Ces pays ont interdit les cryptomonnaies, voici pourquoi

Partager l’article
EN BREF
  • De nombreux pays ont totalement interdit les cryptomonnaies.

  • Nombre d'entre eux invoquent des activités illégales et l'absence de contrôle central pour justifier cette interdiction.

  • Plus récemment, la Turquie a interdit les paiements en cryptomonnaie.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

Les relations entre les gouvernements et les cryptomonnaies ont toujours été délicates. Dans certains pays, cela a conduit à des interdictions pures et simples d’achat, de possession et de trading. 

L’interdiction pure et simple des cryptomonnaies s’est principalement produite autour de 2017 et 2018, coïncidant avec le bull run de Bitcoin (BTC). Les banques centrales et les gouvernements ayant remarqué la montée de l’intérêt pour les cryptomonnaies, ignorer ce marché en pleine croissance n’était plus une option. 

Bien que ces années aient été les plus importantes pour les interdictions, certains pays continuent d’envisager des interdictions sur ces pièces numériques qu’ils ne peuvent pas contrôler. 

La Turquie interdit les paiements en cryptomonnaies

Plus récemment, la banque centrale de Turquie a interdit les paiements en cryptomonnaie. Cependant, cette décision n’était pas une surprise, car le pays avait renforcé les restrictions sur les échanges de cryptomonnaies au cours des derniers mois. 

La Turquie justifie cette interdiction par l’absence de réglementation et d’autorité centrale pour les monnaies. Elle considère que cela représente un risque pour les investisseurs qui ne peuvent pas récupérer leurs pertes. 

L’Inde continue de brandir la menace d’une interdiction 

Le gouvernement indien n’a pas encore adopté de réglementation anti-crypto. Cependant, un projet de loi proposant l’interdiction des cryptomonnaies privées sera bientôt présenté au parlement indien. L’une des raisons derrière ce projet réside dans le fait que le gouvernement estime que les cryptomonnaies financent des activités illégales. 

Toutefois, le gouvernement n’est pas entièrement opposé aux monnaies numériques. Il envisage également sa propre monnaie numérique de la banque centrale (CBDC), la roupie numérique. 

Le Nigéria refuse les exchanges de cryptomonnaie

Le Nigeria a durci son interdiction des cryptomonnaies en février 2021. Le plus grand marché de cryptomonnaie d’Afrique a interdit aux banques et aux institutions financières fournissant des services de crypto sur et hors rampe depuis 2017. 

De plus, l’annonce a même menacé de fermer les comptes bancaires trouvés en train d’utiliser des exchanges de cryptomonnaie.

L’interdiction de la Bolivie se maintient

La banque centrale de la Bolivie a interdit toute cryptomonnaie décentralisée en 2014. Elle a toutefois pris des dispositions pour autoriser celles créées par le gouvernement. Cette décision a été mise en place pour protéger la monnaie nationale et protéger les investisseurs. 

À l’époque, la Bolivie était le seul pays d’Amérique du Sud à avoir une interdiction pure et simple des cryptomonnaies.

L’Équateur suit la Bolivie en interdisant les cryptomonnaies 

L’Équateur a rapidement suivi la Bolivie, en mettant en place une interdiction pure et simple des monnaies décentralisées, plus tard en 2014. 

Lors d’un vote à l’Assemblée nationale, le gouvernement a modifié les lois monétaires et financières pour permettre les paiements à l’aide de “monnaie électronique”, tout en interdisant les pièces non contrôlées par l’État. 

L’Algérie ne soutient pas la monnaie d’Internet 

En 2018, l’Algérie a rendu illégale l’utilisation des cryptomonnaies. Une traduction de la loi depuis l’arabe définit les cryptomonnaies comme suit : 

“Une monnaie virtuelle est une monnaie utilisée par les internautes sur Internet. Elle se caractérise par l’absence de support physique comme les pièces de monnaie, la monnaie papier ou les paiements par chèque ou par carte bancaire.” 

Ceux qui enfreignent cette interdiction sont punissables en vertu des lois financières déjà en place. 

La cryptomonnaie peut être synonyme de prison au Népal 

Le Népal a interdit les cryptomonnaies dans un avis publié en 2017 par la Nepal Rastra Bank. 

Peu de temps après cet avis, les forces de l’ordre ont arrêté sept personnes pour avoir dirigé un exchange de cryptomonnaies. À l’époque, elles risquaient des amendes et une possible peine de prison. Actuellement, l’affaire est toujours en cours. 

La Corée du Sud n’est pas intéressée par les pièces de confidentialité 

Les cryptomonnaies sont légales en Corée du Sud, et certains grands acteurs de l’espace viennent de la région. Cependant, le pays a commencé l’année 2021 en interdisant les pièces confidentielles comme Zcash (ZEC) et Monero (XMR). Le gouvernement a demandé aux exchanges de cryptomonnaies du pays de retirer ces pièces de leur cote à partir du 21 mars. 

Les raisons de l’interdiction étaient liées aux syndicats de la cybercriminalité et au blanchiment d’argent. En conséquence, le gouvernement sud-coréen considère que la mesure dans laquelle les pièces confidentielles fournissent un anonymat constitue une entrave à l’application de la loi. 

Le Qatar interdit aux banques de faire des transactions en cryptomonnaies 

Le Qatar a mis en garde les banques contre le trading de cryptomonnaies, en 2018. 

Une circulaire de la Division de la supervision et du contrôle des institutions financières de la Banque centrale du Qatar a averti les banques de ne pas “traiter avec le bitcoin, ou l’échanger avec une autre monnaie, ou ouvrir un compte pour traiter, ou envoyer ou recevoir tout transfert d’argent dans le but d’acheter ou de vendre cette monnaie.” Les personnes prises ont été informées qu’elles s’exposent à des sanctions

En Égypte, la crypto est haram 

Les cryptomonnaies ne sont pas directement interdites en Égypte. Cependant, en 2017, le législateur islamique a déclaré les transactions avec des cryptomonnaies haram (interdites) en vertu de la charia.

Le Dar al-Ifta considère que les cryptomonnaies peuvent nuire à la sécurité nationale et à la santé économique de l’Égypte. 

Le Bangladesh ne supporte pas les cryptomonnaies 

Depuis 2017, le Bangladesh a interdit les cryptomonnaies. La banque centrale a mis en garde contre les transactions en Bitcoin. Comme elle l’a dit, celles-ci sont illégales. Par conséquent, le trading avec des personnes non nommées peut aller à l’encontre de la loi sur la prévention du blanchiment d’argent du pays.

La banque centrale a demandé aux citoyens “de s’abstenir d’effectuer, d’aider et de faire de la publicité pour tout type de transaction par le biais de monnaies virtuelles comme le bitcoin afin d’éviter tout dommage financier et juridique.” 

Les interdictions se succèdent, mais la cryptomonnaie survît 

Cette liste n’est pas exhaustive, et les interdictions visant les cryptomonnaies changent souvent. À mesure que Bitcoin est mieux accepté par le grand public, il est possible que le paysage juridique mondial change encore plus.  

S’il semble que certains pays s’orientent vers des politiques plus restrictives, d’autres gouvernements envisagent des moyens de participer à l’avenir de la monnaie numérique. Dans la plupart des cas, cela passe par une monnaie numérique de banque centrale

La manière dont chaque pays s’engagera dans l’avenir de la monnaie est incertaine, mais les monnaies numériques sous toutes leurs formes ne sont probablement pas près de disparaître.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Faites du trading avec les meilleurs signaux crypto - des profits garantis avec plus de 70% d’exactitude

Adhérez

Want to learn how to trade? Get a beginners guide from BeInCrypto Academy!

Learn now