Voir plus

Les propositions de forks PoW d’Ethereum suscitent des réactions mitigées

2 mins
Mis à jour par Célia Simon
Rejoignez Notre Communauté de Trading sur Telegram

EN BREF

  • Alors que la mise à jour The Merge s’approche à grands pas, les partisans du proof of work tentent de lancer un nouveau fork.
  • Le nouveau fork vise à éliminer la bombe de difficulté.
  • Les réactions des entreprises sont mitigées quant à l’adoption du nouveau token.
  • promo

La mise à jour The Merge a suscité des réactions mitigées au sein de la communauté Ethereum, alors que certaines entreprises tentent de préserver l’algorithme PoW.

Récemment, un groupe dirigé par un mineur chinois a proposé un fork pour préserver le mécanisme de consensus actuel connu sous le nom de proof of work. En termes simples, un fork consiste à modifier entièrement le logiciel d’un réseau blockchain tout en gardant l’historique des transactions et des blocs précédents.

The Merge, une mise à jour prévue pour septembre ou octobre prochain, permettra à Ethereum de passer de l’algorithme énergivore du proof of work à celui de proof of stake. Chose qui, selon certains, réduira l’empreinte énergétique du réseau de 99 % .

Nouveau fork d’Ethereum : la prudence est de mise

Le fonds spéculatif Galois Capital, dont le fondateur et PDG Kevin Zhou a prédit l’effondrement du stablecoin TerraUSD, s’attend également à un fork.

EthereumPOW, qui est dirigé par Hongcai Guo, un mineur chinois semi-retraité, dit avoir reçu des demandes d’entreprises chinoises pour commencer à travailler sur le fork. Selon M. Guo, les gens pourraient recevoir de l’argent gratuitement lorsque le fork se produira. 

Environ 60 développeurs travaillent actuellement sur un fork visant à éliminer la bombe de difficulté du code Ethereum actuel. Celle-ci est conçue pour rendre le minage d’Ethereum presque impossible à l’approche de la transition. En juin, les développeurs d’Ethereum ont annoncé un nouveau report de la bombe de difficulté.

Ceci dit, les analystes appellent à la prudence. Car selon eux, les forks sont souvent confrontés à un manque d’engagement des développeurs d’applications et des utilisateurs.

D’ailleurs, un responsable de la société d’analyse Messari estime que les efforts qui ont été déployés jusqu’à présent sont incomplets, car ils se sont uniquement focalisés sur un éventuel nouveau token sans tenir compte de la façon dont le nouveau réseau sera pris en charge à long terme.

De son côté, le cofondateur d’Ethereum, Vitalik Buterin, a déclaré samedi qu’il ne s’attendait pas à ce que ces forks nuisent de façon significative au réseau.

Des avis mitigés

L’entreprise de minage crypto Hive Blockchain Technologies Ltd. a annoncé qu’elle pourrait revenir au minage sur Ethereum Classic, le prédécesseur du réseau Ethereum actuel. Un employé de Flexpool, une plateforme destinée aux petits mineurs d’Ethereum, a déclaré que l’entreprise soutiendrait tout ce qui lui rapporterait de l’argent. Il a également souligné qu’un nouveau fork “nécessiterait probablement le soutien d’une grande entité pour réussir, car les cryptomonnaies et les tokens ont peu de valeur intrinsèque au-delà de la spéculation”.

Taylor Monahan, chef de produit chez Metamask, un portefeuille crypto non dépositaire, a affirmé que le fork se produira s’il s’avère lucratif pour une entité. Rappelons que lorsque Ethereum a subi un fork en 2016, Metamask avait déclaré qu’il ne prendrait pas en charge Ethereum Classic, mais ses dirigeants ont rapidement changé d’avis.

Justin Sun, l’énigmatique fondateur de la blockchain TRON, qui a récemment lancé un stablecoin, a déclaré que son exchange crypto Poloniex prendrait en charge tous les tokens Ethereum basés sur la proof of work. 

Pour sa part, Vitalik Buterin ne pense pas que les forks favoriseront l’adoption à long terme. Selon lui, les développements futurs devraient renforcer les bases cryptographiques d’Ethereum afin de contourner les menaces présentées par les ordinateurs quantiques.

Les meilleures plateformes de cryptos | Juin 2024

Trusted

Avis de non-responsabilité

Avis de non-responsabilité : Conformément aux directives de The Trust Project, BeInCrypto s'engage à fournir des informations impartiales et transparentes. Cet article vise à fournir des informations exactes et pertinentes. Toutefois, nous invitons les lecteurs à vérifier les faits de leur propre chef et à consulter un professionnel avant de prendre une décision sur la base de ce contenu.

david-thomas.jpg
David Thomas
David Thomas est diplômé de l'université de Kwa-Zulu Natal à Durban, en Afrique du Sud, avec un diplôme d'ingénieur en électronique. Il a travaillé comme ingénieur pendant huit ans, développant des logiciels pour les processus industriels chez le spécialiste sud-africain de l'automatisation Autotronix (Pty) Ltd, des systèmes de contrôle minier pour AngloGold Ashanti, et des produits de consommation chez Inhep Digital Security, une société de sécurité nationale détenue à 100 % par le...
READ FULL BIO
Sponsorisé
Sponsorisé