La Bitcoin City du Salvador serait un “absurde coup politique d’un dictateur en délire”

Partager l’article
EN BREF
  • Steve Hanke s'est interrogé sur la pertinence de financer la construction d'une ville Bitcoin dans un pays où règne une pauvreté extrême et où les infrastructures sociales sont insuffisantes.

  • Au beau milieu des critiques, le président Bukele a révélé que le pays avait ajouté 100 bitcoins supplémentaires à sa réserve croissante d'actifs numériques.

  • Selon l'analyste Dan Popescu, le Salvador correspond parfaitement à la définition d'une "république bananière gouvernée par un régime autoritaire".

  • promo

    Participez à LA PLUS GRANDE ICO d’Espagne: achetez le B2M dès maintenant.

The Trust Project est un consortium international d'organismes de presse basé sur des normes de transparence.

L’économiste Steve Hanke a critiqué les projets du Salvador de bâtir une “Ville Bitcoin”, qualifiant cette initiative “d’absurde coup politique d’un dictateur en délire”.

Nayib Bukele, président du Salvador, a annoncé le 20 novembre qu’il prévoyait de faire construire une ville fonctionnant entièrement grâce à Bitcoin. La ville sera érigée au pied du volcan Conchagua, dans le sud-est du pays.

Le Salvador, un pays défavorisé d’Amérique centrale, est récemment devenu le premier État-nation à utiliser Bitcoin (BTC) comme monnaie officielle, en plus du dollar américain. Bien que la communauté mondiale du BTC se réjouisse de cette initiative, le projet n’a pas connu un succès fulgurant.

Dans un tweet posté le 26 novembre, Steve Hanke, professeur d’économie à l’Université Johns Hopkins, s’est interrogé sur le bien-fondé de financer la construction d’une ville crypto dans un pays à la pauvreté flagrante et aux infrastructures sociales inadéquates.

“Le dictateur Bukele a annoncé des plans pour construire une ville Bitcoin… il s’agit d’un coup politique absurde par un dictateur en plein délire. Pourquoi ne se concentre-t-il pas sur ce dont les Salvadoriens ont réellement besoin, comme l’accès aux soins de santé ?”, a raillé l’économiste, connu pour son scepticisme à l’égard de Bitcoin.

Un “financement de casino”

Dans le cadre du plan de financement de cette “Bitcoin City”, le Salvador devrait émettre en 2022 1 milliard de dollars d’obligations adossées à la cryptomonnaie. La moitié des fonds collectés serviront à acheter des BTC, et le reste sera consacré à l’énergie et aux infrastructures de minage de bitcoins.

M. Hanke a vertement critiqué ce programme, déclarant :

“Ce type de financement de casino ne manquera pas de mettre Bukele en eaux très troubles avec le Fonds monétaire international et la Banque mondiale.”

Le FMI s’était déjà inquiété du fait que le Salvador utilise Bitcoin comme monnaie légale. L’institution financière a notamment averti que les plans du pays visant à acheter davantage d’actifs numériques requéraient une “analyse très minutieuse” des implications pour sa stabilité financière.

Cependant, alors que le cours de Bitcoin a chuté à un niveau plancher d’environ 55 000 dollars cette semaine, le président Bukele a révélé le 26 novembre que le pays avait ajouté 100 BTC supplémentaires à sa réserve croissante.

Le Salvador a “acheté à la baisse”, dit-il, en référence à une pratique d’investissement financier consistant à acheter un actif après une chute de son cours, estimant qu’il s’agit d’une bonne affaire.

Dans un tweet précédent, M. Hanke a dénoncé la chute des obligations du Salvador libellées en dollars, suggérant que le président Bukele avait l’intention de les “remplacer” par des obligations en bitcoins.

“Cependant, une obligation en Bitcoin offrirait des rendements inférieurs malgré un risque plus élevé. On dirait que Bukele essaie d’inventer une nouvelle arithmétique financière”, a déclaré l’économiste.

Une “république bananière”

Alors que Steve Hanke a pour habitude de critiquer Bitcoin et les cryptomonnaies en général, il n’est pas le seul à déplorer le projet de Bitcoin City de Bukele.

L’analyste pro-or Dan Popescu a également déclaré que le Salvador correspondait parfaitement à la définition d’une “république bananière gouvernée par un régime autoritaire”. M. Popescu s’est offusqué de la présence de sociétés de cryptomonnaies étrangères dans ce pays d’Amérique latine.

Il a ainsi dénoncé une “exploitation économique”, les entités Bitcoin étrangères “conspirant avec des fonctionnaires locaux corrompus.” Pour sa levée d’obligations en bitcoin d’un milliard de dollars, le Salvador travaille avec Blockstream, une entreprise de crypto et blockchain tech basée au Canada.

Selon Nayib Bukele, la ville Bitcoin arborera le symbole de la cryptomonnaie et sera alimentée par l’énergie géothermique du volcan Conchagua. En dehors de la taxe sur la valeur ajoutée de 10%, les résidents de cette ville ne paieront aucun autre impôt.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.
Share Article

Jeffrey Gogo is a versatile financial journalist based in Harare, Zimbabwe. He has more than 17 years experience covering local and global financial markets; economic and company news. Gogo first encountered bitcoin in 2014, and began covering cryptocurrency markets in 2017.

SUIVRE CET AUTEUR

Signaux de marché, études et analyses. Rejoignez notre chaîne Telegram dès aujourd’hui !

Rejoignez-nous

Gagnez jusqu’à 10 000 USD chaque semaine avec l’AMM + Arena de CoinFLEX !

Gagnez dès maintenant