Les développeurs d’EthereumPOW auraient désactivé la bombe de difficulté à l’approche de The Merge

EN BREF
  • Dans une lettre, les développeurs de l'initiative EthereumPOW affirment avoir fait des progrès significatifs vers un hard fork.
  • Selon les développeurs, un réseau test aurait été créé pour la nouvelle chaîne.
  • Le groupe serait mené par un mineur chinois comptant 60 développeurs.
  • promo

    Profitez de 70 CFD sur les cryptomonnaies, sans frais de commission et avec des spreads ultra bas Profitez

Les développeurs du hard fork EthereumPOW affirment avoir supprimé la “bombe de difficulté” du réseau.

Cette annonce suit de près l’annonce par Vitalik Buterin, cofondateur d’Ethereum, d’une date pour la fusion d’Ethereum vers la proof-of-stake (PoS), et qui pourrait laisser les mineurs de proof-of-work (PoW) sur la touche.

La fusion d’Ethereum, appelée The Merge, modifiera le mécanisme de vérification des transactions de la blockchain, déléguant cette tâche aux validateurs plutôt qu’aux mineurs, ce dans le but de réduire la consommation d’énergie de la blockchain.

Ainsi, au lieu d’employer une puissance de calcul coûteuse pour valider les transactions, les ajouter à un bloc de transactions et concourir pour résoudre des problèmes mathématiques complexes, les validateurs peuvent contribuer à un “staking” de token ETH, ce qui consiste à les placer sur le réseau. Cette allocation d’ETH se verrouille et la validation des transactions incombe à l’utilisateur qui a placé le plus de tokens, et non à celui qui dispose de la plus grande puissance de calcul.

Les développeurs d’Ethereum ont introduit au sein du code du réseau une “bombe de difficulté“, laquelle a pour but de décourager progressivement les mineurs de la blockchain dite “proof-of-work” à mesure que la transition se rapproche.

Les mineurs Ethereum cherchent à protéger leurs intérêts

Si la transition sert un objectif plus général de réduction de la consommation d’énergie du réseau, elle risque de rendre inutilisables les équipements coûteux utilisés par les mineurs. Certains d’entre eux ont donc décidé de réagir en se donnant pour mission de désactiver la bombe de difficulté afin de protéger leurs sources de revenus.

Connus sous le nom d’EthereumPoW, les développeurs de cette initiative estiment que, bien que leur tâche ne soit pas facile, elle reste réalisable. Une lettre du groupe affirme qu’il a déjà surmonté des obstacles importants, notamment le “désarmement” de la bombe de difficulté et la création d’un testnet.

Les testnets constituent les premières versions privées d’une nouvelle blockchain, et sur laquelle des applications peuvent être testées. L’équipe a également répondu aux allégations selon lesquelles il s’agissait des mêmes personnes qu’une équipe responsable du développement de la blockchain Ethereum Classic en 2015.

À l’époque, un hack de The DAO, la toute première organisation autonome décentralisée, avait divisé la communauté Ethereum entre ceux qui cherchaient à transférer des fonds vers une nouvelle blockchain et ceux qui croyaient au principe d’immuabilité de la blockchain d’origine. Ces derniers ont souhaité continuer à utiliser l’ancienne blockchain, depuis appelée Ethereum Classic.

Le groupe a qualifié son nouveau hard fork “d’inévitable”, ce à quoi la communauté Twitter a répondu par des railleries. Le cofondateur d’EthHub, notamment, déclare sur Twitter que la chaîne s’autodétruira. D’autres critiques, notamment les partisans d’Ethereum Classic, ont averti les développeurs à l’origine d’EthereumPOW que le projet ne fonctionnerait pas.

Les forks ne fonctionnent pas à long terme, selon les analystes

La nouvelle d’un fork de PoW du réseau Ethereum a fait surface au début du mois lorsqu’un mineur chinois, Chandler Guo, a affirmé avoir été contacté par une société chinoise fabriquant des équipements de minage pour réaliser un nouveau fork.

M. Guo, qui réside à San Francisco, compterait 60 développeurs travaillant sur ce fork. Il a déclaré s’attendre à ce que la nouvelle blockchain émette de nouveaux token. La fusion à venir modifiera le modèle d’émission d’ETH, mais aucun nouveau token ne sera émis.

Lors d’un séminaire en ligne organisé la semaine dernière, M. Buterin a pour sa part déclaré que de nouveaux forks ne perturberaient pas la fusion et que la communauté Ethereum Classic disposait toujours d’un produit supérieur conforme à ses valeurs.

De leur côté, les analystes de Messari estiment que la plupart des efforts visant à créer des hard forks ont été entrepris avec une vision de court terme et sans tenir compte de la question de la maintenance et du support.

Avis de non-responsabilité

Toutes les informations présentes sur notre site web sont publiées de bonne foi et à des fins d'information générale uniquement. Toute action entreprise par le lecteur sur la base des informations trouvées sur notre site web est entièrement à ses propres risques.