marché importante.

N’oubliez pas que la blockchain est faite par les gens et pour les gens. Elle ne survivra que si nous restons fidèles à cette devise. Soyez audacieux, soyez sans frontières !

À propos de l’auteur

Bowen Zhou est le PDG et fondateur de Moneta Digital, un projet qui vise à aider des millions d’utilisateurs mexicains à résoudre les problèmes de conversion fiat-crypto. Afin de combler le fossé entre les monnaies fiduciaires et la crypto, MMXN a été conçu comme un stablecoin adossé avec un ratio 1:1 sur le peso mexicain. Ses utilisateurs peuvent ainsi facilement comprendre la relation du stablecoin avec le peso mexicain et maintenir la stabilité de leur portefeuille crypto sans passer par la monnaie fiduciaire.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article